Un « mariage corona » dont on se souviendra à l’hôpital Hadassa

0
49

Il y a environ un mois, un mariage inhabituel a eu lieu à l’extérieur de l’hôpital Hadassah à Jérusalem : il impliquait le fils d’un malade du corona dans un état critique. Le père est resté dans sa chambre en salle fermée et a célébré avec les participants et sa famille debout sous la fenêtre de sa chambre…

Et là, c’est la grande joie: le père, un ‘hassid de Gour âgé de 56 ans, a été libéré du service du corona après avoir été dans un état critique. Les médecins ont déclaré qu’à partir du jour du mariage, il avait commencé à devenir plus fort et que son état de santé s’était nettement amélioré.

Noa Ragons, l’infirmière en chef du service corona où le père a été hospitalisé, a déclaré à sa libération: « L’état du patient était très difficile mais depuis le jour du mariage, qui a été organisé rapidement à Hadassah pour la famille, il a commencé à se stabiliser et à s’améliorer. Le personnel a continué à le traiter avec dévouement jusqu’à sa libération. « 

L’histoire s’est déroulée il y a quatre semaines lorsque le personnel du département corona, des opérations et de la gestion de Hadassah, en collaboration avec l’organisation Yad Avraham, a organisé le mariage du fils du patient devant la fenêtre de l’hôpital, car il était hospitalisé dans un état critique dans la salle et n’avait aucune chance d’assister au mariage.

Ce furent des moments très émouvants à Hadassah Ein Kerem, qui a reçu une grande publicité, lorsque le père a reçu des bénédictions de la verrière et a même fait un signe aux célébrants avec ses mains de son lit. Le père, un adepte de Gur, portait même des vêtements de Chabbat et a dansé avec son fils (« mitsva tanz » pour les initiés) alors qu’une corde était envoyée de sa chambre pour que le marié puisse la tenir de l’autre côté, sous la fenêtre de sa chambre.

LIRE  Le covid 19 en Terre sainte : présent et avenir

Le département dit que malgré la situation difficile du père et la détérioration de son état à l’époque, il a commencé à devenir plus fort après le mariage. « Nous avons vu un changement pour le mieux depuis ce jour », dit Noa Regons, qui, dans son rôle d’infirmière en chef de la salle, a suivi de près et a été impliquée dans les soins quotidiens du père.

« L’état du père a commencé à s’améliorer et le personnel a fait tout ce qu’il pouvait pour le préserver et le promouvoir. Jour après jour, nous nous sommes battus pour arriver à une autre étape et plus d’amélioration, jusqu’à ce que nous puissions le relâcher chez lui pour un rétablissement et une rééducation supplémentaires. J’étais heureux qu’il se soit levé et ait marché un peu. Je peux le faire en ces jours difficiles et nous étions tous heureux d’en entendre parler. »

Les membres de la famille se disent très heureux des deux joies : « Le mariage était une première étape sur la voie de la guérison et maintenant, lundi, le père a été libéré et chaque jour nous constatons une amélioration médicale. Nos grands remerciements au personnel infirmier et médical du département corona de Hadassah Ein Kerem qui a fait une vraie faveur dans le travail professionnel tous les soirs, à l’organisation Yad Avraham qui a aidé à organiser la ‘houpa dans la cour de l’hôpital, et aux chers bénévoles de Yad Avraham qui ont soutenu notre père avec un grand dévouement, et à tous ceux qui ont prié pour sa guérison. « 

LIRE  Les violences à Toulouse posent à nouveau la question des «zones de non-droit»

Aucun commentaires

Laisser un commentaire