Valérie Pécresse la principale rivale du président Emmanuel Macron

0
65

La candidate républicaine à la présidence de la France, Valérie Pécresse, est devenue ces derniers jours la principale rivale du président Emmanuel Macron pour les élections d’avril. Après des mois durant lesquels la deuxième place de la course était occupée par deux candidats considérés comme d’extrême droite – le candidat juif Eric Zemour et le chef du « Front national » Marie Le Pen – les sondages montrent que c’est désormais Pécresse qui est en deuxième place, et cela dans un second tour décisif en trois mois. Elle pourrait même prendre le dessus sur Macron le libéral.

Pécresse, 54 ans, personnalité politique expérimentée qui a été ministre de l’Enseignement supérieur et ministre du Budget dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy, et ces dernières années a été présidente du conseil de district d’Ile-de-France qui comprend la capitale Paris, a été élu comme candidate de la part du centre-droite le mois dernier. Les sondages récents montrent que si elle passe la barre, elle risque d’entraîner le président Macron dans une bataille très serrée.

Pécresse promet, entre autres, de rétablir l’ordre dans les quartiers où l’État français a perdu son emprise et sont devenus des quartiers sans droit. « Mon style est composé aux deux tiers d’Angela Merkel et d’un tiers de Margaret Thatcher », dit-elle. « Je consulte, décide – et agit. »

Pécresse accorde une attention particulière à la question des immigrés, l’un des enjeux les plus importants pour l’électeur français. Le week-end dernier, lors d’une visite dans un camp d’immigrants sur l’île grecque de Samos, l’une des principales portes d’entrée de l’UE, Packers a attaqué la manière dont l’UE gère ses frontières : « L’Europe ne peut pas être comme une passoire, un supermarché où vous entrez et sortez à votre guise », a-t-elle déclaré.

LIRE  Après le discours de défense de Nissenkorn, le système judiciaire devra apprendre à être critiqué

Le premier tour des élections présidentielles aura lieu le 10 avril. En supposant qu’aucun des candidats ne recueille plus de la moitié des voix à ce tour, les deux candidats qui atteindront les deux premières places se qualifieront pour un second tour décisif. Selon un sondage de la semaine dernière, au premier tour, Macron remporte désormais 23%, tandis que Pécresse remporte 17% à la deuxième place. Le candidat juif Erik Zemour, qui est considéré comme un homme plus à droite que Le Pen, s’est beaucoup affaibli ces dernières semaines, et ne reçoit plus que 11% de soutien.

Zemour, condamné par un tribunal de Paris pour incitation raciste pour des propos qu’il a tenus en 2020, avait alors déclaré à la télévision à propos des enfants d’immigrés venus en France : « Ce sont des voleurs, ce sont des assassins. C’est tout ce qu’ils sont. Il faut les renvoyer. Ces les gens nous coûtent de l’argent. » Zemour a été condamné à une amende et à une indemnisation.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire