L’ambulancier paramédical Aharon Adler fixe : « Voici à quoi ressemble notre désastre »

0
135

JDN

Le témoignage horrible d’un ambulancier paramédical qui va de l’évacuation d’un malade du corona à l’événement suivant et se sent au bord de l’effondrement…

Peu de temps après huit heures du matin, nous sommes appelés chez un malade de corona souffrant d’un essoufflement important. Le patient est hospitalisé dans un hôpital d’urgence situé dans un abri souterrain. Les experts disent qu’il a été créé pour faire face à une guerre globale.

Déjà sur notre chemin, nous entendons ambulance après ambulance à la recherche d’une destination d’évacuation pour ses patients et ceux-ci sont renvoyés de leur ville, d’Ichilov à Beilinson, à Tel Hashomer, l’un étant plus rempli que l’autre. La centrale téléphonique nous informe que même si l’état de santé de notre malade est instable et que sa vie est en réel danger, il ne peut pas être conduit dans un hôpital de Jérusalem et que s’il n’y a pas le choix, la direction médicale essaiera d’intervenir et de l’aider.

Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas avoir de malades, ils ne peuvent tout simplement pas. Ils n’ont nulle part où placer d’autres personnes dans le besoin. Ils n’ont plus de place dans les services. Ils n’ont plus d’unité de soins intensifs. Ils veulent aider, je sais, je vis avec ces gens depuis des années et je sais à quel point leurs malades sont importants pour eux. Ils le veulent, mais ils ne peuvent tout simplement pas.

Nous entrons dans une immense salle, rangées sur rangées de lits près des murs, des patients couchés à différents niveaux de conscience et d’assistance respiratoire, quand les membres du personnel sont protégés de la tête aux pieds et courent presque, comme des lions, entre les différents patients.

LIRE  Le Juif Bob Dylan, Nobel de littérature

Notre patient est inconscient, essayant de faire entrer de l’air dans ses poumons qui s’effondrent, voulant de toutes ses forces faire face à la maladie – mais ne peut pas.

Nous pratiquons la respiration artificielle avec l’équipe locale, nous tous ensemble, faisons cela tout en sachant que c’est presque sans espoir, mais comment pouvons-nous abandonner? Cette personne n’a que 73 ans, est entré ici il y a quelques jours à peine.

Que D’ ait son âme.

Rendez-vous à la station du Magen David Adom voisine pour compléter l’équipement, nous n’avons pas encore fini d’organiser le mobile et nous sommes à nouveau appelés dans le même hôpital. Cet hôpital qui s’est levé et est sorti de nulle part pour aider et traiter l’épidémie, et encore une fois, pour un patient corona souffrant d’une insuffisance respiratoire grave.

Nous n’entrons pas encore par la porte quand le responsable du service nous arrête : « Attendez, n’allez pas voir votre patiente, il y a une autre patiente qui s’effondre en ce moment, allez la voir. » En passant devant la patiente d’origine, nous constatons qu’elle respire sans effort et que son état semble relativement stable. L’autre est effectivement en un état pire, sa face est bleue, la respiration est chancelante. Et encore une fois, nous entreprenons une réanimation, toujours avec l’équipe locale qui vit cette terreur depuis des semaines. Se battre à nouveau et perdre à nouveau.

D’ ait son âme !

À la sortie, nous voyons déjà les nouveaux patients être admis dans le service. Notre premier patient est couché couvert dans son lit, et à côté de son lit un nouveau patient attend déjà d’être enregistré. Il suffit de déplacer le défunt et vous aurez une place.

LIRE  L’Arménie prête à resserrer ses liens avec Israël malgré les relations avec l’Azerbaïdjan

Un autre patient arrive, et un autre patient arrive, et un autre patient arrive et le personnel local les prend un par un, à la recherche de places pour eux. « C’est comme ça depuis des semaines, l’état de l’un se détériore, un autre vient à sa place, me dit l’infirmière, « quatre sont morts pendant le dernier quart de nuit », ajoute-t-elle, « et tout ce que je veux, c’est la serrer dans mes bras à travers ma combinaison de protection suffocante et lui dire que ça va, que c’est fini. Tout le monde ici a fait tout ce qui est possible.

J’ai vu beaucoup de choses dans ma vie professionnelle aussi. Je porte dans mon esprit (et mon corps) les cicatrices d’incidents terroristes choquants auxquels j’ai assisté, mais lorsque mes petits-enfants me demandent ce qui est surtout gravé dans ma mémoire, je pense que je leur parlerai de la journée que j’ai vécue là.

Le jour où je me suis tenu à l’abri, portant un équipement de protection virale, perdant patient après patient au profit d’un ennemi invisible.

Le premier jour de ma vie, j’ai su que le système n’avait aucun moyen de m’aider. Il n’a ni remède ni solution. Il a épuisé ses capacités et il n’y a pas de sauveur.

Le premier jour durant lequel j’ai senti le désespoir m’envahir.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire