Tel Aviv : le dépassement de la ligne rouge…

0
354

Les deux drapeaux, l’un à côté de l’autre, à Tel Aviv…

En été, cela peut arriver, et surtout cette année : la température peut dépasser la ligne rouge, se dépasser, et arriver à des chiffres inédits. Cela a été vrai à Tel Aviv, ces jours-ci. Non point au milieu de la journée, non, mais motsaé Chabbath dernier, en pleine soirée : une manifestation a été lancée contre la fameuse loi de la Nation (‘hok haleom), et elle a dépassé en gravité tout ce qui a été produit contre cette loi ces dernières semaines…

Récemment, en effet, des Druzes ont été invités à prouver leur mécontentement face à cette loi sur la place publique. Ils l’ont fait, et leur crispation a attiré l’oreille du Premier ministre, qui a accepté de faire des efforts en leur faveur. Non point qu’Israël soit devenu la patrie des Druzes, mais il a été promis que leurs doléances sociales et identitaires seraient respectées.

Cette semaine-ci, cela a été le tour d’Arabes israéliens de manifester. Malgré la demande des organisateurs, des drapeaux ont été brandis, y compris ceux de l’OLP et des groupes arabes extrémistes. On a crié contre la présence juive en Terre sainte. On a tout simplement amené cette fois-ci le discours arabe sur la place publique de Tel Aviv, en ce qu’il a de radical et d’opposé à la présence juive sur sa terre…

De nombreux députés arabes de la ligue commune de la Knesset étaient présents, et ont parlé de leur opposition farouche au sionisme et à la conception juive de ce qui se passe dans le pays. Pourquoi pas, ne sont-ils pas bien payés par les Juifs?

LIRE  Allemagne: WhatsApp, nouveau vecteur incontrôlable de la propagande nazie

Netaniahou a été amené à le dire : cette manifestation nous a prouvé à quel point cette loi était importante, en ce qu’elle semble donc bien renforcer les principes juifs par rapport à la terre d’Israël !

La situation en arrive à son comble quand on sait que des gens tels que Amos Shoken, le directeur du quotidien Haaretz, était également présent, et n’a pas quitté les lieux… On le constate bien : ce directeur, et ce journal, en sont arrivés à une position post-sioniste extrémiste, qui accepte totalement le narratif palestinien et vit en plein accord avec leurs désirata.

Cette loi aura donc été un catalyseur de forces sombres qui prennent de plus en plus de place dans les franges arabes et juives, amenant la situation à un niveau d’ébullition inquiétant.

Les gens de Gauche sont-ils encore conscients de leur glissement ? Cela n’est pas sûr…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire