Le Prince vert a frappé à nouveau – à l’ONU !

0
1595

Le Prince vert a frappé à nouveau ! Et très fort, cette fois-ci, en utilisant l’ONU.

 

Moussa’v ‘Hassan Youssef, le « Prince vert », est un arabe palestinien, fils de l’un des grands responsables du ‘Hamas, qui a été touché par la « grâce » et a servi Israël dans le cadre de ses services secrets, contre son propre peuple.

Finalement, il vit de nos jours aux Etats Unis, et a quitté l’islam en faveur du christianisme.

Lors d’une récente séance à l’ONU, quand la plupart des pays arabes (et autres) ont condamné systématiquement Israël, à leur coutume, l’intervention de Moussa’v ‘Hassan Youssef a provoqué un grand silence, en particulier dans la délégation palestinienne. Qu’on leur dise leurs quatre vérités, cela n’arrive jamais ; mais en plus face au monde entier, dans l’enceinte de l’ONU, cela est réellement sidérant !

Il a rappelé que les gouverneurs des Palestiniens n’ont aucune légitimité, puisqu’ils ne sont pas élus, et que finalement ce sont eux les plus grands ennemis du peuple palestinien (et non Israël, s’entend). « Si Israël n’existait pas, vous n’auriez pas à qui imputer vos échecs… Vous trompez le monde entier, vous trompez la société palestinienne et vous voulez faire croire qu’Israël est responsable de vos problèmes ».

Son intervention, qui a duré une minute et demie, a été suivie d’une minute de… silence…

 

Moussa’v ‘Hassan Youssef est né en 1978 à Ramala dans une famille modérée. Lors de la première Intifada, il a participé aux émeutes et a été jeté en prison par Israël pour soupçon de port d’arme. Alors il lui a été proposé de travailler avec Israël. Il a raconté par la suite que la crise chez lui s’est développé quand il a pris conscience du fait que le ‘Hamas exploité la faiblesse de la jeunesse palestinienne pour arriver à ses buts. Il a travaillé pour Israël durant neuf ans, à partir de 1999, et son aide a été capitale, proche qu’il était de l’ensemble des dirigeants palestiniens. Il a pu alors avertir de nombreuses actions terroristes.

LIRE  La déception de Jonathan Pollard

A voir ici (Be’hadré ‘hadarim) !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire