Le retrait prudent du ‘Hamas

0
193

Photo :  Yahya Sinwar 

Une déclaration de ce jour de la part de Yahya Sinwar semble laisser entendre que le ‘Hamas a pris conscience de son erreur dans sa dernière série d’actions contre Israël – et peut-être qu’effectivement la réaction dure d’Israël y est pour quelque chose…

Yahya Sinwar était le chef militaire dans les Brigades Izz al-Din al-Qassam, la branche armée du Hamas dans la bande de Gaza. En février 2017, il y est élu leader du Hamas ou « premier ministre », prenant le relais de Ismail Haniyeh.

Signalons ici qu’en 1988, soupçonné de l’exécution de douze « collaborateurs », il est arrêté, reconnu coupable de quatre meurtres et condamné à 30 ans de réclusion. Il a tenté de s’échapper à plusieurs reprises, mais a toujours été repris Sinwar avait exécuté 22 ans de sa peine avant d’être libéré en 2011 lors de l’échange de prisonniers pour le soldat israélien Gilad Shalit. Il est alors accueilli en héros à Gaza et appelle aussitôt les brigades Ezzedine Al-Qassam à commettre d’autres enlèvements d’Israéliens pour obtenir d’autres libérations de prisonniers. En septembre 2015, Sinwar a été déclarée « terroriste » par le gouvernement des États-Unis. En février 2017, Yahya Sinwar, qui selon le Guardian « rejette toute réconciliation avec Israël », est élu à la tête du bureau politique du Hamas, et devient de fait « premier ministre » de la Bande de Gaza.

Là, à présent, Sinwar a déclaré à El Jazira que son organisme est arrivé, en Egypte, à une conclusion selon laquelle il éviterait d’arriver à un conflit militaire.

En ce qui concerne les échanges de prisonniers, il a parlé d’une certaine avancée dans le domaine, mais d’un refus final d’Israël « de payer le prix ». On imagine ce que cela signifie ! Sans doute encore une fois la libération d’un millier de terroristes, de son genre…

Avant lui, un autre responsable du ‘Hamas a déclaré que 50 des morts à la frontière de Gaza, sur les 62, étaient en fait des gens de cet organisme, donc des terroristes patentés. Aveu gênant pour les hommes politiques et les diplomates, ainsi que pour les journalistes, qui ont accusé Israël de « tuer des innocents »…

Ismail Haniyeh, pour sa part, était également en Egypte ces jours-ci, et les media locaux font part d’une virulente attaque de la part des gens à l’aéroport contre lui, quand le public lui reprochait d’être coupable d’avoir précipité tellement de personnes à la mort de manière criminelle !

Enfin on signale que plusieurs camions contenant du matériel médical destiné à aider les soins apportés aux blessés dans les hôpitaux gazaouites ont été refusés au passage de Kérem Chalom parce qu’ils étaient en provenance de l’armée israélienne… En revanche, d’autres camions, envoyés par l’UNICEF et par l’Autorité palestinienne, ont trouvés grâce aux yeux des dirigeants de la Bande de Gaza… Plus stricte que cela, on meurt !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire