Dans le conflit israélo-palestinien, de quel côté se trouve réellement un nettoyage ethnique?

0
128

Par Aaron Kliegman

Mahmoud Abbas / Ge

Les activistes anti-israéliens et les commentateurs disent souvent que l’État juif commet un nettoyage ethnique, sinon un génocide, contre les Palestiniens. Même de hauts responsables des Nations Unies – mais je le répète moi-même – ont accusé Israël de tels crimes, de même que des personnalités des médias et des milieux universitaires occidentaux. Ces voix sont en réalité correctes dans un sens général: une partie du conflit israélo-palestinien utilise des politiques pour réaliser le nettoyage ethnique. Ce n’est tout simplement pas Israël.

Lundi, un tribunal palestinien à Ramallah a condamné un Américain d’origine palestinienne à une peine de travaux forcés à perpétuité, après seulement un procès d’une semaine. Quel était le crime odieux? Issam Akel, un habitant de Jérusalem-Est et citoyen américain, a été reconnu coupable d’avoir vendu des biens à des juifs, en particulier une maison située dans la vieille ville de Jérusalem à une organisation juive israélienne. La Grande cour criminelle palestinienne a déclaré qu’il avait tenté de « couper une partie du territoire palestinien et de [l’ajouter] à un pays étranger ». L’Autorité palestinienne (AP) envisage à présent d’extrader Akel vers les États-Unis, alors que Washington tentait de le libérer, a rapporté le quotidien. Mais de nombreux détails sur l’éventuelle extradition restent flous.

La condamnation d’Akel intervient une semaine après que l’Autorité palestinienne a annoncé  qu’elle avait déjoué ses tentatives de vente de terres et de maisons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est à des acheteurs juifs. Les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne ont annoncé avoir arrêté 44 Palestiniens impliqués dans les transactions, ajoutant qu’au moins trois des suspects avaient déjà été condamnés à 15 ans de travaux forcés.

En vertu de la loi palestinienne, vendre ou tenter de vendre des terres à des Juifs est un crime punissable de travaux forcés, d’emprisonnement et même d’exécution. Au cours des dernières semaines, les autorités religieuses palestiniennes ont à plusieurs reprises averti que quiconque s’engagerait dans de tels accords serait accusé de « haute trahison ».

L’Autorité palestinienne interdit non seulement de vendre des terres à des Juifs, mais encourage également leur assassinat. En effet, l’Autorité palestinienne récompense les terroristes qui commettent des attaques contre des Israéliens, en affectant chaque année des centaines de millions de dollars de leur budget à payer ces criminels et leurs familles. Selon un rapport du Centre pour les affaires publiques de Jérusalem, l’Autorité palestinienne a prévu 330 millions de dollars dans son budget 2018 pour payer les prisonniers de sécurité et leurs familles, ainsi que les soi-disant « martyrs », ceux qui ont été tués lors d’une attaque. Pour ceux qui sont emprisonnés, plus leur crime est grave, plus leur récompense financière est élevée.

Les dirigeants palestiniens refusent également d’accepter le droit des Juifs à l’autodétermination. L’Autorité palestinienne ne reconnaît pas Israël comme la patrie du peuple juif et ne le considère donc pas comme un État légitime. À de nombreuses reprises, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré que les Palestiniens ne reconnaîtront jamais Israël comme un État juif, rejetant ainsi l’idée de base d’une solution à deux États: deux États pour deux peuples, un arabe et un juif.

En prenant du recul, le nettoyage ethnique est, en général, une tentative organisée par un groupe ethnique ou religieux d’enlever un groupe ethnique ou religieux différent d’une région ou d’un territoire donné par expulsion ou meurtre. L’Autorité palestinienne interdit la vente de terres à des Juifs, encourage et récompense le meurtre de Juifs et refuse d’accepter l’existence d’une patrie juive. Il approuve les attaques tant physiques que politiques contre les communautés civiles juives de Cisjordanie (c.-à-d. des colonies de peuplement israéliennes) et a refusé de multiples offres de paix d’Israël visant à devenir un État. La conclusion logique est que l’Autorité palestinienne ne veut pas de Juifs dans une future Palestine. Comment n’est-ce pas une tentative de nettoyage ethnique?

Les accusations de nettoyage ethnique contre Israël seraient toutefois risibles si elles n’étaient pas si viles, si pleines d’une haine viscérale. De telles affirmations sont évidemment fausses et facilement réfutables. Premièrement, 1,878 million d’Arabes vivent actuellement en Israël, soit 20,9% de la population totale du pays. Ces Arabes jouissent de tous les droits en tant que citoyens israéliens et vivent dans une démocratie florissante. Beaucoup sont même descendus dans les rues pour protester contre la politique israélienne à l’égard des Palestiniens, sans craindre de sanctions. De plus, des sondages récents indiquent que les Arabes auront à nouveau le troisième parti au pouvoir à la prochaine Knesset, le parlement israélien. Un nettoyage ethnique signifierait expulser ou tuer des Arabes, pas les embrasser.

En Cisjordanie, les Palestiniens dirigent et contrôlent efficacement leur propre gouvernement.  Pourtant, de nombreux Palestiniens essaient encore de travailler en Israël, où ils gagnent des salaires beaucoup plus élevés. De plus, selon toutes les estimations, la population arabe dans les territoires palestiniens a explosé depuis la fondation d’Israël en 1948, c’est-à-dire, l’opposé absolu du nettoyage ethnique ou du génocide. En fait, les Palestiniens eux-mêmes affirment que les Arabes seront bientôt plus nombreux que les Juifs sur le territoire situé entre le Jourdain et la mer Méditerranée. Indépendamment de la vérité de telles affirmations, les victimes du nettoyage ethnique ne les feraient pas en premier lieu.

La prochaine fois que quelqu’un accusera Israël d’avoir commis un nettoyage ethnique, posez-lui une question très simple : qu’en est-il des Palestiniens?

Aucun commentaires

Laisser un commentaire