Le rav Maklev prend la défense des 4000 surveillants de cacherouth !

0
135

Radio Kol ‘Hayi – Avi Rabina

Le député Maklev a crié au sein du Comité du travail et du bien-être de la Knesseth : « L’État envoie des milliers de surveillants de cacherouth dans des brouettes dans d’autres endroits, et la Knesset se tait… » | Gafni : « Où est passée la Histadrout ? »

La commission du travail et du bien-être de la Knesset discute actuellement des graves conséquences de la réforme de la cacherouth sur l’emploi des superviseurs de la cacherouth.

MK Uri Maklev : « La réforme adoptée dans la loi sur les arrangements à notre grand dam sans aucune référence à la question de l’emploi des surveillants. L’État envoie des milliers de surveillants dans des brouettes à d’autres endroits et la Knesset se tait. Dans le passé, pour un dixième de scandale dans ce domaine ce comité se serait révolté !

« La question des Machgi’him (des surveillants rabbiniques) n’a guère été abordée au sein de la commission qui s’est occupée de la réforme de la cacherouth. Le directeur général du ministère des Affaires religieuses a jeté du sable aux yeux des Machgi’him. Les encadrants travaillent dur, c’est un métier qui a beaucoup d’expérience et maintenant qui va leur trouver un emploi ? »

Le député Maklev a demandé au comité d’initier des amendements législatifs à la réforme, tels que la préférence des employés existants, etc.

Le président du Judaïsme de la Tora, le député Moshe Gafni, s’est adressé à un représentant de la Histadrouth : « Où est la Histadrouth ? Pourquoi n’avons-nous pas de vos nouvelles ? Lorsqu’une usine à ‘Hatzor HaGlilit a annoncé le licenciement de dizaines d’ouvriers, la Histadrouth a menacé d’une grève généralisée. Là, quand il s’agit de 4.000 personnes, vous êtes absents. Cela sent mauvais, où êtes-vous ? »

LIRE  Des États-Unis à Israël, le vaccin de Pfizer est efficace en conditions réelles

L’organisation « Cocheroth » a répondu à l’audience : « La Haute Cour « Machgia’h-Mouchga’h » de 2006 oblige l’État d’Israël à assumer la responsabilité des superviseurs de la cacherouth afin qu’ils ne soient pas employés par l’entreprise qu’ils supervisent. En dehors de quelques ensembles régionaux, l’État a ignoré la décision de la Haute Cour et n’a pas assumé la responsabilité requise.

« La récente loi de la cacherouth aggrave le problème et ne le résout certainement pas. À notre avis, l’État d’Israël a la responsabilité de fournir un service casher d’État au citoyen, il est donc approprié qu’il en soit ainsi dans le seul État de la communauté juive.

« Abandonner la cacherouth à toute organisation de trois rabbins qui font ce qu’ils veulent, comme le décide la nouvelle loi, sans savoir qui donne la cacherouth et de quelle manière – est contraire à toutes les règles de bonne administration et ne nous créera certainement pas un service de cacherouth de qualité. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire