La découverte d’un courrier militaire datant du 1er Temple

0
383

Photo : Michael Kordonsky, université Tel Aviv

On peut trouver du courrier, quand bien même il est placé sous secret militaire, mais quand il s’agit d’un courrier datant de la fin de la période du Premier Temple, cela devient intéressant. Mais le point essentiel du présent courrier est qu’il était tellement invisible que ce n’est que récemment que les services archéologiques sont parvenus à comprendre qu’on avait écrit quelque chose sur ce vieux tesson et à le rendre apparent.

L’histoire commence dans les années 60 du siècle dernier, quand des tessons ont été trouvés dans le site d’Arad. On a admis alors que rien n’y avait écrit. Récemment, l’université de Tel Aviv a utilisé des techniques nouvelles, et ainsi un courrier datant de l’an 586 avant l’ère actuelle a été rendu visible !

L’intéressant, précisent ces chercheurs au magazine Plos One (une revue scientifique lancée en 2006, éditée quotidiennement par la Public Library of Science aux Etats Unis, et diffusée exclusivement en ligne. Elle couvre tous les domaines de la science sans distinction), est qu’en général, à cette époque, on écrivait plutôt sur du parchemin que sur des tessons. Or le désavantage du parchemin est d’avoir une espérance de vie bien moindre que les tessons… Ceci fait qu’on n’a que rarement des documents de l’époque.

En la forteresse d’Arad servaient une vingtaine de soldats, attendant l’attaque finale de Nabuchodonosor. Le texte décrypté était adressé à Eliachiv ben Ochiahou, sans doute le responsable de l’intendance du lieu, puisqu’il est question d’huile, de farine et de vin…

Bien entendu, c’est plutôt l’espoir de trouver à l’avenir d’autres textes de cette époque qui est important, bien que ne soit pas sans intérêt le fait même d’avoir des textes hébreux de cette période et en ces lieux, à l’égard desquels les scientifiques se permettent de nombreuses hésitations…

 

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire