Une résolution perfide sur la Nakba, présentée au Congrès

Une résolution perfide sur la Nakba, présentée au Congrès

0
164

Les résolutions proposées à la Chambre des représentants des États-Unis ne signifient rien. Ils donnent aux députés l’occasion de se rallier du bout des lèvres à diverses causes favorisées par leurs électeurs, mais n’engagent pas le gouvernement à agir. Bien souvent, elles ne valent presque toujours pas la peine d’être remarquées. Mais de temps en temps, une résolution est proposée qui demande de l’attention. Cette semaine, c’est exactement ce qui s’est passé lorsque la représentante Rashida Tlaib a proposé la résolution 1123 de la Chambre, « Reconnaître la Nakba et les droits des réfugiés palestiniens »La proposition de résolution de la représentante Rashida Tlaib nous rappelle que l’extrémisme antisioniste et le déni des droits des Juifs sont ce qui a laissé les descendants des réfugiés de 1948 dans les limbes et rendu la paix impossible.

Une vérité à géométrie très variable

Le mot nakba signifie «désastre» ou «catastrophe», et c’est ainsi que les Arabes palestiniens et leurs partisans se réfèrent aux événements de 1948 et à la naissance de l’État d’Israël. Le texte est un mini-guide de la propagande palestinienne sur leurs souffrances et les événements qui ont conduit environ 750 000 Arabes à fuir leurs maisons pendant la guerre d’indépendance d’Israël. Ce qui leur est arrivé est une tragédie digne de sympathie, mais l’histoire racontée dans la résolution ne fournit même pas la moitié de la vérité sur le conflit ou pourquoi près de 10 fois le nombre d’Arabes qui ont fui la guerre, prétendent aujourd’hui être des réfugiés palestiniens.

Un changement radical dans la politique américaine

En tant que tentative pour raconter cette histoire, la résolution est une farce ignoble qui mérite peu d’attention. Néanmoins c’est important car cette résolution représente la façon dont l’aile gauche du Parti démocrate dirigée par la soi-disant « Squad » – dont Tlaib, qui est d’origine palestinienne, est un membre fondateur – a pleinement adopté l’idéologie. D’autres membres de «Squad» sont co-sponsors, notamment les représentants Alexandria Ocasio-Cortez (D-N.Y.), Ilhan Omar (D-Minn.), Cori Bush (D-Mo.), Jamaal Bowman (D-N.Y.  et Betty McCollum (D-Minn.). La tentative de traiter la guerre contre l’existence d’Israël de façon analogue à la lutte pour les droits civils aux États-Unis et comme faisant partie intégrante de l’agenda politique progressiste représente un changement radical dans la politique américaine. Ainsi, bien que la résolution par elle-même soit méprisable, elle mérite un débat complet et un vote à la Chambre plutôt que d’être déposée et oubliée.

Retour sur 1948

La communauté pro-israélienne a généralement ignoré le récit palestinien de 1948. L’histoire d’Israël est une histoire qui se suffit à elle-même et qui est largement acceptée par l’écrasante majorité des Américains. C’est le seul État juif de la planète, qui incarne le rêve vieux de 2 000 ans des Juifs d’un retour dans leur ancienne patrie. Israël n’a pas connu un seul jour de paix en 74 ans depuis sa création moderne le 14 mai 1948. Peu de gens pensaient qu’il survivrait à l’invasion des cinq armées arabes, immédiatement après sa naissance, ou aux guerres et campagnes terroristes qui ont suivi. C’est la seule démocratie du Moyen-Orient et celle où tous les peuples, y compris sa minorité arabe, ont des droits égaux devant la loi. Et il est passé de l’état de pays pauvre et minuscule à une superpuissance économique et militaire régionale.

LIRE  Après avoir qualifié Renaud Camus d'«antisémite», Yann Moix condamné en appel pour «diffamation»

Le miroir déformé de la rhétorique de la nakba qui veut aboutir finalement à l’élimination d’Israël en tant qu’État juif

Mais vu au travers du miroir déformant de la rhétorique de la nakba dans la résolution de Tlaib, imitant la rhétorique du mouvement antisémite BDS qu’elle et le co-sponsor Omar soutiennent, Israël est un « État d’apartheid » dont la création était une injustice. De plus, la résolution demande également la reconnaissance du « droit au retour » palestinien dans lequel les 7 millions de descendants des réfugiés de 1948 auraient le droit de récupérer les maisons de ceux qui sont partis et d’éliminer essentiellement Israël en tant qu’État juif. Alors que Tlaib et les autres membres du Progressive Caucus qui ont coparrainé la résolution en déclarant encadrer leur geste comme une question de soutien aux droits de l’homme et de reconnaissance de la souffrance des Palestiniens, il n’en est rien. Son but est de rendre public le soutien du Congrès à l’élimination d’Israël.

Une partition rejetée alors que les portes étaient fermées aux Juifs

Le texte reconnaît que les Arabes vivant alors dans le Mandat pour la Palestine (qui n’adopteront l’étiquette de « Palestiniens » que des années plus tard puisqu’à cette époque, seuls les Juifs se disaient Palestiniens alors que les Arabes se disaient Arabes), ont rejeté le compromis proposé par l’ONU de 1947 et sa résolution de partition qui appelait à la création de deux États – un juif et un arabe – dans le pays, une fois que les autorités gouvernementales britanniques se seraient retirées. Si, comme l’indique la résolution, la majorité de la population du mandat a rejeté la partition, c’est uniquement parce qu’un gouvernement britannique qui cherchait à apaiser à la fois les Arabes et les nazis a verrouillé les portes de la Palestine. Cela garantissait que les Juifs d’Europe qui voulaient y aller étaient plutôt massacrés dans l’Holocauste.

L’appel à  « jeter les Juifs à la mer » puis à revenir dans un pays vidé, ou selon la nouvelle dénomination  « libéré »

Les Arabes n’étaient pas prêts à accepter un État juif, même un bien plus petit que celui qui a émergé de la guerre d’indépendance de 1948. Ce rejet a conduit à une guerre qui a certainement été un désastre pour les Arabes palestiniens qui l’ont déclenchée. Dans certains cas, mais pas la majorité, les Juifs avaient dit aux Arabes de quitter les endroits d’où ils s’étaient joints aux attaques contre eux ou avaient servi de point de lancement pour les forces étrangères. Les dirigeants arabes ont appelé à ce que les Juifs soient «jetés à la mer» et à ce que leur peuple parte puis revienne après que leurs voisins juifs aient été tués ou obligés de fuir. Au lieu de cela, ce sont les Juifs qui, bien que 1 % de leur population ait été tué dans les combats, ont triomphé.

LIRE  Les cimetières juif et chrétien de M’sila pillés et détournés

Rester réfugiés pour faire pression

Cela a créé une population de plusieurs centaines de milliers de réfugiés arabes. Mais plutôt que de les réinstaller dans les pays environnants ou ailleurs, les Arabes ont insisté pour rester apatrides et vivre dans des camps de réfugiés, où ils pourraient servir de levier dans une campagne en cours pour éliminer Israël. Ce n’était qu’un groupe parmi des dizaines de millions de réfugiés créés par les conflits et les changements de frontières en Europe, en Inde et ailleurs. Tous les autres réfugiés étaient servis par une seule agence des Nations Unies pour les réfugiés qui visait à les réinstaller dans de nouvelles maisons. Mais soutenus par le bloc soviétique, les nations non alignées et le monde musulman et arabe, les Palestiniens ont obtenu leur propre agence pour les réfugiés, l’Agence des travaux de secours des Nations Unies (UNRWA) qui les a maintenus en place en tant que cas de charité politisés.

Les réfugiés juifs des pays arabes ont repris racine versus « le droit au retour » clamé des décennies

À peu près à la même période, un nombre encore plus grand de Juifs ont été expulsés ou forcés de quitter leurs foyers au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où ils vivaient depuis des siècles. Ces réfugiés ont été réinstallés en Israël et en Occident. Aujourd’hui, ces Juifs Mizra’hi – « les gens de couleur », selon le mouvement intersectionnel – constituent désormais la majorité de la population de l’État juif. Entre 1949 et 1967, la clameur pour la fin de « l’occupation » faisait référence au nettoyage d’Israël (sans la bande de Gaza, la Cisjordanie ou la vieille ville de Jérusalem) de ses Juifs. Au cours des décennies qui ont suivi, la direction palestinienne – d’abord dirigée par le terroriste vétéran de l’OLP Yasser Arafat, puis son successeur Mahmoud Abbas – a rejeté la paix et même plusieurs offres israélo-américaines d’un État palestinien en Cisjordanie et à Gaza. L’Autorité palestinienne parle encore d’un « droit au retour » synonyme de destruction d’Israël et de financement du terrorisme. Ses rivaux du Hamas qui gouvernent Gaza exigent l’extinction d’Israël.

LIRE  L'Allemagne a minimisé la menace des djihadistes infiltrés parmi les migrants

Le discours de la Nakba a construit le malheur de la population palestinienne et la résolution présentée au Congrès veut alimenter le conflit

Tout cela signifie que toute discussion sur la Nakba devrait porter sur la manière dont les dirigeants palestiniens et la culture politique qu’ils ont créée sont la raison du désastre initial qui a frappé leur peuple et de leur sort actuel. Plutôt que de s’attaquer à ce problème, la résolution Tlaib et ses partisans tentent simplement d’alimenter le conflit. Leur objectif d’un monde sans Israël ne pouvait être atteint que par un génocide. Les partisans de la résolution sont ainsi des opposants à toute idée de paix autre que celle bâtie sur un nouvel Holocauste. Toute sympathie pour le récit de la Nakba ne se fonde pas simplement sur l’ignorance de la vérité sur les Palestiniens et leurs guerres. Il est aussi intrinsèquement antisémite puisqu’il est construit sur un fondement de déni des droits des Juifs et des victimes juives qui ont été créées par la haine antisioniste des Arabes.

Débattre de cette résolution pour mettre à jour la volonté d’intégrer l’antisémitisme au « privilège blanc », alors que les Palestiniens jouissent du statut de victimes

Ainsi, plutôt que d’ignorer la volonté de Tlaib et des démocrates progressistes d’intégrer l’antisémitisme, les démocrates et les républicains traditionnels devraient saisir avec empressement l’occasion de débattre de cette résolution. Ce serait l’occasion pour les démocrates centristes de démontrer leur rejet des mythes intersectionnels qu’une partie considérable de leur base a adoptés. Malheureusement, un trop grand nombre de démocrates, en particulier les plus jeunes, n’approuvent que du bout des lèvres la théorie critique de la race, qui qualifie de la même façon les Juifs et Israël de bénéficiaires du « privilège blanc » et de membres de la classe des oppresseurs, tandis que les Palestiniens jouissent du statut de victimes et d’indigènes.

Une résolution qui contribue à maintenir les Palestiniens dans une impasse

Si les deux parties ne consignent pas leur rejet de ce manifeste dans le compte rendu, alors plutôt qu’un incident isolé, la résolution Tlaib sera un panneau sur la voie vers l’adoption par les démocrates des mensonges vomis par ceux qui soutiennent le récit de la nakba. Ce serait un désastre pour eux, ainsi que pour les Palestiniens qui restent enfermés dans un état d’esprit dans lequel leur identité est inextricablement liée à une guerre qu’ils ont déclenchée et perdue.

L’éditorial de Jonathan S. Tobin, rédacteur en chef de JNS (Jewish News Syndicate)

JForum – JNS

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop