Les premiers signes d’un changement…

0
133

Illustration : l’agglomération de Turan

Les premiers signes d’un changement dans la conduite des forces de police dans le pays à la suite de la violence dans la société arabe : 145 détenus à la suite d’une descente de police dans un village de Galilée…

Ynet

Au cours de la nuit, 250 policiers sont entrés à Turan, arrêtant 145 hommes à la suite des nombreux actes de violence des dernières semaines. Dans l’un des incidents, des balles tirées sur une maison familiale ont pénétré dans la chambre des enfants. Les habitant du village: « Nous avions peur de sortir acheter du pain, on se sent en prison »

De grandes forces de police sont entrées dans la ville de Turan en Galilée dans la nuit (entre Chabbath et dimanche), arrêtant 145 hommes à la suite des nombreux actes de violence qui y ont eu lieu récemment. La police a déclaré qu’ils avaient été arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés d’être impliqués dans des bagarres violentes, des incendies criminels et des fusillades. 250 policiers de tout le district nord ont pris part au raid, y compris les forces du spéciales et les combattants de la police des frontières.

Au cours de la semaine écoulée, des dizaines d’incidents violents ont eu lieu dans la localité, et hier encore, une personne a été modérément blessée par des coups de feu, des bâtiments ont été incendiés et de nombreuses grenades assourdissantes ont été lancées dans les rues. Dans l’un des incidents, des balles tirées sur la maison de la famille Dahla ont pénétré dans la crèche alors que les deux enfants de la famille et leur mère étaient à l’intérieur. Dans un autre cas, une explosion a été entendue dans l’un des quartiers et un véhicule garé à l’entrée de la maison a été incendié.

LIRE  Israël va fournir le système ‘Barak 8’ à la marine indienne

Des incidents de violence similaires se sont produits dans la localité dans le contexte d’un conflit entre les familles Dahla et Adui, qui a éclaté il y a environ un an et demi en raison des résultats de l’élection présidentielle du conseil local d’octobre 2018, au cours de laquelle le bilan d’Adui a été remporté. Dans ce contexte, deux habitants du village ont été assassinés. Falah Dahla a été tué alors qu’il tentait de séparer une bagarre de masse en novembre 2019, et Mahmoud Maid Aduy, le neveu du maire, a été abattu près de son domicile en mai 2020. La police a arrêté les suspects du meurtre de Dahla, mais après environ un mois, il a décidé de les libérer faute de preuves. Dans le cas de l’assassinat de Adui, aucun suspect n’a été arrêté.

Les arrestations de ce soir s’ajoutent aux 11 suspects arrêtés au cours du week-end, dont certains ont été appréhendés avec des armes, dont un fusil Carlo, un fusil de lancement, des cocktails Molotov et une grenade. La détention de ces suspects a été prolongée devant le tribunal à la demande de la police. Les forces de police sont restées sur les lieux ce soir pour maintenir l’ordre public et empêcher de nouvelles bagarres entre les familles impliquées.

Dans la nuit, le député Mansour Abbas accompagné de personnes sachant ramener la paix entre les groupes s’est rendu dans le village et a contacté les deux familles. Il a été convenu d’une hudna (cessation des hostilités) pendant deux semaines.

La police a déclaré qu’elle « prend en charge les incidents de violence très graves en général, en mettant l’accent sur les incidents impliquant des personnalités dans la fonction publique, et la police utilisera tous les moyens et avions pour localiser ces criminels violents et les poursuivre. Parallèlement, la police israélienne appelle les habitants et les dirigeants locaux pour arrêter de les incidents, pour prendre ses responsabilités et agir immédiatement pour calmer les esprits afin de rétablir le calme dans le village ».

LIRE  Israël obtient 20% des investissements mondiaux dans la cybersécurité (Netanyahou)

Un habitant du village a déclaré: «J’ai peur de quitter la maison pour acheter du pain pour les enfants à cause du danger. Tous ceux qui pénètrent dans le village pensent que nous sommes comme pendant une guerre, mais c’est encore plus dur que cela. Tout est détruit et il n’y a personne pour nous aider. Nous sommes fatigués, voulons revenir à la routine que nous avons perdue. »

Ces derniers jours, plusieurs bagarres ont éclaté entre les familles à Turan, des biens ont été endommagés et des suspects ont été arrêtés. Hier matin, un homme a été modérément blessé par des coups de feu dans le village, des bâtiments ont été incendiés et des grenades assourdissantes ont été lancées dans les rues. Les habitants de Turan ont déclaré hier que « la situation est très grave, nous ne sommes pas loin du meurtre. A tout moment une catastrophe est attendue ».

Selon les habitants, le chef du conseil n’intervient pas « et aucune des dignitaires est aprvenu à apporter une solution. La présence de la police 24h / 24 n’aide pas non plus. Tout le monde abandonne les habitants et les laisse sans solution ».

Depuis le début de l’année, en 24 jours, dix personnes ont été assassinées dans des localités arabes. Suite aux violences incessantes, le maire Umm al-Fahm, Samir Subhi, et le chef du Conseil d’appel, Mod Yunis, ont annoncé mardi qu’ils soumettraient aujourd’hui des lettres de démission au ministère de l’Intérieur. Les lettres de démission prendront effet dans un mois, et les deux ont menacé de ne pas reprendre leur lettres à moins qu’une solution ne soit trouvée aux meurtres répétés.

LIRE  Nouvelle agression antisémite dans le métro parisien

« La police doit découvrir qui est derrière le meurtre de quatre membres de la famille Agbaria », a déclaré le maire Umm al-Fahm, faisant référence aux quatre habitants de la ville qui ont été assassinés en un an et demi. Le dernier d’entre eux, Muhammad Agbaria, 21 ans, a été tué mardi après-midi – alors qu’une manifestation se déroulait dans la ville contre les meurtres. La police a déclaré que les antécédents et les circonstances faisaient l’objet d’une enquête, mais on estime que le contexte est un conflit en cours qui a déjà fait quatre victimes de la même famille. Sur les photos prises à proximité des lieux du meurtre, un véhicule qui aurait été utilisé par les suspects évadés a été vu en feu.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire