Le nouveau boycott arabe

0
105

Une grande conférence économique devait avoir lieu la semaine dernière. Il n’y avait pas de protestation internationale, il n’y avait pas de manifestations sur les campus, la brigade anti-israélienne du BDS n’était nulle part, mais la conférence a échoué à cause d’un boycott.

Étonnamment, ce n’était pas une conférence qui devait se tenir à Tel-Aviv ou à Jérusalem ; c’était le quatrième Sommet arabe sur le développement économique et social, tenu à Beyrouth et boycotté par les dirigeants des pays arabes, à l’exception du Qatar et de la Mauritanie.

Le monde arabe boycotte-t-il le Liban? Officiellement non. En pratique, oui. Comme tant de problèmes au Moyen-Orient, l’Iran était la raison de cette abstention, cette fois encore. Le Liban aurait pu être le pays le plus prospère du monde arabe, écrit Abdulrahman al-Rashed, ancien rédacteur en chef du quotidien Asharq Al-Awsat et actuel directeur général d’Al-Arabiya, mais cela n’arrivera jamais car l’Iran contrôlera le Liban (et l’empêchera de prospérer).

Le ministre iranien des Affaires étrangères, M. Zarif, rencontre le chef du Hezbollah, Nasrallah, à Beyrouth (Photo: Reuters) (Photo: Reuters)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, M. Zarif, rencontre le chef du Hezbollah Nasrallah à Beyrouth (Photo: Reuters)

 

Al-Rashed a écrit : “La région connaît une série de crises dont le dénominateur commun est en lien avec l’Iran. Malheureusement, le Liban ne sera pas stable, les Palestiniens n’obtiendront ni statut d’Etat ni vie normale. Au Yémen, en Irak et en Syrie l’espoir d’un avenir meilleur est nul et non avenu, tant que l’Iran poursuivra sa politique de chaos dans la région “, a-t-il déclaré.

Contrairement à l’ancien président américain Jimmy Carter et à la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallstrom, qui souscrivent à la conviction que tout ce qui ne va pas dans la région repose sur “l’oppression des Palestiniens par Israël”, des éléments courageux du monde arabe, tels que Rashid, pointe du doigt l’Iran.

Le général Qassem Suleimani, garde révolutionnaire iranien, dans la région d’Alep, en Syrie

Le général Qassem Suleimani, gardien de la révolution iranienne, dans la région d’Alep, en Syrie

 

L’Iran, indépendamment du fiasco de la conférence de Beyrouth, est en difficulté. Avant la conclusion de l’accord sur le nucléaire de juillet 2015, les sanctions contre l’Iran avaient entraîné une chute du PIB par habitant du pays, passant de 7 832 dollars en 2012 à 4 862 dollars en 2015 (à titre de comparaison, le PIB israélien par habitant était de 36 690 dollars en 2015). Deux ans après l’accord nucléaire et l’assouplissement des sanctions, ce chiffre s’élevait à 5 593 dollars en 2017 (en Israël, il s’élevait à 40 270 dollars). Mais, comme les États-Unis ont décidé de reconduire les sanctions, la situation de l’Iran se détériore à nouveau.

Depuis des années, le pays souffre de sécheresse. La région autour de Téhéran elle-même est en déclin, ce qui pourrait causer un désastre environnemental d’une ampleur inconnue. Le seul de ses voisins capable de faire face à la sécheresse est Israël. Benjamin Netanyahou même offert de l’aide. Il aurait été merveilleux que l’Iran choisisse la coopération régionale plutôt que le développement des armes nucléaires et le financement de la subversion aux quatre coins du monde arabe, mais ce n’est pas le cas.

Au lieu de cela, les ayatollahs préfèrent investir des milliards de dollars dans l’industrie de la mort plutôt que de résoudre le grave problème de l’affaissement physique de la zone de Téhéran. Certes, il s’agit de l’éternel problème de l’islam radical, sunnite et chiite : il choisit toujours la destruction au détriment du développement et de la prospérité.

Le Premier ministre libanais Hariri et des responsables iraniens à Beyrouth (Photo: EPA) (Photo: EPA)

Le Premier ministre libanais Hariri et des responsables iraniens à Beyrouth (Photo: EPA)

 

Et c’est là qu’intervient l’une des escroqueries mondiales de l’ère moderne. Le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) peut porter atteinte à l’image d’Israël, mais il ne bouleverse certainement pas la réalité comme il le prétend. Au lieu de laisser l’élite cultivée d’Occident reconnaître que le principal problème du monde musulman est l’extrémisme religieux et le jihad, ces membres de l’élite s’emploient actuellement à cultiver le complot selon lequel Israël constitue le problème. Cela n’est d’aucun secours pour les musulmans en général et les Palestiniens en particulier. Au contraire, il transforme ces occidentaux en un bras de propagande de l’Iran, du Hezbollah et du Hamas. Bien que ce soit un excellent moyen de perpétuer le problème, ce n’est certainement pas le moyen de faire changer les choses.

Du point de vue arabe, les choses sont différentes. Alors que le mot “réfugiés” était utilisé à plusieurs reprises lors de la conférence, il désignait cette fois les Syriens et les Palestiniens n’étaient pas du tout mentionnés. Les Palestiniens sont devenus une sorte de maladie chronique, sans espoir réel que ce problème soit résolu. Mais pour que les réfugiés syriens ne deviennent pas des réfugiés pour toujours, le fait de devoir parler de leur retour chez eux – de gré ou de force – prend de l’ampleur.

Al-Rashed a correctement défini l’Iran comme le problème central de la région. C’est une définition acceptée par la plupart des dirigeants des États arabes, qui adoptent une position similaire à celle d’Israël. Il est dommage que quelque chose de mieux en mieux compris dans le monde arabe le soit de moins en moins, du moins par les progressistes occidentaux.

Ben-Dror Yemini | 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire