Un nouveau rapport révèle : le virus frappe 4x plus certaines populations

0
120

Les données au Royaume-Uni et aux États-Unis révèlent que certains groupes ethniques ont tendance à être frappés quatre fois plus que le reste de la population • Les résultats concernent également un écart surprenant entre les femmes afro-américaines par rapport aux femmes blanches • David Lamy, député britannique, déclare que «ces données sont pour le moins effrayantes»

Be’hadré ‘harédim

La Grande-Bretagne est le pays le plus frappé d’Europe par le virus corona. Le nombre de morts a franchi les 30.000, un nouveau rapport au Royaume-Uni montre que les Afro-Américains ont tendance à avoir quatre fois plus de corona que les Blancs. Un certain nombre d’autres groupes ethniques ont également un risque accru d’être atteints.

Le rapport fait également référence à la tendance des femmes afro-américaines à devenir plus malades que les femmes blanches, selon le rapport du National Statistics Office. Elles sont 4,3 fois plus susceptibles d’attraper le COVID-19 et d’en mourrir que les femmes blanches. Pour les hommes, la tendance est légèrement plus faible, 4,2 fois plus que les hommes blancs.

Le rapport montre également que non seulement les Afro-Américains sont à risque, mais que les personnes d’origine pakistanaise, indienne, bangladaise et autres sont également plus à risque de contracter le virus corona.

L’étude indique que « les écarts sont en partie dus à la différence socioéconomique et à d’autres raisons, mais certaines des différences n’ont pas encore été expliquées », ajoutant que même après avoir pris en compte d’autres facteurs tels que la démographie, l’âge et les paramètres de santé autodéclarés, les Afro-Américains étaient encore presque deux fois plus susceptibles de contracter le virus et d’en mourrir que les Blancs. Cependant, l’étude n’a pas encore été en mesure de décrire clairement tous les autres facteurs à l’origine du phénomène.

LIRE  La visite du prince William à Jérusalem

Le député britannique David Lammy a déclaré: « Il est urgent de vérifier cette disproportion. Des mesures doivent être prises pour protéger les hommes et les femmes afro-américains – ainsi que les personnes de tous horizons – contre le virus », Lammy a récemment tweeté que ces résultats étaient « épouvantables, pour le moins. « 

Les résultats du rapport sont également cohérents avec des rapports similaires aux États-Unis, car les statistiques montrent que les Afro-Américains sont morts dans le pays à la suite de COVID-19 à un rythme alarmant. Par exemple, 72% des personnes décédées à Chicago sont afro-américaines, bien que seulement 30% de sa population soit afro-américaine. Une situation similaire se retrouve également en Louisiane, où la population afro-américaine représente 32% mais 70% des morts de Corona sont issus de ces milieux.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire