Des grands écarts à l’heure de la 3e fermeture nationale : 3% de positifs à Tel Aviv, 12% à Bené Brak

0
100

Les 40 localités avec le taux le plus élevé de taux positifs de corona sont arabes et orthodoxes. Alors qu’à Beitar Illit 17% des tests se sont révélés positifs, dans diverses villes du centre, seulement 2% ont été confirmés comme étant infectés. Dimanche, une troisième fermeture nationale commencera. Toutes les statistiques.

Ynet

Dimanche après-midi, Israël entamera une fermeture à l’échelle nationale pour la troisième fois depuis le début de l’épidémie de Corona. Cela se produira seulement trois mois après la deuxième fermeture – et pendant tout ce temps intermédiaire, des restrictions spécifiques n’ont été imposées qu’à une seule colonie juive.

L’augmentation de la quantité de personnes atteintes a été bien constatée dans le nombre de personnes infectées, qui ces derniers jours ont atteint plus de 3 700 vérifiés par jour. Le même bond n’appartient pas à un seul secteur, et l’augmentation, par exemple, a été clairement observée à Tel Aviv (où le nombre de patients a presque doublé en une semaine), ainsi qu’à Herzliya, Hadera et Modi’in-Maccabim-Re’ut.

Et pourtant, les écarts entre les localités arabes et orthodoxes et les autres localités sont très visibles – et encore plus notable est le fait que presque aucune tentative n’a été faite pour réduire la quantité des cas dans certaines de ces zones, avant la décision de fermeture à l’échelle nationale.

Sur les 40 localités où le taux de tests positifs est le plus élevé, 34 appartiennent au secteur arabe et dans les six autres une large majorité orthodoxe. Selon les données du ministère de la Santé d’hier (aujourd’hui, le site Web de corona n’a pas été mis à jour), Beitar Illit est la ville orthodoxe avec le taux positif le plus élevé – 17%. Elle est suivie par: Elad (13%), Bené Brak (12%), Rekhassim (12%), Kiryat Ya’arim (11%) et Modi’in Illit, 11%.

LIRE  Crise humanitaire aiguë au Yémen

À Nazareth, la plus grande ville arabe du pays, 12% des tests effectués la semaine dernière se sont révélés positifs. Parmi les autres localités arabes où plus d’un dixième des répondants ont été confirmés comme positifs pour corona, on trouve Majdal Shams (20%), Daliyat al-Carmel (14%) et Sakhnin, 11%.

En revanche, dans aucune localité du secteur général, le taux de tests positifs n’est supérieur à 10%. Par exemple, à Holon – où une augmentation de la morbidité a été observée dans certains quartiers – le taux positif est de 4%. La même chose est vraie à Haïfa et à Netanya. A Tel Aviv (malgré l’immigration), Petah Tikva, Rishon Lezion et Beer Sheva – 3% positifs.

Raanana, Ramat Gan, Kfar Saba, Kiryat Ono, Givatayim et Ramat Hasharon font partie des villes où le taux de positifs est encore plus faible – seulement 2%. Et à Eilat et Givat Shmuel, seulement 1% étaient positifs pour corona. Tout cela, ne les empêchera pas, ainsi que les autres villes où la morbidité est relativement faible, d’entrer dans une fermeture pendant au moins deux semaines, une fermeture qui peut même durer un mois complet.

Le taux positif du corona n’est pas la seule mesure qui montre les grands écarts entre les secteurs. Même les localités où le taux de changement a été le plus élevé la semaine dernière sont toutes orthodoxes – Kiryat Ye’arim, Beitar Illit et Rechassim.

L’indice des feux tricolores le montre également bien. Les seules villes définies comme rouges sont les arabes Tamra, et Beitar Illit, les orthodoxes Bené Brak et Modi’in Illit. Sur les 33 localités rouges, trois ne sont pas orthodoxes ou arabes: Givat Zeev et Kochav Yaakov près de Jérusalem, et Revava en Samarie. Jérusalem est sur le point d’entrer sur la liste rouge, mais elle compte bien sûr également un pourcentage élevé de résidents arabes et orthodoxes.

LIRE  Un ex-djihadiste toulousain raconte «tout ce qu'il sait» sur la cellule de Daech en France

En fait, depuis la fin du deuxième bouclage, seules les localités arabes et une localité juive – Hatzor HaGlilit ont été déclarées zones réglementées. Cette semaine, les élèves de la cinquième à la douzième année des localités rouges et oranges sont restés à la maison – mais c’était en fait la seule utilisation du programme de feux différentiels. Maintenant, nous sommes tous de nouveau ensemble, dans le même bateau, un bateau rouge.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire