David Amess : soutenir Israël est suffisant pour être assassiné

David Amess : soutenir Israël est suffisant pour être assassiné

0
16

Le soutien à Israël a conduit à l’assassinat : de nouveaux détails sur le suspect en Grande-Bretagne

Deux jours après l’assassinat choquant du député conservateur David Amess lors d’une réunion avec des électeurs, un prédicateur extrémiste a tenté d’attribuer l’attaque au fait qu’Ames était un grand ami d’Israël, bien que Scotland Yard n’en ait pas encore donné le motif • Le suspect est le fils d’un ancien fonctionnaire somalien.

 

Deux jours après l’assassinat du député David Ames dans sa ville de Lee-on-the-East dans l’Est de l’Angleterre, le prédicateur islamique extrémiste Anjam Chudari verse de l’huile sur le feu et note que l’assassinat – déjà défini comme du terrorisme en raison des liens possibles de l’attaquant avec l’islam radical – est en fait une vengeance sur les activités étendues d’Amess pour Israël.

Le Sunday Times a déclaré que bien que Chodari n’ait pas fourni de preuves et n’ait pas dit que c’était le seul mobile de l’agresseur, il a précisé que cela faisait partie de la somme des choses qui ont conduit au meurtre choquant.

« Il y avait des rumeurs selon lesquelles il est pro-israélien, il fait partie du parti conservateur qui est au pouvoir depuis longtemps et ils étaient également au pouvoir pendant les campagnes en Irak, en Syrie et en Afghanistan », a-t-il déclaré. Lorsqu’on lui a demandé si Amess était une cible pour être pro-israélien et secrétaire honorable du lobby conservateur des amis d’Israël, il a répondu : « Beaucoup disent qu’Israël est un État terroriste et pourquoi quelqu’un serait-il un ami d’Israël alors qu’il a vu le carnage qu’ils font avec les musulmans en Cisjordanie et à Gaza ? »

LIRE  Les meilleurs élèves ? Les enfants orthodoxes.

Chodari, qui a fait l’objet de vives critiques, a déclaré avoir condamné le meurtre. « Tout cela, bien sûr, ne justifie pas le meurtre. »

Pendant ce temps, plus de détails deviennent clairs sur le suspect de 25 ans qui est en détention, Ali Harbi Ali. Les médias britanniques ont noté qu’il s’agit du fils de l’ancien conseiller en communication du Premier ministre somalien dans les années 1990. Le père a été cité dans les médias comme disant qu’il « se sentait traumatisé » à la lumière de ce que son fils a fait.

Selon les détails des médias britanniques, il a planifié avec diligence le meurtre pendant une semaine entière et s’est inscrit à l’avance pour une réunion avec Amess lorsque ce dernier a publié les détails de la prochaine réunion régulière avec les électeurs, qui s’est tenue vendredi à l’église de sa circonscription, où le tueur a fait la queue avec les autres personnes attendant le député. Après l’avoir assassiné, il s’est assis calmement dans un coin et a attendu la police pendant qu’il était ensanglanté.

De plus, dans le programme gouvernemental de lutte contre la radicalisation, le nom de l’assassin est apparu comme une personne sujette à commettre un attentat  en raison de sa radicalisation, mais le GSS britannique MI5 n’a jamais officiellement enquêté sur sa conduite.

Assassinat du député britannique David Amess : le passé du suspect décortiqué

Le suspect, un homme de 25 ans, a été placé en détention en vertu de la loi sur le terrorisme, ce qui permet à la police de prolonger sa détention. Elle a procédé à des perquisitions dans la région de Londres.

LIRE  Policier agressé à Saint-Quentin: «À la cave comme le Juif Halimi»

Les questions affluent sur l’homme qui a mortellement poignardé le député britannique David Amess, vendredi. La police a déclaré, tard samedi 16 octobre, que les enquêteurs ont jusqu’à vendredi prochain pour interroger le suspect, un homme de 25 ans, après l’avoir placé en détention en vertu de la loi sur le terrorisme, ce qui leur permet de prolonger sa détention.

L’enquête révèle selon les premiers éléments « une motivation potentielle liée à l’extrémisme islamiste », selon la police, qui a déclaré effectuer des perquisitions à trois adresses dans la région de Londres dans le cadre d’une « enquête au rythme soutenu ».

Le suspect invité à se déradicaliser

Orienté il y a plusieurs années vers un programme britannique destiné aux personnes présentant un risque de radicalisation basé sur le volontariat, selon la BBC, il n’y aurait pas été très assidu et n’a jamais été officiellement un « sujet d’intérêt » pour l’agence de sécurité nationale.

Les services de police et de sécurité pensent que l’assaillant a agi seul et qu’il était « autoradicalisé », selon le Sunday Times. Il pourrait avoir été inspiré par les Chabab, des islamistes somaliens liés à Al-Qaida.

John Lamb, un conseiller conservateur local, a raconté à des médias britanniques que le jeune homme avait attendu patiemment son tour avant de se jeter sur le député et de le poignarder à plusieurs reprises devant deux assistantes du parlementaire.

« On m’a dit qu’il avait poignardé Sir David et qu’il avait simplement attendu dans la salle paroissiale jusqu’à l’arrivée de la police », a déclaré au Telegraph Kevin Buck, vice-président de l’association de circonscription. Il avait pris rendez-vous une semaine à l’avance, selon le Daily Mail.

Une veillée organisée

Samedi soir, des centaines de personnes ont assisté à une veillée aux chandelles sur un terrain de sport proche du lieu du crime, observant une minute de silence à la mémoire du député.

En signe d’unité, le premier ministre conservateur, Boris Johnson, et le chef du parti d’opposition travailliste, Keir Starmer, avaient déposé des gerbes de fleurs sur les lieux du drame samedi matin. Boris Johnson a laissé un message saluant un « excellent parlementaire et un collègue et ami très aimé ».

De nombreuses personnes, dont des membres de la communauté musulmane, sont venues déposer des bouquets de fleurs et des hommages écrits à la victime.

LIRE  Majestueuse Menora de glace en Sibérie et renaissance de la vie juive

« Combler les lacunes »

Ce meurtre ravive le traumatisme encore récent de l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox en juin 2016 et interroge sur les dispositifs de sécurité entourant les députés, en particulier au contact du public dans leurs circonscriptions.

Ces deux drames interrogent sur les dispositifs de sécurité entourant les députés quand ils sont au contact du public. « Nous devons combler les lacunes » en termes de sécurité, a déclaré la ministre de l’intérieur, Priti Patel, sur Sky News. Interrogée sur la mise en place d’une protection policière pour les députés dans leurs circonscriptions, la ministre a déclaré que « toutes les options étaient envisagées actuellement ». Elle a précisé qu’une « série de mesures » avaient déjà été mises en place.

Quelque 650 députés ont été contactés par la police et des policiers ont protégé les lieux où se tenaient des permanences parlementaires samedi.

Le Monde avec AFP

JForum

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
ILS Shekel israélien
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop