Grenoble : la venue d’un prédicateur rigoriste musulman inquiète

0
131

Hassan Iquioussen, membre de l’UOIF, a été épinglé à plusieurs reprises pour des propos antisémites et des prêches radicaux.

L’agglomération grenobloise retient son souffle. Dimanche 17 février, le prédicateur Hassan Iquioussen est censé venir donner une conférence dans la commune d’Échirolles (Isère), à l’initiative de l’Association des musulmans unis, afin de récolter des fonds pour la construction d’une mosquée non loin. La nouvelle a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux, alors que le conférencier en question s’est déjà fait remarquer pour des propos antisémites ces dernières années, rapporte France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

Les juifs, des « avares et usuriers »

Très vite, et alors qu’on apprenait la hausse de 74% des actes antisémites en France en 2018, les autorités ont fait savoir que son intervention serait suivie de près. « Je serai très attentif à ce que les propos tenus dans les différentes manifestations qui nous sont signalées adhèrent aux valeurs républicaines de tolérance et de respect, et soient conformes aux lois », a prévenu le préfet isérois. Hassan Iquioussen est tenu à l’œil, et pour cause, c’est un personnage controversé.

Celui qui doit, à l’occasion de ce rendez-vous, disserter de la « mosquée du 21e siècle », s’est notamment fait connaître pour ses prêches diffusés sur YouTube. Surnommé « le prêcheur des cités », ce membre de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) et co-fondateur des JMF (Jeunes musulmans de France) avait commencé à faire parler de lui en 2004, lorsque le journal L’Humanité l’avait épinglé pour avoir qualifié les juifs d’« avares et usuriers », les accusant de représenter « le top de la trahison et de la félonie »et de « comploter contre l’islam et les musulmans ». Hassan Iquioussen avait finalement reconnu « avoir tenu des propos déplacés », qu’il avait fini par condamner.

LIRE  Une nouvelle révolution s'annonce en Egypte

« L’un des prédicateurs les plus ouverts »

En 2011 puis 2012, il s’était également affiché avec l’idéologue Alain Soral, condamné à plusieurs reprises pour des propos hostiles envers la communauté juive. Dans une vidéo postée en décembre 2013, Hassan Iquioussen se montrait relativement élogieux à son égard. « Alain Soral dit des choses très intéressantes, très intelligentes, pertinentes, et parfois, on peut très bien ne pas être d’accord avec lui », affirmait-il.

Contactée, l’Association des musulmans unis s’est dite « étonnée par cette polémique », qu’elle juge « infondée », allant même jusqu’à qualifier le principal intéressé de « réformateur », le désignant comme « l’un des prédicateurs les plus ouverts, qui appelle notamment les femmes musulmanes qui souhaitent travailler à retirer leur voile ». La préfecture, quant à elle, se veut ferme. « Les incitations à la haine raciale ou à la discrimination sont intolérables et ne doivent pas être laissées sans sanction », a-t-elle fait savoir. « Les peines encourues pour ce délit prévoient d’ailleurs jusqu’à un an d’emprisonnement et 45 000€ d’amende ». 

Source www.valeursactuelles.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire