Le projet de tamisage des vestiges du Mont du Temple en danger

Les archéologues qui étudient les vestiges des antiquités du Mont du Temple détruites par le Waqf contraints de collecter de l'argent directement auprès du public: «Le Premier Ministre avait promis un budget, nous l’attendons toujours».

0
259
Workers at the archeological site, the Mount Antiquities Salvage Operation, in Emek Tzurim, located on Mt Olives, near Jerusalem's Old City. The project is dedicated to recovering archaeological artifacts from topsoil removed from the Temple Mount by the Islamic Waqf. October 06, 2016. Photo by Miriam Alster/FLASH90

L’archéologue Zachi Dvira, co-directeur avec Gabi Barkai du projet de tamisage des débris du Mont du Temple, prévient que le projet, qui a débuté il y a 12 ans pour révéler les résultats des destructions perpétrées par le Waqf sur le Mont du Temple, est en danger.

Selon lui, le travail de recherche qui a été mené au cours des années et a permis récemment de retrouver un magnifique chapiteau du Mont du Temple datant de la période du Second Temple, risque d’être interrompu. « Ce projet, à cause de sa complexité, nécessite beaucoup de ressources en raison de la destruction et de la nécessité de travaux de recherche approfondis sur chaque type de trouvaille ».

Le projet Temple Mount Sifting a été fondé en réponse à l’élimination illégale de 9 000 tonnes de gravas riches en antiquités du Mont du Temple par la branche nord du Mouvement islamique sous la supervision du Waqf en 1999. Le tamisage de ce matériel a été réalisé dans le parc national de la vallée de Tzourim depuis 2004, dans le but de récupérer les vestiges archéologiques contenus dans les déblais et de mener des recherches approfondies sur les découvertes. Il s’agit des premières découvertes archéologiques du Mont du Temple étudiées et publiées scientifiquement. Le projet est sous les auspices de l’Université Bar Ilan avec le financement de la Fondation israélienne d’archéologie.

« Lorsque le projet a été mis en place en 2004, j’étais encore étudiant de troisième année en archéologie et certaines de nos activités ont ensuite été étouffées et réduites au silence. J’ai même arrêté plusieurs fois.

« Afin de poursuivre le tamisage des déblais du Mont du Temple et de récupérer des artefacts supplémentaires, nous devons d’abord financer la recherche et la publication des découvertes qui ont déjà été faites. Si on m’avait demandé au début du projet quelles découvertes nous pourrions faire, je n’aurais jamais pu imaginer que nous serions en mesure de reconstruire les modèles des sols somptueux des cours de temple d’Hérode que nous avons récemment publiées. Je n’aurais pas pu imaginer la recherche actuelle sur la poterie, les inscriptions, les armes, les pièces de monnaie ou les centaines de milliers de découvertes et les champs de recherche que nous ouvrons.

« Si nous pouvons compléter même nos recherches actuelles, nous sommes sûrs de découvrir de nombreuses nouvelles données importantes sur l’histoire du Mont du Temple. Nous sommes actuellement à une jonction critique: le projet va soit fermer ou continuer vers la recherche et la publication des artefacts que nous avons déjà récupérés. J’espère sincèrement que nous pourrons continuer la recherche qui va inévitablement donner lieu à de nombreuses découvertes importantes pour notre compréhension de notre héritage».

Dvira affirme qu’en 2005, l’organisation Ir David Elad a commencé à financer le projet de tamisage et « nous avons également levé des fonds pour financer la recherche. Mais tout est sur le point de se fermer, car il est toujours difficile de collecter des fonds à l’étranger, et, en archéologie, la majeure partie du travail se fait dans le laboratoire. Le taux de découverte est plus important dans les recherches en laboratoire que dans le tamisage sur le terrain.

La recherche menée jusqu’à présent sur les artefacts a déjà donné lieu à d’importantes découvertes: identification de nombreuses découvertes du début de la période du Premier Temple, déchiffrement du sceau d’un prêtre de la période tardive du Premier Temple, reconstitution des motifs du sol des somptueuses cours du Second Temple, découverte de nombreux vestiges architecturaux de la période byzantine, étude d’une grande collection de monnaies islamiques précoces et de la collection la plus riche de pièces de monnaie communes et extrêmement rares de la période croisée. De la période des Croisés, nous avons également identifié de nombreuses preuves de la présence des Templiers.

Le Dr Barkay ajoute: « Le projet est un outil éducatif extraordinaire. À ce jour, plus de 200 000 personnes d’Israël et du monde entier ont participé au criblage. Il s’agit d’un phénomène sans précédent dans la pratique archéologique, et fait de ce projet la recherche archéologique la plus visible au monde. Le contact tangible des participants avec le sol, les pierres et les découvertes archéologiques est un outil pédagogique irremplaçable reliant les personnes à leur patrimoine. Nous espérons que nous pourrons poursuivre une activité aussi importante …  »

Dvira remarque que le Premier ministre a promis de les financer, mais ils attendent toujours. « Avant Souccoth, le Premier ministre nous a rencontrés et nous a demandé de combien d’argent nous avons besoin, et que pour lui ce n’était pas un problème. Nous n’avons rien entendu depuis. Les mois sont passés. Il y a eu toutes sortes de discussions sur l’établissement d’une fondation du Mont du Temple mais rien n’en est sorti non plus. En fin de compte, nous sommes sortis avec une campagne de crowdfunding avec Headstart, ce qui nous permettra de tenir jusqu’à la fin de l’année dans l’espoir que d’ici là le budget viendra du gouvernement.

« Il s’agit d’un projet d’importance nationale et il est important pour le public d’y participer. Il y a quatre ans, l’ancien secrétaire du gouvernement, Zvika Hauser, nous a dit que l’État était responsable de cette catastrophe archéologique et que c’est à lui de la réparer … Malheureusement, il n’est plus au gouvernement et nous espérons que les promesses du premier ministre seront respectées. Il est temps que le gouvernement israélien prenne une décision officielle et agisse pour la cause du Mont du Temple. »

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire