Vous vouliez du changement ? En voilà…

0
148

Les juges de la Haute Cour ont annulé la décision de la Commission des finances concernant les associations chrétiennes liées à la mission !

Be’hadré ‘Harédim

Après des années de lutte, il y a environ six mois, le rav Gafni a convoqué le Comité des finances et a refusé le droit à des allégements fiscaux aux organisations missionnaires en Israël. En réponse, ils ont saisi la Haute Cour, qui a adopté la position de l’administration fiscale, qui a approuvé l’association en tant qu’établissement public répondant aux exigences de l’article 46, tout en précisant que cela n’uncluait pas « les activités contraires à la loi »…

Depuis plusieurs années, le président sortant de la commission des finances, le rav Moché Gafni, se bat contre la Haute Cour face à des associations missionnaires en Israël qui demandaient une exonération fiscale en vertu de l’article 46 pour les associations, mais le député Moché Gafni, en tant que président de la Commission des Finances, a empêché cela à plusieurs reprises.

Il y a environ six mois, Gafni a de nouveau convoqué la commission des finances et a rejeté le droit aux prestations devant l’article 46. Les organisations missionnaires se sont empressées de saisir à nouveau la Haute Cour, lorsque la fois précédente elles ont accepté la position de la Knesset contre les associations et cette fois elles ont renversé la situation.

Les juges de la Haute Cour ont adopté la décision de la juge Dafna Barak-Erez et adopté la position de l’administration fiscale, qui a approuvé l’association en tant qu’institution publique répondant aux exigences de l’article 46, entre autres, après avoir constaté que ses activités dans le la religion n’inclut pas les activités illégales. Les taxes concernent la gestion des affaires financières et publiques de l’association, ont statué les juges.

LIRE  Binyamin Netanyahou bientôt en visite dans un autre pays musulman ?

Les juges ont infirmé la décision de la commission des finances et ont décidé d’accepter la requête contre la décision de la commission des finances, approuvant ainsi effectivement la décision de l’administration fiscale. Les juges ont de la sorte pris à nouveau une décision à la place de la Knesset.

Le président sortant de la Commission des finances, Gafni, a réagi à la décision de la Haute Cour en déclarant : « Tous les membres de la coalition et de la commission d’opposition ont soutenu la décision qui a été la nôtre, et la Haute Cour a annulé la décision et a renversé la situation », a rejeté Gafni. réclamation des juges.

Gafni a en outre attaqué les juges de la Haute Cour : « Je suggère aux juges de la Haute Cour qu’ils se taisent lorsqu’il y a une guerre sur la réduction de leurs pouvoirs après leur intervention flagrante dans le rôle du législateur. »

Le député Moche Arbel a lancé : « La décision de la Haute Cour d’aujourd’hui affaiblit à nouveau la Knesset et sa place dans le gouvernement israélien et viole gravement le principe de séparation des pouvoirs », a déclaré Arbel. « Il est inacceptable que d’un trait de plume trois juges décident d’infirmer l’avis des élus sur la matière donné dans la loi à la discrétion des membres de la commission des finances ».

Aucun commentaires

Laisser un commentaire