Un incroyable engouement pour l’apprentissage du Talmud balaie la Corée du Sud

0
114

SEOUL, Corée du Sud ( JTA ) – En 2014, Kim Hye-kyung, mère de deux enfants, s’est retrouvée dans un abysse éducatif. Elle vit en Corée du Sud, un pays où les parents paient 17 milliards de dollars en tutorat privé chaque année. Les enfants commencent tôt – 83% des enfants de 5 ans suivent un enseignement privé – et le rythme ne cesse de s’intensifier jusqu’à ce que, à 18 ans, les étudiants passent l’examen d’admission à l’université de huit heures, redouté. Réussissez votre examen et des perspectives d’emploi pourraient pleuvoir. Passez le avec brio et vous pouvez décrocher une place convoitée dans une université parmi les mieux classées.

«Je détestais l’idée d’envoyer mes enfants dans des académies privées, où les enseignants fourraient des informations à de jeunes têtes sans penser à nourrir leur créativité», a déclaré Kim Hye-kyung. « Quand mes enfants étaient plus jeunes, je leur lisais des livres ou les sortais au lieu de les envoyer dans des académies. Mais en vieillissant, j’ai commencé à craindre que leurs résultats scolaires ne pâtissent de mes décisions. »

Kim Hye-kyung était dans ce dilemme quand, par hasard, elle est tombée sur un livre d’un auteur coréen sur ce qui était pour elle une nouvelle méthode d’étude. C’était la « Havrouta », une méthode utilisée par les érudits juifs du Talmud dans laquelle des groupes d’étudiants discutaient et se posaient des questions sur la base de textes rabbiniques anciens.

«Quand j’ai lu cet article sur la « Havrouta », j’ai immédiatement ressenti un lien émotionnel», a déclaré Kim Hye-kyung. « C’était le chemin éducatif auquel je rêvais. Je pensais que mon cœur allait éclater de joie ».

La plupart des Sud-Coréens n’ont jamais rencontré de Juif. Mis à part un petit Beth Habad dans la capitale et quelques groupes informels d’expatriés juifs, la communauté juive de Corée du Sud est pratiquement inexistante. En tant que tels, les Sud-Coréens ne savent presque rien sur la vie des Juifs, ce qu’ils mangent (et ne mangent pas) ou ce qu’ils croient.

Cependant, il existe un fait sur les Juifs que presque tous les Sud-coréens peuvent raconter.

«Les Juifs ne représentent que 0,2% de la population mondiale, mais 23% des lauréats du prix Nobel sont juifs », a déclaré Choi Jae-young, étudiant basé à Séoul. «Et malgré tout le temps et l’argent consacrés à l’éducation, un seul Coréen a  remporté un prix Nobel. Cela irrite beaucoup de Coréens. Cela nous donne envie d’apprendre les secrets du peuple juif. « 

Certains Sud-Coréens pensent que les approches juives en matière d’éducation permettent de découvrir de tels «secrets».

« Les Coréens ne doivent pas imiter les systèmes de croyance juifs », a déclaré la chercheuse en éducation, Seol Dong-ju, « mais nous devons nous inspirer de la façon dont les Juifs enseignent à leurs enfants ».

Il en résulte des dizaines d’académies privées sur le thème de la « Havrouta », avec des succursales très fréquentées dans les grandes villes du pays, et qui s’adressent à tous, des tout-petits aux adultes. Certains utilisent des textes talmudiques en coréen, tandis que d’autres suivent des programmes entièrement laïques.

Kim Jung-wan, qui dirige l’une de ces académies – l’Association de la culture Havrouta – explique que la quête de l’éducation juive en Corée du Sud a plus de 40 ans. Tout a commencé au milieu des années 1970, lorsque les traductions en coréen d’histoires inspirées du Talmud par le rabbin Marvin Tokayer, un aumônier militaire américain basé au Japon, sont arrivées dans les librairies de Séoul.

Les histoires de Tokayer ont été un succès retentissant. Le Talmud, le vaste recueil de lois et de traditions du premier millénaire en hébreu et en araméen, est effectivement devenu viral en Corée du Sud. Celles-ci vont des livres de contes pour enfants aux volumes plus épais et plus lourds pour les adultes.

Mais la fièvre sud-coréenne du Talmud a également suscité une fascination extrême pour la connaissance juive – une publication qui a engendré toutes sortes de publications remarquables, y compris une traduction en coréen de la Haggadah, le livre lu au Seder de Pessa’h.

Et, comme l’explique Kim Jung-wan, l’intérêt pour le Talmud a finalement conduit les universitaires coréens à explorer comment les Juifs étudient les textes religieux. Ils ont commencé à se renseigner sur les Yechivoth, des académies consacrées au Talmud. Des consultants sud-coréens se sont rendus dans certains des centres d’études talmudiques les plus fréquentés d’Israël.

Ce qu’ils ont découvert à l’intérieur a enflammé leurs cœurs: de vastes salles résonnaient du tonnerre des discussions animées entre étudiants, sans que la voix des enseignants ne soit entendue. Paires d’étudiants du Talmud – la « Havrouta » vient de la racine  hébraïque signifiant «ami» ou «compagnon» – dans le débat animé sur les textes, analysant sa logique et débattant d’une série de questions écrites posées par des enseignants.

Pour de nombreux penseurs sud-coréens, c’était le «secret» qu’ils recherchaient depuis les années 1970: une méthode d’apprentissage qui dynamisait l’apprentissage fondé sur le livre et faisait de l’enseignant l’élément central des leçons.

Le long parcours de « Havrouta » de Kim Jung-wan a commencé en 2001, quand une connaissance académique lui a suggéré d’utiliser le Talmud comme outil pédagogique pour son fils, alors âgé de moins d’un an.

«J’ai continué à explorer le sujet. J’étais fasciné », a-t-il déclaré.

Kim Jung-wan a ensuite étudié l’hébreu au Centre culturel israélien, affilié à l’ambassade d’Israël à Séoul.

« Finalement, j’ai commencé à essayer de traduire des parties du texte talmudique original en coréen en utilisant la traduction anglaise de Schottenstein comme référence », a-t-il déclaré. «Ce mois-ci, je me rends dans une Yechiva en Israël, où je vais étudier pendant un mois. Ce n’était pas facile pour un non-Juif comme moi d’être admis.»

En fait, la plupart des Yechivoth orthodoxes ont pour politique de dissuader avec tact les non-Juifs de poursuivre l’étude du Talmud. Les universitaires sud-coréens semblent toutefois inébranlables.

Les sceptiques appellent à la prudence, notant que les modes de l’éducation en Corée du Sud ont tendance à aller et venir, en particulier dans le monde ultra-compétitif des institutions académiques privées. Les critiques avertissent que, même si les défenseurs chantent actuellement les louanges de la « Havrouta » lors de débats télévisés, le phénomène pourrait se révéler être une nouvelle poussée.

Mais les preuves suggèrent le contraire.

La méthodologie gagne rapidement l’acceptation de la population en général, passant des académies privées aux salles de classe publiques classiques. En décembre, la Fédération coréenne des associations d’enseignants, l’un des plus importants syndicats d’enseignants du pays, a signé un protocole d’accord avec l’association culturelle Havrouta. Le partenariat qui en résultera verra des dizaines d’enseignants réguliers apprendre à initier des séances d’apprentissage de style « Havrouta ».

«De nombreuses tendances éducatives inédites se sont succédé», a déclaré Lee Hyo-chan des fédérations d’enseignants. «La plupart se démodent environ cinq ans après avoir échoué à tenir les promesses de leurs promoteurs. Mais ‘Havrouta est différente. Son histoire remonte à plusieurs siècles ».

«Les experts de la KFTA ont visité de nombreuses académies de ‘Havrouta et ont constaté que, plutôt que d’être trop calmes comme la plupart des salles de classe coréennes, ils étaient tous encombrés de discussions et débats bruyants. C’est une percée dans la culture des classes coréennes. Il pourrait trouver des applications dans les écoles, les ménages et même les entreprises. « 

Même les enfants d’âge préscolaire participent à l’action.

Yoojung Kindergarten, une école maternelle située dans le nord de Séoul, a récemment ajouté des modules de « Havrouta » à son programme. Les enfants écoutent les histoires du Talmud puis se lancent dans des discussions entre pairs.

«Nous voulions trouver une activité amusante et animée en classe qui favoriserait la créativité, mais aussi aider à l’éducation morale», a déclaré la directrice, Jung Geum-sook.  « la « Havrouta » semble remplir tous ces critères. »

Les parents croient aussi pouvoir jouer un rôle. Alors qu’elle commençait à en savoir plus sur la façon dont les érudits juifs pratiquent  la « Havrouta » dans les Yechivoth, Kim Hye-kyung a commencé à réfléchir à des moyens d’adapter la même méthodologie à la maison.

Elle a commencé par lire des livres de contes d’images en famille, encourageant son mari et ses enfants à se poser mutuellement des questions à chaque étape.

«Cela a ouvert tout un monde de pensées et de sentiments inexprimés», a-t-elle déclaré. «Nous avons découvert que les questions que nous avions posées n’avaient pas de bonne ou de mauvaise réponse. L’ensemble du processus est devenu à la fois éclairant et amusant. « 

Kim Hye-kyung a ensuite appliqué sa méthodologie home-‘havrouta à une gamme de matières laïques, notamment les mathématiques, les langues et la science, et a fini par écrire deux livres populaires de style manuel décrivant ses méthodes.

«L’apprentissage basé sur la discussion de ‘Havrouta est même efficace pour les enfants qui se préparent aux examens», a-t-elle déclaré. «Cela les aide à créer un attachement émotionnel à des documents d’étude d’apparence impersonnelle qui les ennuieraient autrement.»

Source hassidout.org

Aucun commentaires

Laisser un commentaire