Carmila – Kissalon – 3H

0
866

Nous proposons là une balade dans la région de Jérusalem, cette fois plus difficile que d’autres !

Elle est pourtant située dans un endroit réputé pour sa facilité : Beth Méïr. Nous contredirons, au fur et à mesure, cette idée reçue.

Nous arriverons à cette petite agglomération par la route (3965) qui y mène à partir de l’échangeur Chorech sur la route n° 1 (fort souvent cité dans les informations comme centre fréquent d’embouteillages, allez savoir pourquoi ! Mais la nouvelle route vers Jérusalem, une fois terminée, devrait permettre une grande amélioration de la circulation).

Ballade Carmila Kissalon

Au bout de 3,5 km, nous verrons, sur un col, des possibilités de sentiers tant vers la droite que vers la gauche. Nous choisirons cette dernière option. A dire vrai, le chemin qui s’ouvre à nous, marqué là en bleu et orné du sigle du Chevil Israël, est carrossable – de préférence pour des voitures tout terrain, mais également pour des automobiles normales. On peut ainsi penser à franchir le kilomètre et quelque avec la voiture, jusqu’au début de  la descente vers le na’hal Kissalon, puis à continuer sur un bon kilomètre pour accueillir nos promeneurs à leur retour via le na’hal Carmila ; mais bon, sinon, il est possible de faire tout cela à pied. Du reste, quand tout le monde est de retour de la montée, il y a lieu de poursuivre vers l’ouest, pour arriver en deux kilomètres à la route 38.

 

Mais arrivons-en à notre promenade. Nous prenons donc le sentier qui descend vers la vallée, marqué comme dit en bleu et au sigle du Chevil Israël. Là, nous avons droit à un sentier assez difficile, avec des endroits où il faut réellement parvenir à se tenir pour ne pas glisser. Il descend sur environ un kilomètre, ce qui prend un temps assez sérieux. Le tout se passe dans un pan de montagne bien abrité par de hauts arbres.

LIRE  Mata'

En bas, nous arrivons à un chemin forestier très large, et à un monument consacré au souvenir des morts de la Shoah, en particulier à Anne Franck.

Nous poursuivons notre chemin vers l’ouest, à droite, pour atteindre au bout d’un kilomètre un sentier marqué en vert qui va nous permettre de remonter. Il emprunte le na’hal Carmila, et il diffère totalement de l’autre : là, le terrain est assez découvert, et surtout, le chemin force de passer sur de grands pans de rochers, bien sûr horizontaux, qui exigent tout de même un grand effort pour garder l’équilibre…

Toute cette promenade prend entre 2,5 et 3 heures. Pourtant, si l’on revient au point de départ à pied, ou si l’on préfère continuer jusqu’à la route 38, il faut ajouter encore une bonne demi-heure.

En tout cas, c’est d’une belle promenade qu’il s’agit.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire