La situation politique en Israël s’enlise…

0
56

Après une journée mouvementée, quand les deux têtes du gouvernement en sont arrivées à des hauts cris – Netaniahou et Gantz ne se sont pas rencontrés dans le cadre de la séance hebdomadaire du gouvernement, car elle n’a pas eu lieu, mais dans l’enceinte d’une réunion du comité de lutte contre le corona -, voici un nouvel écueil que Yech ‘Atid et Télem dressent sur la place publique : ils comptent déposer merdreci prochain une loi interdisant à une personne qui a des dossiers juridiques en cours contre elle de former un gouvernement…

Le président de l’opposition, Yair Lapid, a déclaré aujourd’hui: « Le fait qu’il n’y ait pas de réunion du cabinet aujourd’hui et que nous nous précipitions aux urnes parce que le Premier ministre a des mises en accusation et qu’il l’emploie est une honte sans nom. Les gens n’ont rien à manger, les entreprises ferment. Mercredi prochain, nous déposons sur la table de la Knesset un projet de loi interdisant à une personne de se présenter comme Premier ministre si elle a contre elle des accusations juridiques. La situation ne peut pas continuer. »

La loi stipule que « le dépôt d’un acte d’accusation pour des infractions aussi graves contre le Premier ministre a un impact sur le statut du Premier ministre et du gouvernement dans son ensemble, leur capacité à diriger et à servir d’exemple à l’ensemble du public et surtout la confiance du public dans le gouvernement et les autorités gouvernementales ».

On aurait pu suggérer à l’ancien journaliste Lapid d’apporter au moins une autre explication : la situation actuelle est surtout insupportable parce que finalement le gouvernement actuel a été formée avec deux têtes, ce qui ne marche pas, parce que chacun tente de tirer la couverture de son côté, et pas du tout parce que Netaniahou souffre de poursuites judiciaires – qui, du reste, sont elles-mêmes plus que discutables.

LIRE  "Dans la presse française, Israël a toujours tort" (Giesbert à i24NEWS)

« Les décisions et les actions d’un Premier ministre en fonction et en même temps appelé à traiter un acte d’accusation peuvent être influencées par des intérêts personnels et illégitimes tout en portant atteinte aux intérêts nationaux de l’État, ce qui peut saper la confiance du public dans le fait que ces décisions et actions ont été prises pour des raisons matérielles. »

Lapid demande si finalement les décisions de Netaniahou ne sont pas influencées par les diverses attaques portées contre lui. Amusant : et c’en est autrement avec Gantz, dont le scandale de la faillite de son entreprise n’a pas encore été développé, mais cela viendra un jour ou l’autre, enfin, surtout le jour où l’establishment juridique cessera de jouer son jeu intéressé et partial… Peut-être, justement, après les prochaines élections.

Dans une interview accordée à News 12 hier soir, Gantz n’a pas exclu la possibilité d’apporter son appui à ce projet de loi !

Ce matin, Galé Tsahal a publié un enregistrement de Gantz dans lequel il dit: « Je pense que c’est pas bon d’avoir un Premier ministre avec trois mises en accusation, j’ai dit cela par le passé, et je ne change pas d’avis. »

La situation est de plus en plus claire…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire