Christophe Colomb, Churchill, racistes ?

0
106
Illustration : Christophe Colomb

Une tribune d’Arno Klarsfeld, qui s’indigne contre les dérives récentes

Les nouveaux antiracistes refusent toute part d’ombre aux personnages historiques.

La ville de Los Angeles a remplacé le Columbus Day par le jour des indigènes. La statue de Churchill à Londres a été taguée avec une inscription « racist », peinte sur son piédestal par des militants anti-racistes. D’autres statues sont mises à bas.

Il existe une tendance qui veut faire en sorte que disparaissent tous les grands hommes et les grands penseurs de l’Occident. Si on se place du point de vue de l’esprit des Découvertes, de l’esprit d’aventure, ils ont tort… Si on se place du point de vue des indigènes qui vivaient heureux avec leurs coutumes, leurs enfants ou leurs chasses, ils ont raison.

C’est très difficile de porter un jugement moral sur l’histoire parce que toutes les étapes brillantes ou honteuses qui ont borné le chemin font que l’on est là… Dans l’histoire, on est myope.

On se bat pour les 10 ou 15 ans devant nous comme si on se battait pour l’éternité, sans savoir ce qui se passera dans les épisodes suivants. Mais la route qui a conduit l’humanité jusqu’à aujourd’hui ne peut être gommée.

Elle a été tracée par d’innombrables anonymes mais aussi par des personnalités éminentes dans tous les domaines (politique, militaire, scientifique ou littéraire), sans lesquelles le monde ne serait pas ce qu’il est.

Si on accepte d’être dans ce monde, on doit accepter qu’il ait suivi un itinéraire qu’a posteriori l’on ne peut plus modifier. Ôter de la mémoire des nouvelles générations les noms de Christophe Colomb ou Colbert signifierait ne conserver leur auréole qu’aux savants, aux artistes, aux poètes ou aux victimes de ceux qui ont édifié une portion du chemin parcouru par les civilisations.

LIRE  L’Inde, Israël et les États-Unis coopèrent en matière de leadership et d’innovation numériques

Christophe Colomb, ou Colbert en France (avec son code noir), présentent un bilan d’un côté positif, et de l’autre négatif par rapport à nos valeurs contemporaines.

Les Juifs ne réclament pas que descendent du pinacle St Augustin, Luther, Voltaire, St Louis et bien d’autres qui étaient leurs ennemis. Ils demandent que soient mis à l’écart de toute marque d’estime publique ceux qui, à une période récente où l’antisémitisme était déjà amplement condamné, ont participé à la diffusion de la haine anti-juive et à la mise à mort des Juifs.

La déclaration d’indépendance américaine qui disposait « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur » a été signée par de nombreux esprits altruistes et éclairés dont Jefferson et Adams, qui possédaient des esclaves !

Allons-nous jusqu’à retirer notre estime et notre gratitude à Platon parce qu’il possédait des esclaves ou qu’il ne s’est pas dressé contre la discrimination des métèques à Athènes?

Il faut être raisonnable et juger les hommes selon leurs époques. Nous devons comprendre aussi que sur notre Terre, les peuples loin de nous constituent autant de planètes éloignées les unes des autres.

Petit à petit, les valeurs d’humanité résultant de notre morale judéo-chrétienne et de l’esprit des Lumières devraient être portées de plus en plus loin. Il serait insensé pour l’Occident de jeter à bas ses grands hommes quand le reste du monde continue à glorifier les siens, qui aux yeux de la morale d’aujourd’hui ne sont certainement pas meilleurs que les nôtres.

LIRE  Les Juifs restants du Yémen transférés aux Émirats

https://www.causeur.fr/churchill-christophe-colomb-raciste-vraiment-177880

Aucun commentaires

Laisser un commentaire