Mais qu’est-ce qui se cache derrière Telegram ?

0
946

Adel Kermiche est à gauche et Abdel Malik Petitjean à droite, les deux hommes abattus par la police le 26 juillet dernier 

La chaîne privée Telegram de Adel Kermiche a mystérieusement émis de nouveaux messages mardi soir à 21 h 51 : quelqu’un a pris possession du canal privé pour y publier plusieurs documents qui ne sont restés en ligne que dix minutes avant d’être supprimés.

D’abord trois photos : un cliché de Khaled Kelkal, le terroriste islamiste algérien et membre du GIA des attentats de 1995. Une capture d’écran de la vidéo de revendication de Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean. Et une troisième image issue de la vidéo que Larossi Aballa a tournée en juin dernier à Magnaville dans la maison des deux policiers. Tous les clichés sont suivis de la phrase : « Qu’Allah bénisse les lions solitaires ».

Puis le message prend fin sur une séquence sonore d’un peu moins de 2 minutes dans laquelle une voix qui ne correspond pas à celle de Adel Kermiche et qui s’exprime dans un français sans accent, félicite chaleureusement ses « frères » pour les « opérations » menées en France. Il est question de « zone de guerre » : « On s’est habitué au sang, on s’est habitué à la guerre, on s’est habitué à beaucoup de choses », explique la voix avant d’ajouter « ici, des sœurs, des enfants et des hommes » se réjouissent des attentats, alors qu’on entend en fond sonore, un brouhaha de voix…

On sera sensible au fait qu’une fois encore, alors qu’un débat sur l’utilisation des images dans les médias vient à peine d’être amorcé en France, le terrorisme manipule sans vergogne et avec beaucoup d’habileté les réseaux populaires pour faire parler de lui. Mais on sera encore plus sensible à l’utilisation de cette « information » par les médias français, à ses rebondissements dans tous les domaines de la culture et sous toutes ses coutures, comme par exemple cette fiche « technologie », publiée sur le magazine « le temps » et titrée « Comment les djihadistes utilisent la messagerie Telegram », qui vante les prouesses techniques de l’application, « une aubaine pour les terroristes » (!) Car, derrière ce rebondissement dans l’affaire Kermiche, perce une véritable politique démagogique et complaisante envers les médias qui favorisent sans retenue aucune le but recherché : recruter d’autres têtes brûlées. Comment la presse a pu avoir accès à cette information si vite et comment a-t-elle pu, encore une fois, l’utiliser de manière si démonstrative et racoleuse ? Mais que fait la police ?

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire