La peur des dirigeants iraniens…

0
84

Par Shraga Blum – Iphinfo

Rien que durant l’année écoulée on ne compte pas les « pannes » ou les « incendies suspects » sur des sites sensibles liés au programme nucléaire sans oublier l’élimination de Mohsen Fakhrizadeh, cerveau du projet nucléaire militaire Amad ou celle d’un haut responsable d’Al-Qaïda en plein Téhéran. Toutes ces opérations n’auraient pas pu être réalisées sans un réseau de renseignements parfaitement huilé et des complicités locales. Et les Iraniens n’ont pas oublié non plus l’humiliation de l’opération spectaculaire du Mossad en plein Téhéran en 2018.

Selon Ronen Bergman, cette « paranoïa » a atteint les plus hautes instances de la République islamique, où au-delà de leurs déclarations assurées, on commence à regarder derrière son épaule lorsque l’on veut prendre des décisions importantes sur les dossiers brûlants.

LIRE  Les palestiniens appellent au boycott d'Israël, puis demandent à Israël de leur sauver la vie

Mais l’efficacité des services israéliens de renseignements ne se voit pas seulement sur le territoire iranien. Un ancien agent des renseignements américains, cité dans l’article du NYT, explique que le Mossad agit dans le monde entier pour repérer du matériel sensible qui est destiné à être livré à l’Iran, puis lui applique des charges explosives ou des récepteurs pour pouvoir le détruire ou l’abimer une fois arrivé en Iran, au moment choisi.

Enfin, l’article évoque la mort récente et brutale de Mohamad ‘Hedjazi, n°2 de la Force Quds, responsable notamment du programme de missiles de haute précision pour la Syrie et le Hezbollah libanais. La version officielle iranienne est qu’il a succombé à une crise cardiaque mais l’article note le timing « étrange » de ce décès dans le contexte actuel des tensions entre Israël et l’Iran et n’exclut pas une autre origine, ce général ayant été dans le collimateur d’Israël depuis des années. Après tous ces revers iraniens, les autorités n’auraient aucun intérêt à reconnaître une nouvelle humiliation cuisante, face aux ennemis de l’Iran et moins encore pour l’image du régime des mollahs face à son opinion publique.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire