S & P confirme le A+ d’Israël et donne une perspective positive de son économie

0
184
L’agence de notation de crédit Standard & Poor’s a confirmé les notations de crédit globales et les perspectives économiques d’Israël, lui donnant un A+. L’agence a ajouté que la réduction continue du ratio dette/PIB (produit intérieur brut) et la réduction des risques géopolitiques pourraient soutenir une meilleure cote de crédit pour Israël à l’avenir… Détails…

Selon les économistes du S & P, la cote de crédit d’Israël aurait pu être plus élevée, atteignant potentiellement le niveau AA.
La plus haute notation de crédit S & P est AAA.
La Banque d’Israël a prédit que l’économie augmenterait de 3,4% cette année et de 3,5% en 2019.
S & P a opté pour une évaluation plus conservatrice, affirmant que l’économie israélienne devrait croître de 3,1% par an entre 2018 et 2021 grâce à augmentation de la consommation privée, des investissements des entreprises et de la bonne performance du secteur des services, qui bénéficie d’une flexibilité monétaire.
Le rapport de S & P a noté que les prévisions de croissance mettent en péril la remarquable performance économique d’Israël depuis le début de la crise financière mondiale en 2008. 

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, a salué le communiqué de S & P en déclarant: « Israël a terminé l’année 2017 comme l’une des économies les plus fortes et les plus importantes du monde avec d’excellentes données macroéconomiques et avec un deficit historiquement bas « .
Rony Hizkiyahu, comptable général du ministère des Finances, a déclaré que « la réaffirmation de la cote de crédit A+ d’Israël et les perspectives économiques positives découlent, entre autres, de la publication du ratio estimé dette-PIB pour 2017, qui continue de baisser ».
S & P a félicité le gouvernement pour avoir poursuivi des politiques qui favorisent une économie diversifiée, moderne et prospère, en exerçant une discipline budgétaire et un cadre monétaire flexible.
Les économistes de l’agence ont noté que les deux principaux problèmes empêchant Israël d’obtenir une meilleure cote de crédit restent une dette modérée mais surtout les risques géopolitiques régionaux.

Source koide9enisrael

Aucun commentaires

Laisser un commentaire