« La guerre totale »: le plan des partis de gauche pour retarder la mise en place du gouvernement de droite

0
355

Sous la direction d’Elkin et de Toporovsky, les partis qui resteront dans l’opposition préparent un plan visant à retarder les débats et à falsifier les lois qui pourraient entraîner des tensions dans la coalition et des discordes entre les membres des partis qui la composent • « Nous leur préparons une douloureuse surprise »

JDN – Benjamin Berger – Photo : Elkin (Wikipédia)

Dans les partis du bloc de gauche qui formeront la prochaine opposition, ils s’apprêtent à neutraliser le nouveau gouvernement qui sera formé et la coalition de droite-orthodoxe à travers un plan qu’ils appellent « la guerre totale » – ce c’est ce qu’Anna Barsky publie aujourd’hui (vendredi) dans Maariv.

Deux hauts responsables de l’opposition – le centre de la faction Yesh Atid Boaz Toporovsky et le membre du camp d’État Zeev Elkin, connu pour sa riche expérience, travaillent ensemble sur le « plan de guerre totale ». Au programme : trois objectifs immédiats – perturber la mise en place du gouvernement lors des phases législatives des « lois Derhy, Ben Gvir et Smotrich ».

Un haut responsable de l’opposition déclare à Maariv : « L’opposition a les outils pour lutter contre la rapacité de la coalition. Nous leur préparons une douloureuse surprise. De nombreuses discussions les attendent, de la discussion sur l’élection du nouveau président de la Knesset, en passant par la discussion sur la constitution des commissions qui prépareront les lois pour les votes, jusqu’aux discussions sur les lois elles-mêmes. Nous ferons en sorte que chaque discussion dure le plus longtemps possible. »

Des sources de l’opposition déclarent : « Dès que Miki Levy quittera le podium et que le prochain président prendra les rênes, l’opposition commencera à perdre du temps à chaque occasion. Nous allons leur rendre la vie difficile. »

LIRE  Triste : Ben Gvir perdure !

L’initiative énonce trois luttes principales : amener la coalition à renoncer à une partie de la législation avant que le gouvernement ne prête serment d’une manière qui déclenchera des conflits internes, faire traîner la mise en place du gouvernement jusqu’à la seconde moitié de la fête de Hanoucca ou au-delà et amener la coalition à violer les statuts de la Knesset et à activer de manière disproportionnée l’article 98, qui permet sous certaines conditions d’écourter les discussions en vue du vote d’une loi en deuxième et troisième lecture – comme l’ont fait par le passé les partis de la coalition actuelle.

Mais même s’ils l’ont fait eux-mêmes, cette fois les partis de gauche déclarent que si la droite le fait, comme ils l’ont fait eux-mêmes dans le gouvernement Bennet-Lapid, ils saisiront la Haute Cour. « Si la coalition essaie de faire taire l’opposition et viole le règlement, une requête sera immédiatement déposée devant la cour suprême. » , précise l’opposition. « Ce fut le cas dans la loi imposant la taxe sur un troisième appartement, qui à l’époque avait été initiée par le ministre Moshe Kahlon, et a été rejetée par la Haute Cour au motif que la procédure de discussion n’était pas appropriée en commission des finances et en le processus législatif. »

« Dans la précédente Knesset, ils nous ont tués », dit l’opposition. « Les lois les plus évidentes ont été débattues pendant une semaine avec des discussions jusque dans la nuit. Ils vont en faire l’expérience de première main déjà sur le chemin de la formation du gouvernement. »

LIRE  Antisémitisme : le retour de la libre parole

Aucun commentaires

Laisser un commentaire