Soleimani : la mer rouge n’est plus sûre

0
705

Marc

Dernière minute : L’US Navy a envoyé le destroyer Jason Dunham en direction de Bab al-Mandab et il se trouve déjà à l’entrée de la mer Rouge. Le destroyer transporte des missiles Tomahawk, et il est possible que ses commandants seront invités à délivrer un message de « paix » aux supplétifs iraniens, s’il y a tentative des Houthis de perturber davantage la circulation des navires en mer Rouge . ( le blog d’Abu Ali, transmis par WBH).

Néanmoins, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a qualifié vendredi de “fiction” un reportage de l’ABC australienne selon lequel les Etats-Unis pourraient lancer un tir de missile contre l’Iran au début du mois prochain. “Je n’ai aucune idée de l’endroit où les gens de l’information en Australie ont eu cette information”, a déclaré Mattis aux journalistes. “Je puis vous assurer que ce n’est pas quelque chose qui est pris sérieusement en considération en ce moment, et je pense que c’est – franchement, – c’est de la fiction complète .”

Soleimani : la mer rouge n’est plus sûre

Le général iranien Qassem Soleimani / AFP
Londres- Adil al Salmi

 

Le général iranien Qassem Soleimani a déclaré jeudi que la mer Rouge n’était plus sûre pour les navires américains, menaçant le président Donald Trump de lancer des guerres par procuration, menées par Failaq al-Quds (les Forces Al Quds) contre les forces américaines sans l’intervention des forces armées iraniennes.

“Êtes-vous conscients de notre puissance dans la région et de notre capacité à lancer une guerre asymétrique?”, a t-il déclaré.

Prenant la parole à partir d’une base militaire dans la banlieue de la ville d’Hamdan, Soleimani répondait à un tweet de Trump adressé au président iranien Hassan Rohani, dans lequel il a menacé la République islamique d’actions « telles que peu de gens à travers l’ histoire ont jamais souffert auparavant». « Vous pouvez commencer la guerre, mais c’est nous qui y mettrons fin », a déclaré le commandant iranien.

LIRE  Le suicide multiculturel de l'Allemagne

Soleimani a qualifié les menaces de Trump comme étant celles du style d’un «propriétaire de cabaret».

“En tant que soldat, il est de mon devoir de répondre à vos menaces … Si vous voulez utiliser le langage de la menace … parlez-moi, pas au président (Hassan Rouhani). Il ne relève pas de la dignité de notre président de vous répondre “, a déclaré M. Soleimani, cité par l’agence de presse semi-officielle iranienne Tasnim.

Il a salué les menaces de Rouhani contre les Etats-Unis et, en retour, a critiqué des partis à l’intérieur de l’Iran qui contribuent à saper les positions du président.

Rouhani avait déjà menacé les Etats-Unis de fermer le détroit d’Ormuz si Washington imposait de nouvelles sanctions contre l’Iran en novembre prochain.

Soleimani a déclaré que même les réformateurs en Iran étaient d’accord pour fermer toutes les fenêtres de négociation avec l’administration américaine.

Le commandant de l’élite iranienne de la Force Qods s’est adressé à Trump à plusieurs reprises dans son discours.

« Nous sommes près de chez vous (c’est-à-dire en Amérique centrale et Latine), où vous ne pouvez même pas imaginer (que nous soyons). Nous sommes la nation du martyre, nous sommes la nation de l’ Imam Hossein, vous feriez mieux de demander [de qui il s’agit]. Venez,. Nous sommes prêts « , a déclaré Soleimani.

Son discours survient après que le secrétaire américain de L’Etat Mike Pompeo a menacé que les dirigeants du régime iranien, en particulier ceux du haut commandement du CGRI et de la Force Qods comme Soleimani, ressentiraient les conséquences douloureuses de leur mauvaise prise de décision.

LIRE  L'association BDS France dans le collimateur des banques
Adaptation : Marc Brzustowski

Aucun commentaires

Laisser un commentaire