Qui sont les trois vrais amis d’Israël dans l’administration Trump ?

Indice : ni Jared, ni Ivanka, ni Jason Greenblatt

0
956

Selon The Atlantic, les politiciens de droite israéliens pensent que les trois dignitaires de l’Administration Trump «le plus en accord» avec les aspirations du Habayit Hayehudi et le flanc droit du Likoud sont : le vice-président Mike Pence, l’ambassadeur David Friedman et… le stratège en chef de la Maison Blanche, Steve Bannon

L’homme au sommet, le président Donald Trump lui-même, a certainement fait un effort considérable pour dire aux Israéliens combien il les aimait dans son discours au Musée d’Israël mardi, même si certains ministres s’agitaient mal à l’aise sur leurs sièges en se demandant – avec toutes ces déclarations d’amour, à quoi devait on s’attendre ensuite?

Voici ce qui est venu ensuite : Trump a rompu sa promesse de campagne et n’a pas annoncé qu’il déménageait l’ambassade américaine à Jérusalem – mais cela était à prévoir. Il n’a rien dit à propos de Jérusalem. Ses représentants, certains plus grossièrement que d’autres, ont exclu la possibilité que le Premier ministre Netanyahou puisse même rêver de se joindre au président américain au Kotel. Mais il y a plus : Trump a clairement adopté le plan de paix saoudien de 2002 comme l’un des documents de base pour sa nouvelle initiative de paix – et cela signifie les frontières de 1967, un État palestinien et une Jérusalem internationalisée.

Qu’en est-il d’Ivanka? La fille du président n’est pas prête à contredire la politique de son père, et on ne connait pas son sentiment quant à l’ambition de ce dernier de rejoindre la liste des présidents américains à Prix Nobel, complet avec triptyque photographique en compagnie de Netanyahou et Abbas sur la pelouse de la Maison Blanche. Mais voici ce que nous savons : selon le Wall Street Journal, la Banque mondiale a annoncé dimanche, lors d’un événement avec Ivanka Trump, que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont promis 100 millions de dollars à un fonds destiné à aider les femmes entrepreneurs.

Tout comme Ivanka …

« En tant que leader féminin au sein de l’administration Trump, mon objectif est d’aider les femmes aux États-Unis et dans le monde entier », a déclaré la fille de Trump.

LIRE  Les cigares de Bibi

L’Ambassadeur des Émirats Arabes Unis aux États-Unis Yousef Al Otaiba a déclaré dans un communiqué que le don de son pays reflète « notre engagement à donner des responsabilités aux femmes dans notre région et à tirer parti des progrès réalisés dans notre pays où les femmes jouent un rôle dans tous les secteurs».

Avec tant argent arabe pour faire avancer son rôle de «leader féminin», nous pouvons probablement écarter la possibilité que Ivanka défende, par exemple, l’entreprise de colonisation juive lorsqu’elle visite le bureau ovale.

Et Jared Kushner ? La position politique préférée du gendre du président est le silence, évitant les médias comme la peste alors qu’il assiste à toutes les réunions présidentielles qui comptent. Il apparaît sur chaque photo, mais ses commentaires sont notoirement coupés ou complètement manquants. C’est pourquoi il est intéressant de noter qu’il a publié un communiqué de presse signé dimanche dernier, se revendiquant comme l’organisateur du voyage du Président au Moyen-Orient: « Le président nous a demandé de planifier un voyage qui aiderait à unir le monde contre l’intolérance et le terrorisme et nous avons accompli de grands progrès vers cet objectif en Arabie Saoudite », a déclaré Kushner en notant à la fin du communiqué qu’il attend avec impatience de « continuer à atteindre les objectifs ambitieux du président pour ce voyage « .

En d’autres termes, Jared s’imagine déjà derrière les rideaux à Stockholm pendant que son beau-père reçoit le Nobel.

Kushner aurait également déclaré au leader de l’opposition israélienne, Yits’hak Herzog (Camp sioniste) : « Nous prévoyons de bouger rapidement pour démarrer un processus diplomatique afin de parvenir à un accord. » Un ami de l’entreprise de colonisation parlerait-il ainsi ?

Ce qui nous amène à l’envoyé en chef de Trump pour les pourparlers de paix, le juriste de l’organisation de Donald Trump, Jason Greenblatt, peut-être le joueur le plus dangereux dans ce jeu. D’une part, comme il convient à un négociateur qui a les yeux rivés sur l’objectif, Greenblatt n’a aucun problème à changer ses positions afin de faciliter le processus.

LIRE  Le Hezbollah et le nitrate d’ammonium : une histoire connue depuis des années

En novembre 2016, Greenblatt a déclaré à la radio de l’armée d’Israël que le président élu Trump n’est pas opposé à la construction juive à l’est de la frontière de 1967 en Judée, Samarie et à Jérusalem-Est, et n’a pas l’intention de forcer un accord de paix entre Israël et l’Autorité Palestinienne. « M. Trump ne considère pas les colonies comme un obstacle à la paix « , avait déclaré M. Greenblatt.

Mais en mars 2017, selon un haut responsable du ministère israélien des Affaires étrangères, tout en ne mentionnant pas directement le terme «solution à deux États», Greenblatt a impliqué à maintes reprises lors de sa rencontre avec des responsables israéliens, y compris Netanyahou, la création d’un Etat palestinien – et même à l’époque, a suggéré un sommet de Trump, Netanyahu et Abbas.

Depuis cette visite, Greenblatt semble avoir resserré les relations de la Maison Blanche avec l’AP à Ramallah – initialement très soupçonneux – tout en rappelant aux dirigeants de l’Allié éternel de l’Amérique que ce serait mieux si la construction dans les colonies était maintenue à un minimum.

Et mercredi, après la visite de Trump et ses démonstrations d’enthousiasme pour l’Etat juif, la chaîne de télévision Channel 10  a rapporté que l’Administration américaine compte sur Netanyahou pour transférer certaines terres de la zone C à l’AP en les reclassant comme zone B (contrôle civil arabe, sécurité assurée par Tsahal).

Et ces jours-ci, il est impossible de parler de Jason Greenblatt et du «plan de paix» renouvelé sans mentionner l’ancienne ministre de la Justice, Tzipi Livni (Camp sioniste).

Quelque part en février ou en mars, Tzipi Livni s’est attaché à Greenblatt, dans ce qui pourrait s’avérer être sa tentative finale d’atteindre à la renommée internationale. Après que Netanyahou ait torpillé l’offre du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, de couronner Livni comme secrétaire général adjoint, la politicienne israélienne qui a le record de retournement de veste a fini par devenir le conseiller non officiel de Jason Greenblatt sur la façon de manœuvrer à travers les bourbiers politiques de Netanyahou et Abbas.

LIRE  La fermeture sera-t-elle avancée? Le nombre de patients corona dans un état critique est supérieur aux données officielles

Le fait est que rien de ce qui précède, en commençant par le titre, n’est basé sur beaucoup plus que de la pure spéculation. Contrairement au reste de l’équipe de Trump, Greenblatt, Kushner, Ivanka et le Président lui-même tiennent leurs cartes très près de leur poitrine. En ce qui concerne notre affirmation selon laquelle les vrais amis d’Israël sont le vice-président, le stratège en chef et l’ambassadeur de Trump, cela repose également sur des spéculations, bien que les trois aient été extrêmement fidèles à l’État juif. Oui, y compris Bannon, qui s’associe occasionnellement des gens qui disent des choses très peu amènes sur les Juifs.

L’ambassadeur Friedman a été forcé de nuancer ses déclarations anti-palestiniennes pour passer la confirmation du Sénat. Il est conscient des limites de ce qu’il peut et ne peut pas dire, maintenant qu’il a eu son poste. Mais dans une réalité politique dans laquelle le déménagement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem est devenu le test décisif de l’amour d’un politicien pour Israël, il n’y a aucun doute de quel côté Friedman se trouve.

En ce qui concerne le vice-président Pence – nous croyons qu’il est un véritable croyant chrétien, et que, si cela ne tenait qu’à lui, l’ambassade aurait déménagé le jour de l’inauguration de Trump. Nous croyons que, lorsque Trump a promis le déménagement, il le soutenait absolument.

Quant à Bannon – selon un article récente de The Atlantic, il garde dans son bureau la liste des promesses de campagne de Trump qui ont été abandonnées, et le déménagement de l’ambassade y figure. Nous pensons qu’il est en faveur du déménagement non seulement parce que cela est bon pour la droite israélienne, mais aussi parce que c’est mauvais pour les musulmans partout. Car ne nous racontons pas d’histoires : déménager l’ambassade signifierait un changement irréversible de la politique américaine envers les Arabes.

Ce serait presque comme si Netanyahou permettait aux Juifs de prier sur le Mont du Temple …

 

Source Who Are Israel’s Three True Friends in Trump’s Administration? By JNi.Media

Aucun commentaires

Laisser un commentaire