Comment on monte un dossier…

0
46

Nouveau scandale : des gens proches du rav Litsman seraient compromis dans des affaires douteuses dans lesquelles des grandes entreprises auraient plongé et payé des pots de vin afin d’obtenir des avantages de la part de personnes importantes du gouvernement…

Mais aujourd’hui on apprend que, selon Ynet, que les enquêteurs comprennent que les conclusions ne sont pas assez solides et tentent par conséquent de trouver un employé dans l’entreprise (Tenouva !) qui acceptera de fournir des informations qui renforceront les soupçons contre les employés publics en place – et peut-être même conduiront à des élus. Hier, une proposition a été soumise à l’une des personnes impliquées dans l’affaire.

Autrement dit, on « engage » des témoins à charge, moyennant finances… Là, c’est officiel. Et cela sent mauvais. Très mauvais.

On lit sur Ynet, sous la plume d’Eli Senor :

L’enquête sur l’affaire de corruption dans la ruche de Yaakov Litzman a commencé il y a quatre ans – et comprenait même une surveillance et des écoutes téléphoniques – mais la police essaie de renforcer l’affaire avec un témoin d’État des rangs de Tenouva. Ynet a appris ce matin (lundi) que les enquêteurs de la police estimaient que des preuves internes pourraient renforcer les conclusions – et les conduire à des hauts fonctionnaires du secteur public contre lesquels les soupçons n’ont pas encore été suffisamment étayés.

La police comprend que les preuves dans l’affaire ne sont pas assez solides et essaie de recruter un témoin d’État afin qu’il puisse lier plus étroitement les fonctionnaires impliqués dans l’affaire, et peut-être même permettre d’arriver à plus d’élus. Hier déjà, une proposition a été soumise pour que les personnes concernées deviennent témoins d’État, et il semble que ces tentatives se poursuivront aujourd’hui et dans les prochains jours.

LIRE  Les combats sur Gaza continuent malgré la pression américaine

L’enquête, on s’en souvient, est passée hier du stade secret au stade visible – et la police a arrêté quatre suspects. Selon les soupçons, deux d’entre eux ont travaillé pour promouvoir les intérêts des sociétés commerciales en échange de pots-de-vin, l’une des sociétés étant Tenouva, qui aurait tenté d’obtenir un allègement dans les marques sur leurs produits.

L’avocat Eyal Basarglik, représentant l’un des suspects dans l’affaire, a déclaré que « bien qu’il s’agisse d’un stade très précoce de l’enquête, il ne fait aucun doute que nos clients n’ont rien à voir avec une infraction pénale et n’ont pas été diffamés ».

Les avocats Amit Hadad et Michal Rosenbaum sont également convaincus que leur client n’a pas agi contre la loi. « Notre client est un fonctionnaire qui consacre sa vie au bien commun. Nous sommes convaincus que très bientôt il sera clarifié qu’aucun défaut n’est tombé dans ses actions et que toutes ses actions ont été faites légalement », ont-ils déclaré.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire