Berlin supporter de l’ONG anti-Israël « DBS »

0
691

Les relations entre l’Allemagne et Israël sont plutôt bonnes et durables. Un nouveau rapport fait pourtant état d’un fait indéniable : le gouvernement allemand finance BDS – une association soutenant le boycott économique d’Israël dans le monde et la tenue de manifestations parfois violentes – à hauteur de plusieurs millions d’euros.

Les données rassemblées par le registre des associations, montrent en effet que, entre les années 2012 et 2015, 4 millions d’euros versés par les contribuables allemands ont été transférés à plus de 15 organisations israéliennes. De ce montant, 42% ont été versés à des organisations soutenant le boycott d’Israël et la création d’un seul Etat (palestinien bien entendu) sur toutes les frontières du pays, rejetant, de facto, l’existence même de la société israélienne.

Selon le dernier rapport de l’Institut de recherche NGO Monitor qui a examiné l’aide financière apportée par l’Allemagne aux organisations impliquées dans le conflit israélo-palestinien, le cabinet ministériel allemand pour la coopération économique a inauguré en Israël son projet de service civil allemand pour la paix (ZFD). Mais il se trouve que derrière ce projet c’est une autre organisation allemande qui tire les ficelles : « Kurve Wustrow », une ONG née de la fusion entre deux groupes locaux. Le premier est israélien, c’est la célèbre « Association des femmes pour la paix » (CWP), et le second est une organisation palestinienne : le « Comité de coordination pour la lutte populaire »…

Toujours d’après l’institut de recherche NGO Monitor, CWP soutiendrait de manière très active la campagne de boycott contre Israël.  Entre autres choses, elle coopère avec l’organisation « Who Profits », qui rassemble des banques du monde entier en vue de rendre effectif ce boycott. Les représentantes de CWP ont également été photographiées en train de brandir le drapeau du « Front populaire pour la libération de la Palestine » qui a pourtant été déclaré organisation terroriste par l’Union européenne. Les chiffres indiquent que, entre les années 2013 et 2015, le CWP a reçu  1 320 109 de shékels de la part du gouvernement allemand pour la mise en œuvre de ses actions..

Quant à l’organisation palestinienne locale, le « Comité de coordination pour la lutte populaire », elle n’est pas non plus exempte d’activités anti-Israël. Le comité est à l’origine de manifestations violentes en Cisjordanie et on trouve aussi régulièrement sur le compte Twitter de l’organisation l’emploi de l’expression de « martyrs » ainsi que toute une sémantique encourageant la violence.

« Des personnalités politiques reçoivent des primes de plusieurs millions d’euros de la part du gouvernement allemand qui sont à leur tour transférées vers les partenaires locaux », explique le président de NGO Monitor, le professeur Steinberg.  « Or notre étude a pu mettre en évidence que, malgré le vaste réseau des responsables politiques, il n’y a quasiment aucune transparence ni aucune coordination entre les parties concernées. » Steinberg mentionne par exemple, le cas de l’ONG « Mift’ah », qui a été soutenue dans le passé par le gouvernement allemand et qui a publié en 2013 un texte antisémite, accusant les Juifs de l’enlèvement et du meurtre d’enfants chrétiens dans le cadre d’un rituel juif…

Réagissant à ces révélations, l’ambassade allemande en Israël s’est contentée de faire savoir que « l’Allemagne reste attachée à une solution à deux Etats en vue d’une paix durable au Moyen-Orient. Par conséquent, notre gouvernement s’oppose au boycott d’Israël, et en particulier à l’organisation BDS dont les actions sont nuisibles au processus de paix. La politique de financement du gouvernement allemand consiste à soutenir des projets sélectionnés dont le budget est décidé à l’avance. L’Allemagne continuera à investir dans des projets et des initiatives qui aideront au rapprochement et qui diffuseront l’idée d’une solution à deux Etats. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire