Le feu a repris à Gaza…

0
229

Comme dans un film immuable, qui se répète sans cesse, la situation face à Gaza est devenue explosive, et, en effet, elle se trouve quelque part entre le départ du lancement d’une nouvelle opération, et peut-être déjà en son plein mouvement !

Ce qu’il y avait de nouveau, tout de même, dans ce territoire maudit de Gaza, c’est que la population n’en peut plus : 50% d’entre eux est au chômage, et, en plus, les sommes qui parvenaient auparavant du monde entier pour compenser ces difficultés cessent d’arriver, ce qui entraine une très grande pression. Le public commence à exprimer son opposition au ‘Hamas, qui est en effet le responsable exclusif de la situation, et ce groupe se sent menacé. Que fait-il dans un cas pareil ? C’est tellement simple : la guerre. Et il n’y a pas besoin de faire grand chose en la matière : il suffit d’envoyer un simple petit engin explosif, et le tour est joué. C’est ce qui s’est passé ce matin : une roquette a été envoyée en direction du Sharon, et, par chance pour les uns, et par malchance pour ceux qui ont été frappés, elle est tombée sur une maison habitée, faisant des grands dégâts matériels et physiques. Ceci suffit pour qu’Israël déclare la guerre, car si des roquettes arrivent dans la région de Tel Aviv, cela correspond à un dépassement de la ligne rouge (qui semble se trouver quelque part au-delà de Sdéroth et d’Ashkelon, mais passons).

Vers quoi va-t-on à présent ? Difficile à savoir. Israël est-elle intéressée à s’engager dans une opération militaire ? Ce n’est pas la question : Israël n’a pas le choix, car ce tir a prouvé que l’effet de peur sur les responsables militaires et politiques de Gaza ne les retient plus, ou, autrement dit, leur situation est telle qu’il leur est préférable de provoquer Israël plutôt que de risquer un printemps local. Le résultat est en tout cas le même : on tire.

En veille d’élections, une telle situation peut permettre à Bibi de prouver ses capacités en la matière, poussé à cela qu’il est par les événements. Ceci s’inscrit peut-être dans les décisions prises, car ainsi il peut montrer qu’il sait assurer la défense du pays aussi bien que les 4 généraux qu’il a à présent face à lui, sur le terrain local.

Mais le jeu est risqué : l’expérience a prouvé qu’avec Gaza, on sait (à peu près) comment on y pénètre, mais comment en sortir, nul n’a encore réellement trouvé de solution…

Que Hachem soit avec Son peuple !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire