Attaque inhabituelle du prince saoudien contre les Palestiniens

0
92
Secretary of Defense Richard Cheney meets with Crown Prince Abdullah to discuss U.S. military intervention against Saddam Hussein during Operation Desert Shield.

Suite à la signature des accords de paix entre Israël et les Émirats arabes unis et au refus palestinien persistant, le responsable saoudien Bendar Ben Sultan a fait des remarques sévères dans une interview contre les dirigeants arabes à Ramallah qui « déprécient l’utilisation du terme trahison ».

Ynet

Dans une longue interview diffusée hier (lundi) par la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya, le prince saoudien Bendar Ben Sultan, ancien ambassadeur saoudien aux États-Unis et secrétaire général du Conseil de sécurité nationale de son pays, a vivement critiqué les dirigeants palestiniens et les pays de la région. Turquie et Iran.

Au cours de l’interview, qui a été diffusée dans le cadre d’un documentaire intitulé « Am Bendar Ben Sultan », le prince a déclaré: « Les propos des dirigeants palestiniens après l’accord des Émirats arabes unis et Bahreïn et Israël ont été douloureux et bas. Les dirigeants palestiniens ont osé aller contre les États du Golfe, c’est inacceptable et même obscène ».

Ben Sultan a poursuivi en accusant les dirigeants palestiniens qu ‘ »ils écartent l’utilisation de termes de trahison, et c’est ainsi qu’ils se comportent entre eux », a-t-il même déclaré que les dirigeants « ont volé la question palestinienne ».

Le prince saoudien a poursuivi: « Nous considérons la question palestinienne comme nationale et juste, mais leurs défenseurs échouent. Les dirigeants palestiniens font toujours le choix d’aller du côté des perdants, et ces choses ont des conséquences. » Ben Sultan a évoqué la visite de Yasser Arafat à Bagdad en 1990 et a affirmé que cette visite « avait eu un impact douloureux sur tous les peuples du Golfe », comme il l’a dit.

LIRE  Les dirigeants des hôpitaux attaquent : le ministère n'a aucun plan

« Nous avons vu des jeunes incités à Naplouse danser lorsque Riyad a été bombardée pendant la guerre d’indépendance koweïtienne », a-t-il déclaré. Cependant, a-t-il dit, « l’Arabie saoudite a continué de se ranger du côté des dirigeants palestiniens même lorsqu’ils ont commis des erreurs, afin de ne pas nuire au peuple palestinien. Les Juifs ont accepté la résolution 181 (plan de partition) tandis que les Palestiniens ont refusé, et maintenant ils la réclament. »

Ben Sultan a évoqué les tentatives de réconciliation entre les parties palestiniennes avec l’implication des États de la région. « Le roi Abdallah a rencontré Abu Mazen et Khaled Mashaal, et après avoir conclu un accord en quelques jours, chacun a tenté de se soustraire à son parti dans l’accord et a sapé l’autre. L’Egypte tente depuis l’ère Moubarak jusqu’à maintenant, sous la direction d’al-Sissi, de réconcilier le Fatah et le Hamas.

« Abd a-Nasser a essayé de sauver les Palestiniens d’eux-mêmes », a-t-il affirmé, se référant aux raisons de la perte de 1967, selon lui, « le boycott contre l’Egypte après Camp David était une erreur ». Ben Sultan a affirmé dans une interview qu ‘ »Abu Amar a dit qu’il aurait accepté Camp David sans les menaces de Hafez al-Assad ».

Ben Sultan a également attaqué la Turquie. « S’ils étaient pressés de ramener leur ambassadeur des Emirats Arabes Unis, pourquoi la Turquie n’a-t-elle pas renvoyé son ambassadeur de Tel Aviv ou n’a pas expulsé l’ambassadeur d’Ankara? », a-t-il demandé. Il a dit à propos de l’Iran: « Téhéran fait du commerce sur la question palestinienne aux dépens du peuple palestinien ».

On rappellera qu’à la fin du mois d’août, le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan a évoqué pour la première fois l’accord fondateur entre Israël et les Emirats Arabes Unis – soulignant que l’Arabie saoudite est « attachée à l’initiative de paix arabe ». Il a déclaré qu ‘ »il n’y aurait pas de normalisation avec Israël sans un accord avec les Palestiniens », ajoutant: « Nous sommes attachés à la paix en tant qu’option stratégique, et l’annexion d’Israël est une mesure illégale. Nous saluons les efforts suprêmes pour parvenir à la paix dans la région et empêcher l’annexion des terres palestiniennes. »

LIRE  Catalogne : Les juifs divisés

Aucun commentaires

Laisser un commentaire