Sa’ar provoque une nouvelle tension dans la coalition à l’égard de la loi contre Netaniahou

1
254

Le ministre de la Justice a déclaré dans une interview à Yedioth Ahronoth qu’il préparait une loi selon laquelle un accusé ne pourra pas former un gouvernement, et a provoqué des tensions avec Yemina – dont certains membres ont précédemment annoncé qu’ils s’opposeraient à une telle loi. Cependant, des responsables gouvernementaux affirment que Sa’ar a reçu l’autorisation de demander au conseiller juridique du gouvernement (un certain Mendelblit) de préparer un mémorandum de loi sur la question. Le Likoud accuse : « Sa’ar ne fonctionne que sur un mode, celui de la vengeance ! »

La publication ce matin (vendredi) dans le Yedioth Ahronoth de la volonté du ministre de la Justice Gideon Sa’ar de promouvoir une loi selon laquelle un prévenu ne pourra pas former de gouvernement, provoque de nouvelles tensions au sein de la coalition. De hauts responsables du gouvernement affirment que Sa’ar a consulté et obtenu la permission de demander au procureur général Avichai Mandelblit de préparer un mémorandum de loi sur la question, mais on ne lui a pas promis que la question serait promue – car cela dépend du consentement de tous les membres de la coalition, et ce consentement n’a pas encore été donné. L’interview complète est publiée aujourd’hui dans Yedioth Aharonoth.

De plus, à droite, il y a des députés qui s’opposent à la loi, connue sous le nom de « loi Netanyahu » en raison de son lien direct avec l’ancien Premier ministre, et ont même clairement indiqué dans le passé qu’ils ne garantissaient pas de voter en sa faveur. Ainsi, si Sa’ar veut toujours aller de l’avant avec la loi, il devra chercher l’accord de tous au préalable.

LIRE  Un ministre israélien : "Il est temps d'éliminer le dictateur syrien et d'écraser le régime iranien"

L’intention de promouvoir la loi suscite des critiques et de la colère à droite, et en particulier dans le bloc Netanyahu, qui considère cette loi comme une loi personnelle – du genre à laquelle certains membres de la coalition actuelle se sont opposés jusqu’à présent. Malgré cela, la loi bénéficie d’un soutien enthousiaste parmi certaines des autres factions, y compris parmi les membres d’Yisrael Beiteinu et Yech Atid.

Ce matin, le Likoud accuse Sa’ar du fait que tout ce qui l’intéresse, c’est la vengeance et la fermeture d’un compte personnel. Selon eux, depuis que Sa’ar est entré à la Knesset dans le cadre de son parti, il a été occupé à dissoudre le Likoud – le parti qu’il a quitté pour fonder Tikva ‘hadacha.

Dans tous les cas, s’il n’y a pas de changements de dernière minute, la Knesset rentrera en vacances le 8 août – donc même si elle parvient à formuler des accords autour de la loi, elle ne sera probablement que promue après les vacances.

Sa’ar a parlé de la loi controversée dans une interview avec Yuval Karni et Tova Tzimuki à Yedioth A’haronoth, et a déclaré qu’il s’était entendu avec le Premier ministre Naftali Bennett sur la question. « Cette semaine, j’ai chargé l’échelon professionnel du ministère de la Justice de préparer un projet de loi selon lequel le président de l’Etat n’imposera pas le rôle de la formation gouvernementale à un prévenu », a-t-il déclaré. « J’ai l’intention de soumettre ce projet de loi à la session d’hiver de la Knesseth et il s’appliquera dès les élections à la 25e Knesset. Nous traiterons également de la limitation du mandat à huit ans maximum, comme nous l’avons promis, dans mon opinion lors de la prochaine session d’hiver. » Lorsqu’on lui a demandé s’il était coordonné avec Bennett sur la question, Sa’ar a répondu : « Je n’aurais pas commencé cette procédure sans en avoir discuté avec le Premier ministre. Pensons aux maires élus, qui, même s’ils sont élus directement, sont disqualifiés s’ils sont inculpés de délits.

LIRE  Un nouveau front de « l’Etat islamique dans le Grand Sahara » se forme dans certaines régions du Sahel

Dans une telle « loi Netanyahu » vous ne disqualifiez pas les membres du Likoud qui ont choisi leur candidat au poste de Premier ministre ? Ils diront que ce n’est pas démocratique.

« Chaque parti est autorisé à élire ses représentants, mais nous avons déjà vu que l’administration de l’État par la personne contre laquelle un acte d’accusation est déposé crée une préférence pour les intérêts personnels pour le bien de l’État. Par conséquent, il est clair que il n’est pas juste de mettre le pays dans une situation similaire à l’avenir. C’est une norme générale qui s’appliquera à tout le monde. »

NDLR : Mais est-ce que Netaniahou a déjà été inculpé dans le moindre dossier monté contre lui ? Il nous semble bien que non… Alors, que voulez-vous, M. Sa’ar ?

1 Commentaire

  1. Serait ce l’islam qui gouverne Israël avec la complicité des traîtres qui ont déjà trahi Bibi, après tout ce qu’il a fait pour son pays et son peuple ???

Laisser un commentaire