Le Chabbath et la technologie moderne

0
1187

A nos frères enfants d’Israël !
J’ai déjà écrit à plusieurs reprises combien était importante l’œuvre de la Michméreth haChabbath, fondée dans le but de vérifier les éventuels problèmes des appareils électriques modernes et les Halakhoth qu’ils engagent, ainsi que pour trouver des solutions pour permettre, sans problèmes, leur usage le Chabbath.
Les rabbanim de cet organisme oeuvrent au nom des grands d’Israël et des décisionnaires de la génération, et agissent sur leur demande. Ils sont en contact avec eux pour prendre conseil à tout instant.
Ces jours-ci, les rabbanim de la Michméreth haChabbath, avec le rav Eliahou haCohen Beyfuss à leur tête, partent à l’étranger pour renforcer les communautés à cet égard. Je viens ici leur apporter mon appui : on ne peut imaginer chose plus importante quand, de nos jours, divers appareils fonctionnent à l’aide de thermostats et d›autres éléments digitaux – ce qui peut engendrer des questions de transgression, min haTora, du saint Chabbath.
Le Chabbath constitue la source de toutes les bénédictions, et quiconque aidera en ce sens méritera une descendance de Talmidé ‘Hakhamim ayant la crainte de l’Eternel, verra ses jours rallongés, profitera d’une bonne parnassa dans la bonne santé physique et morale, ainsi que de tout le bien imaginable !
H. K. [rav ‘Hayim Kanievski]

 

Notre confort de vie se voit de nos jours amélioré par une quantité de plus en plus nombreuse de techniques, d’instruments et de gadgets qui nous accompagnent dans les moindres détails de la vie quotidienne. Qui n’utilise pas de réfrigérateur et de congélateur, ou encore d’air conditionné ? Quel immeuble qui se respecte ne met pas en place des caméras de surveillance et des ouvertures de portes conditionnées par des codes ou des cartes ?
Cette évolution a inquiété les grands rabbanim de notre génération. Au fur et à mesure de l’évolution de la technologie, des questions ont commencé à se poser au consommateur juif, en particulier en ce qui concerne le jour du Chabbath : tant que le réfrigérateur n’était pas « intelligent », qu’il s’allumait et s’éteignait selon un rythme fixe, incapable qu’il était de mesurer sa température intérieure, les choses étaient simples, et on pouvait ouvrir et refermer l’appareil sans grands dilemmes. Il en va de même, pour les appareils d’air conditionné : tant que leur fonctionnement ne dépendait pas de la chaleur ou, au contraire, du froid régnant dans la pièce, leur emploi ne posait pas de problème. En revanche, avec la modernisation de cette machinerie, et sa capacité de vérifier la température ambiante, les interrogations ont germé : si le fait d’ouvrir une fenêtre ou une porte peut entrainer la mise en route de l’appareil, à quel titre a-t-on le droit de le faire le Chabbath ?
Les questions sont encore plus pressantes quand il s’agit de passer devant une caméra de surveillance ou, pire encore, quand les portes s’ouvrent devant nous, juste parce que nous nous présentons devant un œil électronique. Et, bien entendu, à plus forte raison quand on ne peut ouvrir la porte qu’en appuyant sur des boutons, ou en faisant un code…
C’est un domaine nouveau, à l’origine de questions inédites. Cela exige des autorités rabbiniques de prendre des décisions face à des situations techniques où leurs connaissances en science et technologie ne sont pas toujours optimales.
De plus, chaque marque suit son propre processus de fabrication et de fonctionnement. Ainsi, chaque fabricant peut poser un problème différent, et chaque appareil apporter une difficulté pour une autre raison.
Sur le plan de la Halakha, certains centres de recherche peuvent avoir tendance trancher dans le sens des allégements, pas forcément approuvés par les grands décisionnaires de la génération.
L’un des derniers sujets à avoir attiré l’attention des rabbanim est l’utilisation de compteurs d’eau digitaux, permettant aux services publics d’évaluer exactement la quantité d’eau utilisée par les familles. Si les anciens compteurs mécaniques ne posaient pas problème, c’est tout le contraire pour les nouveaux. De grands efforts ont d’ailleurs été déployés par les résidents de certains quartiers religieux en Terre sainte, pour éviter leur installation chez eux. Chaque ouverture de robinet à la maison met alors en marche le système…
Notons que certains compteurs digitaux sont tout de même permis.
Que font les autres ? lesquels sont permis ? c’est interdit ou autorisé, paranoia ou réalisme ?
Toute cette situation a amené des personnalités importantes, telles que rav Eliachiv zatsal, rav ‘Hayim Kaniewski chlita, à encourager la formation d’un comité rabbinique spécialisé en la matière, capable de répondre aux questions et de sensibiliser le public, secondé par des spécialistes de la technologie moderne. C’est cette fonction que remplit, de nos jours, ce comité rabbinique nommé « Wa’ad Michméreth haChabbath », reconnu par tous comme la référence à ce sujet. Son responsable est le rav Eliahou Beyfuss.

LIRE  Netanyahou veut apporter des "idées concrètes" à Trump pour modifier l'accord nucléaire iranien

Pour mieux comprendre le sujet, rapportons ici les propos du rav Moché Mordekhaï Karp, l’un des rabbanim impliqués :
« De nos jours, l’usage des nouveaux réfrigérateurs pose de nouveaux problèmes : allumer ou éteindre un ventilateur en ouvrant la porte, activer un système de dégel (contenant un fil de fer chauffé au rouge), entre autres. Ces questions se renouvellent au quotidien, à l’insu du public. Pour cette raison, il devient impératif de déconnecter tous les systèmes périphériques dans les nouveaux modèles. Si on est incapable de faire cela soi-même, la seule solution reste d’utiliser un synchronisateur externe qui allume et éteint le réfrigérateur selon un horaire préétabli, en prenant soin de n’ouvrir la porte que lorsque le moteur est éteint. Même cela s’avère insuffisant pour les modèles dotés d’un système qui permet à l’appareil de continuer sa marche en cas de panne de courant. Alternativement, on peut employer un réfrigérateur avec un panneau de commandes spécial pour le Chabbath, qui élimine les risques directs et indirects de « hav’ara » (allumage) et « kibbouï » (extinction).
« Tout ce qui précède concerne les anciens réfrigérateurs, mais les plus récents posent de nouveaux problèmes qui n’ont pas encore été résolus, comme l’allumage de ventilateurs, engendré simplement par une simple ouverture ou fermeture de la porte de l’appareil. Ceci est défendu même durant la marche du moteur, car l’ouverture fait démarrer le ventilateur, alors que la fermeture l’arrête. De plus, toutes les 8 heures, le compresseur cause l’allumage du système de dégel, qui inclut un fil de fer chauffé au rouge. Cela est également causé par l’ouverture ou la clôture (mais reste toutefois incertain. En effet, on ouvre rarement la porte juste avant le début du dégel). Le réfrigérateur peut encore posséder une carte mère qui contrôle toutes sortes de systèmes. Auquel cas, on doit en être prévenu. Pour toutes ces raisons, il ne faut ouvrir un réfrigérateur que s’il est raccordé à un synchronisateur extérieur qui neutralise toutes ces opérations, et seulement quand le moteur est éteint. Autrement, on peut utiliser un réfrigérateur avec option « mode Chabbath », qui annule tous les problèmes. »
Vous pouvez consulter les techniciens du Wa’ad Michméreth haChabbath par fax et par téléphone et les faire venir sur place – en Israël – pour vérifier la validité de vos appareils ménagers.
Le Wa’ad a pour projet d’organiser en France également un tel service, ainsi que dans d’autres pays de la CEE.

LIRE  Ministre norvégien: « Nous obtenons maintenant ce que subit Israël »

Annexes : les réfrigérateurs :

Selon les principales autorités rabbiniques de notre temps, l’ouverture ou la fermeture, le Chabbath, de réfrigérateurs et de glacières dotés d’accessoires technologiques avancés (même ceux vieux de 15 ans, dans certains cas) peut représenter une violation des lois de la Tora, ou d’une ordonnance rabbinique ; et ceci, même en présence d’une « installation spéciale pour Chabbath ».
De pair avec les progrès technologiques récents, sont apparus de nouveaux problèmes concernant l’utilisation d’équipement électrique le Chabbath. Les réfrigérateurs en circulation de nos jours sont bien différents de ceux d’il y a trente ans. Le développement de la technologie a permis la production de réfrigérateurs de conception nouvelle, d’un fonctionnement fort différent. Il s’agit en fait d’un tout autre genre d’équipement électroménager. On peut donc comprendre que, du point de vue de leur utilisation le Chabbath, de nouveaux problèmes doivent être pris en considération.
On trouve sur le marché des « installations spéciales pour Chabbath » développées par différents laboratoires, avec pour but de rendre ces appareils accessibles ce jour-là. Certains producteurs offrent des réfrigérateurs dotés d’accessoires de Chabbath. L’usager pense alors pouvoir s’en servir sans aucune restriction. Cependant, certaines de ces pièces ont été développées selon des principes basés sur une interprétation aussi large que relâchée de la Halakha, et qui ne satisfait que les spécialistes employés par ces laboratoires… Les principaux décisionnaires de notre génération ne permettent pas l’usage de ces réfrigérateurs le Chabbath, et la considèrent comme une transgression de ce jour saint.

Voyons les divers détails à considérer dans le domaine des réfrigérateurs – on pourra extrapoler pour les appareils d’air conditionnée, posant des problèmes parfois parallèles :

1. Allumer une lampe.
Chacun sait que l’ouverture de la porte du réfrigérateur allume en même temps une lampe. Celle-ci doit être déconnectée avant le Chabbath. Cependant, la porte continue à pousser ou relâcher le bouton d’allumage à chaque ouverture, ce qui pourrait représenter un problème de « boné » d’un semi-circuit (les électrons sont activés, sans toutefois être libérés à travers le circuit. Cela équivaut à engager une rallonge dans la prise, sans qu’elle soit reliée à un appareil quelconque). Pour éviter cela, il faut appliquer une bande adhésive au bouton, de sorte qu’on ne puisse plus l’enfoncer ou le relâcher en ouvrant la porte.
2. Activer le compresseur
Le fonctionnement du compresseur dépend du thermostat : quand la température tombe en-dessous d’un certain niveau, le thermostat interrompt l’apport de courant vers le compresseur, qui s’éteint. Quand la température remonte, le matériau du thermostat se dilate, fermant le circuit électrique et réactivant le compresseur. Quand la porte est ouverte, de l’air chaud pénètre, et le compresseur se remet en marche (s’il n’était pas déjà allumé). Divers avis existent, en particulier celui selon lequel on ne peut ouvrir le réfrigérateur que quand le moteur est allumé. La question change pour les réfrigérateurs à dégel automatique.

3. Eteindre le ventilateur.
La glacière contient un ventilateur qui distribue l’air froid à travers tout le compartiment. Certains appareils possèdent également un ventilateur dans le compartiment de réfrigération. Dans nombre de ces réfrigérateurs, le ventilateur s’arrête quand la porte est ouverte. Le bouton prévu à cet effet peut être apparent, ou caché auquel cas il se voit activé par un aimant situé à l’intérieur de la porte.

4. Activer le dégel.
Nous devons encore considérer le programme de dégel déjà présent dans les réfrigérateurs mécaniques. Il existe, en fait, dans tous les réfrigérateurs, mécaniques ou digitaux, dans lesquels il n’y a pas de formation de glace dans la glacière. Avec ce programme, le thermostat active un synchronisateur qui suit la durée d’opération du compresseur, et active le dégel après six heures d’activité. Ceci produit de la chaleur à l’intérieur de l’appareil, prolongeant le temps d’activité du compresseur et, par extension, le processus de dégel, par le chauffage d’un fil électrique. Cela signifie que, même quand le moteur est en marche, ouvrir la porte, permettant la pénétration d’air chaud, précipite le début du dégel.

LIRE  Organisations musulmanes de France: la guerre est déclarée ! Petits meurtres entre frères

5. Relevé digital.
Comme déjà mentionné, tous les réfrigérateurs digitaux contiennent des détecteurs reliés à une carte mère interne. Ces détecteurs électroniques sont extrêmement sensibles au moindre changement de température. Même un apport minimal d’air chaud ou froid produit instantanément un nouveau relevé digital dans la carte.
Notez que ces relevés sont faits en permanence, même quand on entend ronronner le compresseur. Pour cette raison, même quelqu’un qui a pris l’habitude d’ouvrir la porte du réfrigérateur pendant que le compresseur marche, doit s’abstenir d’agir ainsi avec un appareil digital (certains modèles ne présentent aucun écran).

6. Alarmes (voyant ou sonnerie)
Certains réfrigérateurs et glacières ont un système d’alarme utilisant un voyant ou une sonnerie. Le système entre en action quand la porte est restée ouverte, ou lors d’un dysfonctionnement de l’appareil. Le problème avec ce genre d’appareils ne commence pas avec l’alarme, mais bien dès l’ouverture de la porte, alors que les contrôles de la porte sont déjà mis en branle. En ce qui concerne le Chabbath, cela peut représenter la fermeture d’un circuit électrique, ou une autre influence sur le fonctionnement de l’appareil.

7. Enregistrement des ouvertures de la porte.
Certains appareils ont un mécanisme qui compte le nombre d’ouvertures de la porte et initie le processus de dégel après 5 ou 6 ouvertures. La profanation du Chabbath est ici évidente. Même avant que le quota d’ouvertures ait été atteint, chaque ouverture est enregistrée par la carte mère. Cela équivaut à allumer n’importe quel appareil électrique le Chabbath.

8. Activation de l’humidificateur.
Certains modèles de réfrigérateurs ne possèdent qu’un seul système de réfrigération pour le réfrigérateur et la glacière. Ils ont alors un humidificateur (un couloir d’aération sis entre ces deux parties) qui permet à l’air froid de la glacière de circuler vers le réfrigérateur. Dans certains cas, un thermostat opère un petit moteur qui contrôle l’ouverture de l’humidificateur, la fermant quand la température à l’intérieur du réfrigérateur tombe en-dessous d’un certain niveau, et l’ouvrant à nouveau lorsqu’elle est remontée.
Ce thermostat est lui aussi influencé par l’arrivée d’air chaud lors de l’ouverture de la porte du réfrigérateur, et il active l’humidificateur en conséquence. Ce genre de thermostats existe dans les réfrigérateurs digitaux. Dans les modèles mécaniques, l’humidificateur opère par le truchement d’un relâchement mécanique de ressorts, ce qui ne constitue aucun problème le Chabbath.

9. Moteur à inversion (inverter).
Certains modèles de réfrigérateurs possèdent un moteur du type « à inversion ». Ces moteurs ne s’arrêtent jamais. Ils modulent seulement leur niveau de travail selon la nécessité. Ils sont reliés à des détecteurs qui augmentent l’activité du moteur dès que la porte du réfrigérateur est ouverte, ou après un court laps de temps, à cause de la différence de température.

Ces quelques informations viennent juste apporter une idée de la complexité des questions qui se posent pour les réfrigérateurs, et de l’importance de la consultation de spécialistes en matière de Halakha à cet égard. ●

Aucun commentaires

Laisser un commentaire