Arabie saoudite : attaque de drones contre des installations pétrolières

0
81
Image d’illustration © AFP
La chaîne de télévision al-Massirah, contrôlée par les rebelles au Yémen voisin, a fait état d’une « opération militaire majeure » contre des cibles saoudiennes.

 

Deux stations de pompage ont été visées par une attaque de drones mardi près de la capitale saoudienne Ryad, ce qui a forcé le géant pétrolier Aramco à cesser ses opérations sur un oléoduc majeur, a annoncé le ministre de l’Energie Khalid al-Falih.

Une attaque des rebelles yéménites

Plus tôt, la chaîne de télévision al-Massirah, contrôlée par les rebelles au Yémen voisin, avait fait état d’une « opération militaire majeure » contre des cibles saoudiennes avec « l’utilisation de sept drones » contre des « installations vitales » saoudiennes.

L’attaque est « une réponse aux crimes » et au « blocus » imposé par l’Arabie saoudite au Yémen voisin, a déclaré un haut responsable rebelle yéménite. « Notre peuple n’a pas d’autre choix que de se défendre de toutes ses forces », a ajouté sur Twitter Mohammed Abdelsalam, porte-parole des rebelles Houthis. L’Arabie saoudite intervient militairement depuis 2015 dans le conflit au Yémen pour aider le pouvoir face aux rebelles Houthis, soutenus politiquement par l’Iran.

Ryad parle d’attaque « terroriste »

Dans une déclaration relayée par l’agence officielle saoudienne Spa, Khalid al-Falih a indiqué que deux stations de pompage avaient été visées le matin par des « drones armés », ce qui a provoqué un « incendie » et des « dégâts mineurs » à une station, avant que le sinistre ne soit maîtrisé.

La compagnie Aramco « a pris des mesures temporaires et a interrompu temporairement les opérations sur l’oléoduc » Est-Ouest qui relie la Province orientale, une région saoudienne riche en pétrole, à la mer Rouge, a-t-il dit en condamnant cette attaque « terroriste ». Dimanche, des « actes de sabotage » mystérieux ont été commis sur quatre navires dans le Golfe, dont deux pétroliers saoudiens, selon les autorités des Emirats arabes unis, pays allié de Ryad.

LIRE  Alya: la grogne des médecins francophones face aux obstacles bureaucratiques
Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP

Aucun commentaires

Laisser un commentaire