Des grands rabbanim précisent qu’il est interdit de boire plus que raison à Pourim à cause du corona

2
106

Un appel exceptionnel au public orthodoxe: d’importants rabbanim font savoir leur position qu’il faut éviter de boire à Pourim plus que de raison, malgré la mitsva. Les initiateurs de cette instruction craignent une perte de retenue, en particulier chez les jeunes, d’une manière qui pourrait conduire à un mépris des instructions face au corona.

Ynet

« Il faut boire à Pourim plus ? » Pas quand une épidémie fait rage à l’extérieur. D’éminents rabbanim et juristes halakhiques du secteur orthodoxe lancent un appel exceptionnel au public à ne pas boire à Pourim, mais à exprimer la joie de la fête cette année sans consommer d’alcool. Les initiateurs du mouvement craignent une perte de retenue, en particulier chez les jeunes, d’une manière qui pourrait conduire à un mépris des lignes directrices Corona, et ont décidé que les restrictions et la fermeture de nuit imposées par le gouvernement ne suffisent pas.

Dans le contexte de la peur des rassemblements interdits qui pourraient devenir le foyer d’une nouvelle épidémie du virus, une « déclaration » contre cette conduite, considérée par beaucoup comme l’une des conduites normales et recommandées à Pourim, a été publiée aujourd’hui (mercredi) dans les médias orthodoxes.

Ainsi, ils ont écrit: « Se rendre saoul est très dangereux et déplacé, et pendant la grave épidémie coronarienne, on sait que l’alcool trouble les esprits et peut faire perdre la raison aux personnes enivrées, ce qui peut avoir pour conséquence que l’on n’agisse pas avec les précautions nécessaires pour maintenir à la fois la santé et le bien-être, ainsi que les règles médicales fortement recommandées par les médecins. Dans tous les cas, cela pourrait conduire à un taux d’infection plus élevé qui nuit et met en danger la santé publique. « 

LIRE  Présence iranienne en Syrie – Netanyahou à Moscou

Ils ont ajouté et ajouté que « surtout cette année, qui peut, D’ nous en préserve, engendrer également la profanation du Chabbath – il faut éviter de boire avec exagération », en référance aux repas et aux fêtes organisées dans la plupart des localités du pays vendredi à midi, ce qui peut continuer jusqu’au coucher du soleil.

La personne qui a initié cet appel est le Dr Menachem Haim Brier, directeur médical adjoint et responsable du caractère sacré de la vie au centre médical Mayané Hayeshua de Bené Brak, qui travaille depuis 25 ans pour assimiler les normes de santé chez les orthodoxes – y compris par le regroupement de rabbanim importants autour de cette initiative et par la rédaction d’un livre « Extrait de carnet de route d’un médecin ».

Ces dernières années, Brier a mené une lutte publique contre la consommation d’alcool qui est courante à Pourim, en particulier parmi les jeunes orthodoxes, et maintenant, dans le contexte de l’épidémie qui fait rage, il a été rejoint par le rav Yitzhak Zilberstein – l’un des grands rabbanim de la génération, ainsi que le rav Yehouda Silman et le rav Sriel Rosenberg – d’éminents et importants rabbanim orthodoxes, ainsi que le rav Chimon Badani – membre du Conseil des Sages de la Tora sefarades.

2 Commentaires

  1. Il me reste trois bouteilles de whisky, dois-je les mettre dans la vente du hamets? Mon rabbin, à l’époque, m’avait dit qu’il était préférable de ne pas vendre du hamets véritable. Que faire?

Laisser un commentaire