Normalisation économique majeure entre Israël et le Golfe ©

0
414
People walk on the beach as a container ship crosses the Gulf of Suez towards the Red Sea before entering the Suez Canal, in El Ain El Sokhna in Suez, east of Cairo, Egypt April 24, 2017. Picture taken April 24, 2017. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh - RC1E42014B40

By Hava

Le 13 décembre, le ministre israélien du Renseignement et des Transports, Israël Katz, a annoncé l’intention d’Israël de relancer le projet ferroviaire du Hejaz reliant le port israélien de Haïfa aux États du Golfe. Ce projet inquiète au plus haut point l’Egypte, car il pourrait se révéler être un concurrent au canal de Suez, avec à terme une baisse des revenus économiques de l’Egypte.

Le chemin de fer du Hejaz a été construit en 1908 pour relier Damas à Médine en traversant la région de Hejaz en Arabie Saoudite. Il était censé s’étendre jusqu’à la Mecque, pour faciliter le pèlerinage dans la ville sainte. Une branche avait été ajoutée à ce chemin de fer qui allait jusqu’à Haïfa pour rejoindre la mer Méditerranée. Mais quand la Première Guerre mondiale a éclaté, le chemin de fer et ses lignes annexes ont été partiellement détruites et les autres fermées.

Dans son interview avec Elaph le 13 décembre 2017, Katz a expliqué quel était ce projet de construction d’un chemin de fer qui serait parallèle à la côte de la mer Rouge et au canal de Suez. “Nous allons prolonger la voie qui relie Haifa et Beth Shean au pont King Hussein; les Jordaniens l’étendront aussi de leur côté pour se relier aux chemins de fer saoudiens “, a-t-il dit.

Katz a souligné que les études du projet sont achevées et que son concept et ses plans sont prêts. La construction devrait commencer dans un an ou deux après approbation par la Jordanie et les États du Golfe. Il a confirmé que ces pays avaient déjà la proposition du projet en main, mais n’a pas expliqué comment il leur avait été présenté. Il convient de noter que si le traité de paix israélo-jordanien régit les relations diplomatiques entre Israël et la Jordanie, l’Arabie saoudite n’a pas de relations diplomatiques avec Israël.

Dans l’interview, Katz a indiqué que 25% des exportations de la Turquie vers le Golfe passent par le port de Haïfa et passent par la Jordanie. Il a expliqué que cette ligne de chemin de fer contribuera à réduire les frais de transport de l’Europe vers les pays du Golfe.

Dans son émission télévisée du 18 décembre “Al-Tabaa al-Oula” sur Dream TV, l’ancien conseiller présidentiel aux médias Ahmed al-Meslemani a prévenu: “Ce chemin de fer sera une alternative au canal de Suez. Il affectera les revenus futurs du Canal d’autant plus qu’il sera plus sûr que le canal pour le cas où le conflit avec Yémen s’intensifierait et si les Houthis et la marine iranienne prenaient le contrôle du détroit de Bab al-Mandab. “

“Tout n’est pas aussi simple que ce que disent Katz ou Meslemani”, a déclaré le général de division retraité Mamdouh Attieh à Al-Monitor. “Le contrôle par l’Iran ou les Houthis du détroit de Bab al-Mandab n’est pas seulement un acte hostile envers l’Egypte et le canal de Suez, c’est un acte hostile contre les puissances internationales et il affecterait le commerce entre l’Est et l’Ouest. Toute tentative de contrôle du détroit de Bab al-Mandab par l’Iran ou les Houthis devrait faire face à une réaction internationale féroce et violente. “

Mustafa Al-Rasheed, professeur d’économie à l’Académie arabe pour la science, la technologie et le transport maritime, était en désaccord avec Meslemani. Il a déclaré à Al-Monitor: “Le projet israélien n’est pas un concurrent au canal de Suez, et ne pourra pas affecter ses revenus.”

Il a expliqué: «À la suite du mégaprojet de développement lancé par le président Sissi en 2014 pour élargir le canal de Suez, la voie d’eau principale a été approfondie pour accueillir des navires de grande taille et de grands pétroliers. Aucun chemin de fer ne pourra rivaliser avec ce nouveau canal. Les trains ne peuvent transporter que des cargaisons transportées par ailleurs par des navires de petite taille. Cela ne signifie pas que ce projet ferroviaire sera un échec. Cela signifie simplement que le chemin de fer et le canal de Suez cibleront des clients différents. “

S’exprimant lors de la conférence Calcalist 2018 sur les prévisions économiques, et qui a réuni de grands investisseurs et des hommes d’affaires le 25 décembre à Tel Aviv, Katz a décrit le chemin de fer du Hejaz comme un projet historique.

“Je le pousse en avant. J’ai rencontré plusieurs fois des représentants et des organismes américains pour discuter de ce projet. Nous n’avons besoin que de 200 kilomètres pour relier les premiers rails de l’Arabie Saoudite à Israël via la Jordanie “, a-t-il dit, ajoutant que ce projet marquerait l’arrivée et le transit de la” force économique “de Riyad en Israël.

Bien que l’impact direct du chemin de fer sur les revenus du canal de Suez puisse être discutable, ce projet de liaison terrestre entre Israël et l’Arabie Saoudite soulève des questions sur les conséquences de la normalisation entre le royaume saoudien et Israël sur l’économie égyptienne.

Un autre projet inquiète aussi l’Egypte. De nombreux experts et observateurs, dont l’ancien Premier ministre égyptien et candidat possible aux élections de 2018 Ahmed Shafiq et l’éminent journaliste égyptien Abdullah al-Sanawi, ont mis en garde contre un accord potentiel entre Israël et l’Arabie Saoudite pour établir une alternative israélo-saoudienne au Canal de Suez, avec un canal alternatif reliant le port d’Eilat en Israël aux côtes israéliennes sur la mer Méditerranée. Les navires empruntant ce canal passeraient par le détroit de Tiran, que l’Egypte a remis à l’Arabie Saoudite en vertu de l’accord de démarcation de la frontière maritime connu sous le nom d’ « Accord de Tiran et Sanafir ».

Kamal Amer, le président du Comité de la défense nationale et de la sécurité du Parlement égyptien, a déclaré à Al-Monitor: “En vertu de l’accord de Camp David, le détroit de Tiran est un cours d’eau international ouvert à toutes les nations. L’Egypte ne peut pas empêcher la navigation dans ce détroit pour le cas où Israël déciderait de creuser un canal reliant Eilat à la mer Méditerranée pour concurrencer le canal de Suez. “

Il a poursuivi: “A ce jour Israël n’a pas encore été capable de mettre en œuvre un tel projet de canal, car son sol à cet endroit est très dur et il ne serait pas facile de creuser un couloir de navigation comme le canal de Suez. Mais s’il était construit l’Egypte ne pourrait pas entraver la navigation des navires qui souhaiteraient transiter par le canal israélien. “

Pour l’heure, aucune alternative au canal de Suez ne devrait affecter les revenus du canal de sitôt. Pourtant, la normalisation entre Israël et les pays du Golfe, en particulier l’Arabie saoudite, pourrait à un moment donné ou à un autre, briser le monopole de Suez sur le commerce entre l’Est et l’Ouest.

 

David Awad – al Monitor – Traduction JFORUM

 

La dernière année semble avoir été couronnée de succès pour le canal de Suez. Dans une déclaration au journal Youm al-Sabeh le 31 décembre, Mohab Mamish, président de l’Autorité du Canal de Suez et responsable de la Zone Economique du Canal de Suez, a déclaré que les revenus du canal ont augmenté de 89,9% en 2017 par rapport à 2016. leur croissance avec l’ouverture de la zone logistique et des zones d’investissement environnantes.Cependant, l’optimisme de Mamish ne suffit pas à lever les doutes qui tourmentent de nombreux Égyptiens sur la faisabilité à long terme du projet de développement de la zone du canal de Suez lancé par le président Abdel Fattah al-Sisi en 2014.

 

Read more at http://www.jforum.fr/normalisation-economique-majeure-entre-israel-et-les-pays-du-golfe.html#FagZ0Ip7EoZQVlJI.99

Aucun commentaires

Laisser un commentaire