De mystérieuses gravures découvertes sur un dolmen vieux de 4 000 ans en Galilée

 Une dolmen monumental vieux de 4 000 ans et gravée de signes mystérieux sans précédent, a récemment été découvert aux environs du kibboutz Shamir en  haute Galilée. «C'est la première forme d’art jamais découverte sur un dolmen au Moyen-Orient», selon les archéologues.

0
1265

Selon l’Autorité des Antiquités, la structure de l’âge du Bronze dont il est question a été initialement découverte  par le Prof. Gonen Sharon du Collège Universitaire de Tel Hai.

« Ce qui rend ce dolmen si unique, ce sont ses dimensions énormes, la structure qui l’entoure, et surtout, les décorations artistiques gravées sur son plafond », a déclaré l’Autorité des Antiquités dimanche.

Un dolmen est une structure mégalithique millénaire construite de pierres énormes. La forme de base du dolmen ressemble à une table et la plupart d’entre eux sont entourés par une sorte d’enceinte faite de tas de pierres.

Des dolmens ont été trouvés ailleurs dans le monde, de l’Irlande à la Corée. Des milliers de dolmens sont dispersés à travers le Moyen-Orient, de la Turquie au Yémen. Sur les hauteurs du Golan, des milliers de types différents, distribuées dans des concentrations connues sous le nom de «champs de dolmens», ont été identifiés.

Bien qu’ils soient très communs et proéminents dans le paysage de l’ancien Israël, le mystère entourant l’âge des dolmens et leur fonction n’a pas encore été résolu.

« Ce n’est que l’une des plus de 400 énormes structures en pierre datant de l’Âge du Bronze Intermédiaire (il y a plus de 4000 ans) qui se trouvent dans le champ de dolmen autour du Kibboutz Shamir », a déclaré l’Autorité des Antiquités. «Quand le Professeur Sharon est entré dans la chambre construite sous le plus grand dolmen, il a été surpris de découvrir des dessins gravés dans la roche de son plafond.

La découverte des gravures a conduit à mettre en œuvre un projet de recherche sur le dolmen et ses environs, et à de nouvelles révélations concernant le phénomène des dolmens en Israël.

LIRE  Le Likoud veut permettre les sports professionnels le Chabbath

« C’est le premier art jamais documenté sur un dolmen au Moyen-Orient », a déclaré Uri Berger, un archéologue de l’Autorité des Antiquités et partenaire de l’étude.

« Les formes gravées représentent une ligne droite allant au centre d’un arc. Environ 15 de ces gravures ont été identifiées, étalées dans une sorte d’arc le long du plafond. Aucun parallèle n’existe avec les dessins de roche gravée connus jusqu’à présent au Moyen-Orient et leur signification reste un mystère.

« La chambre à l’intérieur du dolmen, sur le plafond de laquelle les gravures ont été trouvées, est grande, mesurant deux mètres par trois, et la pierre qui la recouvre est également énorme, pesant 50 tonnes au moins. C’est l’une des plus grandes pierres jamais utilisées dans la construction d’un dolmen au Moyen-Orient.  »

Le dolmen est entouré par un grand tas de pierre (tumulus) de 20 mètres de diamètre, avec des pierres pesant jusqu’à 400 tonnes. Au moins quatre dolmens plus petits ont été identifiés à l’intérieur du tas de pierre. Il s’agit donc en réalité d’une énorme structure monumentale construite hiérarchiquement avec une cellule principale et des cellules secondaires. C’est la première fois qu’un tel dolmen hiérarchique a été identifié au Moyen-Orient.

Ce dolmen monumental découvert au Kibboutz Shamir n’est que l’une des centaines d’énormes structures densément distribuées dans cette région. Cela témoigne de l’existence d’un système gouvernemental stable dans la région au cours de la période sombre de l’Age du Bronze.  Les archéologues ont tendance à interpréter le passé en se fondant uniquement sur des découvertes matérielles. L’absence de villes, de grands établissements et de bâtiments monumentaux témoignaient pensait-on de l’effondrement des systèmes gouvernementaux et économiques pendant cette période obscure de l’histoire. Les dolmens racontent une autre histoire concernant cette période – l’histoire d’une société qui avait un système gouvernemental et économique complexe et qui a su exécuter des projets d’ingénierie monumentaux.

LIRE  Découverte d’une voie romaine près de Beth Shemesh

Sharon, l’archéologue qui a le premier découvert les gravures, a souligné que le dolmen est sans aucun doute une indication de construction publique.

« [Ceci] a exigé une quantité significative de main-d’œuvre pendant une période de temps considérable, » a-t-il remarqué. « Pendant cette période, toutes ces personnes devaient être logées et nourries. Une telle construction nécessitait une connaissance de l’ingénierie et de l’architecture que les petits groupes nomades ne possédaient pas habituellement. Et, ce qui est encore plus important, il fallait un solide système de gouvernement pour rassembler une grande quantité de main-d’œuvre, pour entretenir le personnel et surtout pour diriger la mise en œuvre et le contrôle d’un projet aussi vaste. »

Il n’en demeure pas moins que les circonstances entourant la construction des dolmens, la technologie qui y est associée et la culture du peuple qui les a construits sont encore parmi les grands mystères de l’archéologie  en Israël.

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire