Des écoliers participent à des fouilles et découvrent des bijoux vieux de 900 ans

0
142

Près de 2 500 écoliers et bénévoles ont collaboré pour prendre part aux fouilles de la forteresse franque de Tel Tittora, à Modiin.

Près de 2 500 élèves et bénévoles du Modiin-Maccabin-Reut ont participé à des fouilles archéologiques dans leur propre communauté, ont intégré un nouveau sentiment d’appartenance à l’histoire, et ont découvert des bijoux de l’époque des Croisades, il y a plus de 900 ans.

Des élèves du CM1 à la terminale ont pris part aux fouilles archéologiques à teneur culturel-éducatives dans le cadre d’une initiative de l’Autorité israélienne des Antiquités et de la municipalité de Givat Tittora cette année. À leurs côtés, des bénévoles de tous âges confondus ont également dévoilé l’histoire de leur ville et son patrimoine, tout en prenant du bon temps, les mains dans le cambouis.

Pour Kinneret Goodman, élève de CM1 à l’école primaire Netiv Zevoulon, prendre part à cette fouille était « aussi bien que d’aller à la mer ». Elle a profité de l’expérience de la fouille il y a un mois, et a dit avoir trouvé plusieurs fragments de poterie, notamment un morceau vert spécial « d’il y a très longtemps », et un os d’animal.

« On peut trouver des choses et prendre des photos et se souvenir de la fois où on a trouvé des choses d’il y a des centaines d’années, voire plus », a ajouté Goodman, âgé de presque 10 ans.

La butte archéologique de Tel Tittora est la preuve d’une implantation qui remonte à la période chalcolithique (il y a plus de 5 000 ans) jusqu’à l’époque moderne. L’emplacement stratégique de la colline, entourée de vallées arables sur la route principale qui relie la côte à Jérusalem, explique qu’elle a été continuellement habitée.

Selon le directeur des fouilles Avraham Tendler, le site a révélé des artefacts de l’âge du Bronze, de l’âge du Fer et de la période du Premier et du Second temples, ainsi que des maisons datant de la révolte de Bar Kochba.

L’équipe de Tendler fouille actuellement une forteresse franque de l’époque des Croisades, où une quantité importante de bijoux remontant à 900 ans a été curieusement trouvée dans la cour intérieure. Des dizaines d’objets ont été découverts, certains dans un état impeccable.

« La cour était l’endroit où les femmes cuisinaient dans des fours en argile, et apparemment, ces femmes portaient des bijoux, des bagues, des colliers, des bracelets, des boucles d’oreilles, des épingles à cheveux. Au fil de centaines d’années d’activité dans cette cour, une partie de ces bijoux tombaient », explique Tendler.

Pour Tendler, l’opportunité donnée aux écoliers de travailler dans son équipe dans la fouille leur permet de briser la vitre du musée et de découvrir leur propre histoire et leur propre patrimoine.

« Les étudiants et les bénévoles de Modiin ont exposé la cour intérieure de la forteresse franque. Ici, les occupants de la forteresse ont cuisiné pendant des centaines d’années au Moyen-Âge, il y a environ 900 ans. Les anciens fours en argiles, les marmites, les bocaux, les plats de services et une tables ont été découverts dans cette cuisine antique, ainsi que des restes de nourriture, comme des noyaux d’olives, des légumineux, des pépins de raisin carbonisés et des os d’animaux », a expliqué Tendler.

Les habitants de la municipalité et d’autres bénévoles ont fouillé dans les fondations de la forteresse. Ils y ont découvert une construction de l’époque romaine, en dessous de la forteresse franque, qui deviendra également un élément de la potentielle réserve naturelle sur la colline

Le fait de faire appel à des riverains pour les fouilles comporte de nombreux bénéficies, selon Vered Bosidan, chef de projet pour l’IAA, et cela renforce leur attachement à la colline de Tittora.

« L’enthousiasme commence avec la jeune génération, avec des activités organisées par l’Autorité israélienne des Antiquités dans les écoles, et fait son chemin vers les maisons, les parents et la famille. C’est ainsi que se crée une évolution de la prise de conscience de la préservation des antiquités », a indiqué Bosidan.

La municipalité de Modiin en prend bien note.

« Au regard de l’immense succès, le projet sera poursuivi l’année prochaine », a déclaré le maire de Modiin Haim Bibas. « Nous devons continuer à travailler en collaboration avec les autorités compétentes pour faire de la colline de Tittora un site naturel urbain accessible à tous et qui soit une mine d’informations sur tous les trésors que la région a à offrir. »

Et quand le Times of Israel a annoncé à la fillette de CM1 qu’elle pourra surement participer aux fouilles l’année prochaines, Kinneret Goodman s’est montrée particulièrement enthousiaste « parce que c’est sympa de fouiller et de trouver des trucs ».

Source fr.timesofisrael.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire