Après le transfert du budget : affrontements entre droite et gauche dans la coalition

0
63

Quelques jours après le transfert du budget, et que les menaces de renversement ont a priori disparu – la coalition fait à nouveau face à des disputes internes| Le député de Mérets a appelé à l’ouverture du consulat palestinien à Jérusalem, mais le député Auerbach a précisé qu’il ne sera pas établi | Le ministre Bar-Lev a proposé de violer les accords sur Eviatar (de permettre l’installation d’une Yechiva dans ce site) ; Kahana a attaqué et appelé à rejeter cela, en faveur des engagements, ce qui est la position de la Droite…

Après avoir reporté les affrontements et les contestations sur le transfert du budget, la coalition se réveille ce matin (dimanche) au lendemain de la levée de la menace importante contre le gouvernement, et voilà que députés et ministres se confrontent à nouveau les uns les autres.

Plus de 48 heures après le transfert du budget, et déjà les questions du consulat et de l’établissement de l’avant-poste d’Eviatar ont fait l’objet de discussions parmi les membres de la coalition. L’aile gauche pousse pour réaliser leur idéologie, mais l’aile droite leur demande de les comprendre.

Le député Mossi Raz du parti Meretz, qui s’est heurté ces derniers mois à la droite, a appelé les Américains à accepter d’établir un consulat pour les Palestiniens. Le président de la faction « Droite », Nir Auerbach, a annoncé que la demande de Raz ne serait pas satisfaite.

« Jérusalem sont les deux villes que je préfère. Les deux devraient avoir une ambassade américaine », a déclaré Raz en réponse à la conférence de presse d’hier soir de Bennett, Lapid et Lieberman dans laquelle ils ont répondu aux questions des journalistes et ont déclaré qu’ils n’étaient pas intéressés par l’ouverture d’un consulat.

LIRE  Le tank T-90M russe détruit quelques jours après son arrivée sur le champ de bataille

« La dernière fois que j’ai vérifié, les tentatives de la gauche n’ont pas réussi. Mossi, ne vous inquiétez pas, nous sommes dans une coalition pour garder Jérusalem unie. Avec une seule ambassade dans cette ville », a rétorqué Auerbach.

Par la suite, le ministre de la Sécurité intérieure, Amar Bar-Lev du Parti travailliste, a traité un différend concernant la création de l’avant-poste d’Eviatar, bien que des dizaines de dunams aient été reconnus finalement comme étant terres de l’État (ce qui était la base de l’engagement officiel, à savoir de permettre dans ce cas l’installation d’une institution d’étude en ces lieux), et a appelé à une rupture de l’accord avec les résidents. Kahana a réagi avec colère et l’a appelé à respecter les engagements.

« Je ne pense pas qu’une Yechiva doive y être établie. Les colonies illégales devraient être évacuées et je n’ai même pas vu ce compromis à l’époque », a déclaré Raz dans une interview au GLC, et a suggéré: « Il y a suffisamment de moyens pour dissoudre la conclusion que l’État a finalement été contraint de faire. »

« J’ai été désolé d’entendre les remarques de Bar Lev, il y a des décisions gouvernementales et je m’attends à ce que toutes les parties les respectent. Chaque partenaire de ce gouvernement savait exactement dans quel mariage il s’engageait, tout le monde comprend ce qui fait mal à l’autre côté et essaie de ne pas marcher sur elle », a répondu plus tard le ministre de la religion.

Il est à noter qu’outre les questions entourant l’établissement du consulat palestinien, l’établissement de la Yechiva et la colonisation sur les terres d’Eviatar, d’autres polémiques attendent la coalition sont la « loi Netanyahou », qui a des opposants à droite, la construction en les colonies et plus encore.

LIRE  Maroc et Israël : une très belle initiative venant des Etats-Unis

Aucun commentaires

Laisser un commentaire