Comment Erdogan a fabriqué la crise des caricatures

Comment Erdogan a fabriqué la crise des caricatures

0
81
Comment la Turquie a fabriqué une «  crise  » avec la France à propos de «  caricatures  »

La façon dont Ankara a inventé cette crise est similaire à d’autres crises artificielles lancées par le gouvernement d’extrême droite turc de Recep Tayyip Erdogan et le soutien de son régime aux filières des Frères musulmans à travers le Moyen-Orient, comme le Hamas. Depuis l’année dernière, la Turquie a créé une nouvelle crise chaque mois, avec les États-Unis en Syrie en octobre 2019, puis avec la Libye puis l’Égypte, puis l’Europe, la Russie, le régime syrien, la Libye à nouveau, la Grèce, Chypre, l’Irak, puis l’Arménie, la Grèce encore une fois, puis avec la France. La Turquie a bombardé l’Irak, envahi et nettoyé ethniquement les Kurdes en Syrie, envahi la Libye, défié la marine française en mer, harcelé les F-16 grecs, utilisé le système de défense aérienne russe S-400 et poussé l’Azerbaïdjan dans une guerre avec l’Arménie, tout en envoyant des mercenaires syriens payés par Ankara pour combattre en Libye et en Azerbaïdjan et en utilisant des drones pour attaquer des militants kurdes en Syrie et en Irak, tout en affirmant que la Turquie combat le «terrorisme». La Turquie a accueilli le Hamas à deux reprises pour des réunions de haut niveau et a menacé de «libérer Al-Aqsa» à Jérusalem et a déclaré que «Jérusalem est à nous», en référence à la capitale d’Israël, tout en menaçant le candidat démocrate à la présidence américaine, Joe Biden et en dénigrant l’administration Trump de soutenir Israël.

LIRE  Iran, Liban, Syrie : Israel au milieu d’un jeu de guerre ?

Les origines des attaques contre la France remontent à novembre 2019, lorsque le dirigeant turc a condamné Macron comme étant «en état de mort cérébrale». Ses commentaires font partie d’un crescendo croissant directement lié aux commentaires du régime turc dénigrant l’Europe. En janvier, le ministre turc des Affaires étrangères a affirmé que l’Europe était pleine d ‘«enfants gâtés racistes» qui devraient «savoir quelle est leur place». Le 25 octobre, il a de nouveau déclaré que l’Europe était pleine de «racistes gâtés». Le même régime turc qui qualifie l’Europe de raciste a expulsé 60 des 65 maires du parti d’opposition HDP, ciblant des membres de la minorité kurde, et a systématiquement expulsé les Kurdes des zones occupées par la Turquie dans le nord de la Syrie. Ankara frappe aussi fréquemment les Juifs, en comparant Israël aux nazis dans un discours à l’ONU en septembre 2019 et en minimisant la Shoah, dans les commentaires de cette semaine, par lesquels la Turquie a affirmé que les musulmans sont les nouveaux Juifs d’Europe soumis à un «lynchage» similaire à celui vécu par les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. La Turquie compare fréquemment les pays européens à l’Allemagne nazie, mais Ankara commémore rarement la véritable Shoah, réutilisant au lieu de cela la souffrance juive pour tirer parti de sa propre rhétorique récente contre Israël et l’Europe d’aujourd’hui.

La Turquie était de plus en plus en tension avec la France à cause de la Méditerranée orientale et la volonté de la France de dénoncer l’agression turque en Méditerranée, en Libye, en Arménie et en Irak. En juillet, un incident en mer a conduit la France à condamner la Turquie et à se plaindre à l’OTAN. La question était si délicate que l’OTAN n’a pas révélé les détails de l’enquête en septembre. Cependant, il semble que la Turquie a également utilisé le radar S-400 pour suivre les F-16 grecs membres de l’OTAN en août, montrant qu’Ankara utilisait des systèmes d’armes russes contre l’OTAN. Ankara a utilisé le radar lors d’un exercice conjoint entre la France, l’Italie, la Grèce et Chypre. Le 12 septembre, la Turquie a menacé la France, en disant «ne jouez pas avec la Turquie», lors de menaces quasi quotidiennes d’Erdogan contre presque tous les pays du Moyen-Orient et d’Europe, à propos du Haut-Karabakh.

Cela a ouvert la voie à la prochaine crise préfabriquée. Début octobre, la Turquie a décidé de déplacer sa politique de crise visant à attaquer l’Arménie vers une nouvelle phase de harcèlement de la Grèce, avec la déclaration d’un nouvel exercice naval Navtex de sa marine près d’une île grecque. La France a condamné la Turquie pour avoir harcelé la Grèce, alliée dans l’OTAN, le 12 octobre. La direction d’Ankara a alors décidé de lancer une nouvelle crise avec la France suite aux commentaires de Macron sur les musulmans. Macron pense que la France est confrontée aux provocations des extrémistes islamistes et a condamné ce «séparatisme», alors qu’il défend les valeurs françaises de laïcité. La Turquie a critiqué la France le 5 octobre sur ces commentaires. Macron avait fait ces commentaires après une nouvelle attaque terroriste contre le magazine Charlie Hebdo qui avait publié en 2015 des caricatures jugées offensantes. Pendant ce temps, un professeur de français nommé Samuel Paty a été assassiné le 16 octobre

LIRE  58% des Israéliens insatisfaits de Netanyahou en tant que ministre de la Défense (sondage)

Les dirigeants de la Turquie se sont mis à fustiger l’enseignant et à attaquer la France pour «islamophobie», même si c’est l’enseignant qui a bien été la victime de l’extrémisme islamiste. Le président turc a déclaré que Macron avait besoin d’un «traitement mental» et la France a rappelé son ambassadeur le 25 octobre. La Turquie a mobilisé ses médias d’État TRT et d’autres médias tels qu’Anadolu pour attaquer la France, en coordination avec les médias qataris. Les médias iraniens ont également emboîté le pas, dénigrant la France pour ses «commentaires anti-islamiques». Après que la France a rappelé son ambassadeur, la Turquie a réalisé que la crise pouvait aider Ankara puisque la Turquie était sur le point d’annuler l’exercice Navtex, craignant des affrontements avec la Grèce. Pour créer une crise avec la France, et ainsi remplacer la crise grecque, la Turquie devait se présenter comme «défendant l’islam».

Le 26 octobre, le président turc a appelé au boycott des produits français. C’était une crise entièrement inventée. La France n’a rien fait à la Turquie et il n’y a eu aucun nouveau commentaire «anti-islamique» de la part de la France ni aucune action de Paris liée au soudain «boycott». La façon dont Ankara a coordonné la crise avec ses médias pro-gouvernementaux était claire par la façon dont le président turc a utilisé des thèmes similaires à ceux des commentateurs des médias. Le 24 octobre, Anadolu avait publié un article disant que «l’islamophobie remplace l’antisémitisme» en France. Le 26 octobre, le président turc a dit exactement la même chose, affirmant que les musulmans étaient traités en Europe de la même manière que les Juifs, durant la période de la Shoah. Les médias turcs sont presque tous pro-gouvernementaux et liés au parti au pouvoir en Turquie parce qu’Ankara a emprisonné le plus de journalistes au monde, faisant taire toute dissidence. Cela signifie que les articles de TRT ou d’Anadolu reflètent le récit publié par Ankara chaque matin, étroitement coordonné avec le Parti AK. Il n’y a aucune critique du leadership en Turquie dans les principaux médias-caniches turcs, de sorte que toutes les crises avec des pays comme la France peuvent être systématiquement lancées du haut vers le bas. Dans ce cas, la Turquie a révélé son récit deux jours avant que le président ne publie cette histoire selon laquelle «les musulmans sont les nouveaux Juifs d’Europe».

LIRE  Tsahal a détruit le quartier général du Hamas à Gaza (vidéo)

L’Iran a suivi le discours de la Turquie en appelant les diplomates français à une consultation. Des éléments médiatiques pro-turcs ont également poussé à des manifestations à travers le Moyen-Orient, essayant de transformer le boycott de la France en une cause «islamique» mondiale. Cela met de nombreux pays musulmans dans une position difficile, ne voulant pas défendre des caricatures considérées comme offensantes en France, mais se demandant pourquoi il s’agit d’une crise soudaine alors que la France n’a pas semblé faire quoi que ce soit ou changer récemment. La Turquie, le Qatar et l’Iran se sont coordonnés, faisant pression sur des pays allant de la Malaisie au Pakistan, du Koweït à la région du Kurdistan, beaucoup étant forcés de répondre d’une manière ou d’une autre à la «controverse» française. Même en Israël et en Cisjordanie, des groupes ont protesté contre la France (sous l’impulsion de la Turquie).

Ce n’est pas la première fois qu’une crise inventée émerge, dans laquelle on dit aux gens de se sentir «offensés» par des rumeurs. En 2012, une vidéo que personne n’avait vue au Moyen-Orient a été utilisée par des extrémistes comme excuse pour attaquer l’ambassade américaine au Caire et une annexe diplomatique américaine en Libye, tuant l’ambassadeur américain Chris Stevens. On sait maintenant que l’attaque était planifiée à l’avance et n’avait rien à voir avec une «vidéo insultante » largement inventée. Cependant, à l’instar des commentaires sur la «France anti-islamique», les détails réels sont moins importants que le résultat. La Turquie fait pression pour obtenir des réactions extrémistes, voire jihadistes à l’égard de la France, cherchant peut-être à montrer qu’Ankara peut déstabiliser l’Europe en activant sa machine médiatique, envoyant ainsi un message aux dirigeants européens qu’ils doivent obéir à Ankara ou faire face à la colère provoquées par des histoires inventées d ‘«insultes à l’islam» qui entraîneront des manifestations, des boycotts et peut-être de nouveaux attentats.

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro