Une dernière menace contre la Halakha : l’avortement sera-t-il permis ?

Une dernière menace contre la Halakha : l’avortement sera-t-il permis ?

0
78

La commission du travail, du bien-être et de la santé de la Knesset a approuvé lundi les réformes de l’avortement lors d’une lecture préliminaire après que la Cour suprême des États-Unis a annulé Roe v. Wade.

L’amendement permettrait aux femmes de faire une demande en ligne pour obtenir un avortement et de recevoir un avortement pharmacologique dans des endroits plus accessibles.

« J’ai vu comment le Pregnancy Termination Committee a posé des questions », a déclaré le ministre de la Santé Nitzan Horowitz, qui a proposé l’amendement.

« Il y avait des questions vraiment intimes et non pertinentes », a-t-il déclaré. « Ceux qui les ont écrites l’on fait d’une manière chauvine et dépassée qui suggère que les droits d’une femme ne sont pas pertinents. »

« Cela fait 40 ans que le ministère de la Santé fonctionne selon les lois médiévales sur l’avortement », a-t-il déclaré. « Cette réforme rendrait le droit plus adapté aux temps modernes. Il est temps pour nous d’aller de l’avant. »

Le débat sur l’avortement est personnel

La présidente du comité, Efrat Rayten, a déclaré qu’un avortement lui avait sauvé la vie. « Les avortements m’ont sauvé la vie, personnellement, ma propre vie et la vie de ma famille », a-t-elle déclaré. « J’ai peur que mon droit fondamental sur mon corps me soit retiré. Cela me rend anxieuse. »

En réponse, le président du Judaïsme de la Tora, Moshe Gafni, a déclaré : « Ce qui se passe aux États-Unis ne nous regarde pas. Nous ne parlons pas d’ogmath nefesh (de déception de la part des femmes). Cet amendement dit que les femmes peuvent se faire avorter. La revendication porte sur le droit des femmes. Nous ne devrions pas avoir cette discussion alors que la Knesset est sur le point d’être dissoute. »

Il explique qu’il « ne nie pas que cela devrait être discuté… mais le ministre de la Santé profite du fait que la Knesset est sur le point d’être dissoute pour mettre cela en avant ».

LIRE  Macron recadré par la Cour de Cassation après ses propos sur l'affaire Sarah Halimi

« Aucune femme ne se fait avorter de son propre gré sans raison », a déclaré le député du Meretz Michal Rozin. « L’expérience est traumatisante. La loi n’offre pas l’aide et le soutien qu’elle est censée offrir. »

Actuellement, pour se faire avorter en Israël, une femme enceinte doit répondre à au moins un des critères suivants :

• Célibataire
• Moins de 18 ans (l’âge légal du mariage)
• Plus de 40 ans
• La grossesse a été conçue dans des circonstances illégales (viol, viol statutaire, inceste, etc.)
• Le fœtus a une anomalie congénitale
• La grossesse présente un risque pour la santé physique ou mentale de la mère.

Si une femme enceinte répond aux critères, l’avortement doit alors être approuvé par un comité d’interruption de grossesse. Ces lois ont été promulguées en 1978 et n’ont pas été modifiées depuis.

La réforme permettrait un avortement pharmacologique dans les cliniques publiques de la communauté et améliorerait la procédure du comité d’interruption de grossesse. Cela permettrait également que les formulaires d’avortement soient soumis en ligne.

Les changements simplifieraient le processus et « amélioreraient le statut des droits des femmes à leur propre corps », a déclaré Horowitz.

« Cela fait 40 ans que le ministère de la Santé fonctionne selon les lois médiévales sur l’avortement », a-t-il déclaré. « Cette réforme rendrait le droit plus adapté aux temps modernes. Il est temps pour nous d’aller de l’avant. »

Le député Shas Moshe Arbel a déclaré que son parti était « inquiet qu’en vertu de cette loi, un avortement qui ne respecte pas la Halakha soit autorisé ».

Rozin a déclaré : « Nous avons de la chance d’être juifs. Le judaïsme reconnaît les femmes. C’est un motif de fierté. »

LIRE  Rav Ya'akov Edelstein zatsal

L’amendement, bien que discuté pendant des semaines, a été avancé au milieu de la décision de la Cour suprême des États-Unis d’annuler Roe v. Wade, une décision qui reconnaissait le droit constitutionnel des femmes à l’avortement.

Les juges, qui ont adopté la décision par un vote de 6 contre 3, ont jugé que la décision Roe contre Wade avait été prise à tort parce que la Constitution américaine ne fait aucune mention spécifique du droit à l’avortement. La décision du tribunal et ses préparatifs ont ébranlé les États-Unis au cours des dernières semaines.

Source en anglais : Jpost.com – Illustration : 40.000 enfants sont ainsi tués chaque année

Pour notre part, il est sans doute important de rapporter ici ce qu’en a dit l’un des grands rabbanim américains en son temps, le rav Avigdor Miller zatsal.

Quand une femme enceinte, disons qu’elle est dans son cinquième mois, quand elle va chez un obstétricien religieux qui l’examine pour qu’il se retourne et dit : « Je ressens vraiment la vie. » Qu’est-ce que ça veut dire quand il dit qu’il sent la vie ?

Le rav : Quand le médecin dit qu’il sent la vie dans un bébé, cela veut dire qu’il sent la vie primaire, la vitalité ; mais il ne peut pas dire que les changements qui se produisent lorsque le bébé sort de l’utérus ne complètent pas le processus par lequel le bébé est considéré comme pleinement vivant.

Mais avant de quitter le sujet – je suis désolé que le sujet ait même été abordé car il ne devrait pas prêter à confusion. Et donc, pour qu’il n’y ait aucun malentendu, nous dirons dans les termes les plus forts possibles que Hakadoch Baroukh Hou ne s’intéresse qu’à donner la vie, et non à ôter la vie d’innocents.

LIRE  Bardugo a surpris les auditeurs et le présentateur, et a démissionné en direct

Maintenant, quand il s’agit de la vie des criminels, des meurtriers, Hakadoch Baroukh Hou peut leur ôter la vie. Cela est courant, comme il est dit  « Quiconque verse le sang d’un homme, par l’homme son sang doit être versé. « Ne m’attendez pas », dit Hachem, « vous devez vous venger de la victime. » C’est dit ouvertement.

Bien sûr les criminels libéraux, ce sont les hypocrites les plus méchants du monde. Ils disent : « Oh non ; tu ne peux pas tuer un être humain ! Voici un meurtrier qui a tué cinq cinq ou six personnes et il compte bien continuer. Et les libéraux disent que vous ne pouvez pas le condamner à mort Il faut le mettre en prison et le réhabiliter avec la télévision couleur, avec un nouveau menu tous les jours, une carte équilibrée. Et le travail ? Vous ne pouvez pas le forcer à travailler; c’est contre sa conscience. »

Mais quand il s’agit d’avortement : « Oh, bien sûr! Le droit d’avorter ? Tout le monde devrait avoir le droit d’avorter », hurlent-ils.

…Le meurtre est un meurtre. Et le meurtre de petits enfants à naître ? C’est aussi une forme de meurtre. Donc, le fait que ce n’est pas la même chose que de tuer des personnes nées, c’est que les gens vont se frotter la poitrine et dire : « Je suis vertueux ; je n’ai tué que des bébés à naître ». C’est aussi cruel que possible et cela doit être clairement compris.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop