Le correspondant du Monde fait preuve d’une grande compréhension pour la « lutte armée » des Palestiniens

0
59

Le correspondant du Monde fait preuve d’une grande compréhension pour la « lutte armée » des Palestiniens qui usent de violence contre les Israéliens.

Nous avons déjà épinglé dans ces colonnes la dérive anti-israélienne du quotidien Le Monde et son adoption sans réserve du narratif palestinien le plus radical. L’article publié jeudi dernier, sous le titre « Ibrahim Al-Nablusi, itinéraire d’un “martyre” palestinien » et signé de l’envoyé spécial du Monde à Naplouse Louis Imbert, ne fait que confirmer, hélas, notre analyse. Le sous-titre contient déjà le thème principal, celui du « terrorisme armé des désespérés » : « Le jeune homme, tué à 18 ans par l’armée israélienne au mois d’août, est devenue l’incarnation d’une jeunesse sans perspectives, qui renoue avec la lutte armée. »

Le reste de l’article est à l’avenant. On y apprend ainsi que Nablusi « avait tiré sur un officier et sur des colons israéliens, sans tuer. Il avait échappé à deux raids de l’armée » et aussi qu’il « ne se réclamait d’aucun parti, mais de toutes les brigades. Son « martyre » a puissamment résonné dans les territoires, où une jeunesse sans perspectives renoue avec la lutte armée ». Le portrait d’Al-Nabulsi que dresse l’envoyé spécial du Monde est plutôt sympathique et flatteur : « Garçon pâle au long visage, élancé et pieux comme sa mère, Ibrahim Al-Nablusi a grandi sur une colline, dans la maison familiale vieille d’un bon siècle. Il est nageur, calme ».

La description de la figure du père du terroriste permet d’asséner plusieurs messages importants : « Alah, a un rang subalterne de major au sein de la sécurité préventive ; ancien prisonnier en Israël, il a rejoint dès 1994 cette force, qui est censée réprimer l’opposition aux accords de paix d’Oslo »… Le diagnostic porté par le père donne la clé de l’engagement de son fils dans la « lutte armée » (c’est-à-dire le terrorisme) : « J’ai cru à quelque chose de grand : un Etat, la paix qu’Israël n’a jamais voulu nous donner, dit aujourd’hui Alah. La génération de mon fils est en colère contre nous et sa résistance est légitime ».

LIRE  Le dollar inférieur au shekel pour la première fois depuis 2011 !

Ce point de vue très subjectif – celui d’un père – est adopté sans la moindre réserve par le correspondant du Monde, qui semble partager le point de vue palestinien sur les Juifs, comme il ressort du passage suivant : « Cet hiver-là, Ibrahim forme une cellule avec ses deux copains d’enfance et Abdelrahman Shahin, clandestin lui aussi dans la vieille ville… Ensemble, ils poursuivent les Juifs ultraorthodoxes de la secte de Bratslav, qui se faufilent clandestinement dans les faubourgs de Naplouse pour prier au tombeau de Joseph, patriarche biblique, fils de Jacob, vendu par ses frères ». En d’autres termes, il est légitime aux yeux du Monde de s’en prendre aux fidèles juifs (qui sont qualifiés de « secte ») venant prier sur le tombeau de Joseph… Imagine-t-on comment le même journal décrirait des Israéliens juifs qui s’en prendraient à des fidèles musulmans venus prier sur un des sites sacrés de l’islam ?

Le site Memri.org décrit de manière bien plus brute que Le Monde la haine anti-juive qui anime les parents d’Ibrahim al-Nablusi : « La mère du terroriste palestinien tué récemment par les forces de sécurité israélienne (dit) à al-Jazeera : nous ne serons jamais fatigués du jihad. Les Juifs hypocrites pensent qu’ils l’ont tué, mais il est vivant auprès d’Allah ». Memri détaille aussi comment la presse palestinienne a glorifié la mère du terroriste. Consulter l’article et voir la vidéo ici.

Le destin d’Ibrahim al-Nablusi est tracé d’avance : « Le 8 août, il se montre imprudemment en ville. Il accompagne son ami « l’étrangleur », pour rendre hommage à un militant, tout juste sorti d’une prison israélienne. Le lendemain, Ibrahim est visé à son tour. Il refuse de se rendre. L’armée israélienne nomme cette tactique « la Cocotte-Minute » : elle encercle sa planque et augmente sa puissance de feu, jusqu’à tirer au missileIbrahim est tué avec un camarade ». Notons au passage le vocabulaire choisi à dessein« camarade » ou « gamin » pour décrire Nablusi et ses acolytes.

LIRE  Un plan national visant à renforcer la main-d’œuvre de haute technologie en Israël

Il faut rendre hommage à l’inventivité de Louis Imbert, qui contraste avec les platitudes de ses jeunes collègues, fraîchement émoulus des écoles de journalisme. Imbert a du style et il manie la plume comme une véritable arme de précision. Il observe ainsi qu’Ibrahim « a eu le temps d’adresser un message à sa mère ». De son côté, « Le premier ministre, Yaïr Lapid, rend hommage à un chien de l’armée, Zili, tué dans l’opération ». On comprend ainsi entre les lignes que les dirigeants et l’armée d’Israël, qui tue délibérément des civils palestiniens d’après Le Monde, pleurent la mort d’un chien (il s’agit en fait d’un chien de l’unité Oketz, spécialisé dans la recherche d’explosifs).

La lecture de cet éloge sans nuance d’un « martyre » palestinien confirme que le journal Le Monde s’est visiblement donné pour tâche de rendre sympathiques aux yeux de ses lecteurs les terroristes palestiniens des factions les plus radicales. Pour information, Ibrahim Al-Nablusi faisait partie des « Lion’s den » (la « fosse aux lions »), milice palestinienne radicale récemment constituéemenant des attaques armées contre des soldats et des civils israéliens. Mais cela, le lecteur du Monde n’en saura rien.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire