Demande palestinienne envers les États-Unis : éviter un accord entre Netanyahou et Ben Gvir !

0
51

Le ministère palestinien des Affaires étrangères exige que l’administration américaine empêche l’application de l’accord conclu entre le président du Likoud Benjamin Netanyahou et le président d’Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir pour réglementer la jeune colonie dans les soixante jours suivant la mise en place du gouvernement et modifier la loi du retrait.

Be’hadré ‘Harédim – Israël Lefkowitz

Le ministère palestinien des Affaires étrangères palestinien exige que la communauté internationale et le gouvernement américain fassent pression pour empêcher la mise en œuvre de l’accord conclu hier (mercredi) entre le président du Likoud Binyamin Netanyahou et le président d’Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir pour réglementer la jeune colonie dans les soixante jours suivant sa formation du gouvernement et d’amender la loi de sécession pour permettre un séjour dans la yeshiva de ‘Homech, comme le rapporte ‘Khan’.

Dans un communiqué qu’il a publié, le ministère des Affaires étrangères à Ramallah a déclaré que cet accord approfondira la construction dans les colonies et conduira au contrôle israélien des territoires palestiniens, en particulier dans le nord de la Cisjordanie – ‘Homesh et Abitar. Le ministère palestinien des Affaires étrangères a souligné que les clauses de l’accord vont à l’encontre des pierres angulaires de tout processus politique et de futures négociations et élimineront la possibilité de parvenir à la paix sur la base de la solution à 2 États et détruiront les efforts internationaux et régionaux visant à instaurer la confiance entre Israël et les Palestiniens. Il a également mis en garde contre les conséquences dévastatrices de l’accord dans toute la région et l’espoir de parvenir à la paix.

LIRE  « Des Sarrasins impies qui menacent de semer la destruction »

Il a également été signalé que le président du comité exécutif de l’OLP, Hussein al-Sheikh, a rencontré aujourd’hui à Ramallah une délégation américaine dirigée par le sous-secrétaire d’État adjoint aux affaires du Moyen-Orient, Hadi Amar. A-Sheikh a déclaré dans un tweet sur Twitter que lors de la réunion, les parties avaient discuté des relations bilatérales entre Washington et Ramallah et des résultats des récentes élections à la Knesset, ainsi que de la nécessité de trouver un horizon politique au conflit et d’arrêter les mouvements unilatéraux de la part d’Israël, « des mesures qui nuiraient à la solution politique et créeraient une atmosphère d’instabilité dans la région », selon A-Sheikh.

Le porte-parole d’Abou Mazen condamne fermement les accords entre le Premier ministre désigné Benjamin Netanyahou et le chef du parti « Otzma Yehudit » Itamar Ben Gvir. Le porte-parole, Nabil Abu Rudaina, a souligné que la réglementation des avant-postes illégaux et la construction de routes de contournement sont en totale contradiction avec le droit international et les décisions internationales. Selon lui, ces accords ne feront qu’accroître les colonies, provoquer une vague de prises de contrôle des terres palestiniennes en Cisjordanie et éliminer toute possibilité de paix et d’établissement d’un État palestinien indépendant. Abu Rudina appelle même la communauté internationale à arrêter la colonisation israélienne en Cisjordanie, notant que « toutes les colonies dans les territoires contredisent le droit international, que Netanyahou tienne ou non les rênes du pouvoir ».

Aucun commentaires

Laisser un commentaire