Enquête sur le patrimoine juif en Irak et en Syrie: 27 sites considérés comme menacés

0
125

Illustration : tombe de Ye’hezkel

L’Initiative du patrimoine culturel juif (JCHI) s’est inquiété de l’état de 368 sites du patrimoine, de l’Antiquité à nos jours, dans ces centres autrefois dynamiques de la vie juive.

Après 2600 ans de peuplement juif continu remontant à l’époque de Babylone, la communauté juive en Irak et en Syrie a connu une fin brutale dans la seconde moitié du 20e siècle. Travaillant à distance et avec des partenaires dans le pays, JCHI a collecté des renseignements sur ces sites juifs dans les deux pays, évalué leur état et formulé des recommandations pour des projets prioritaires de secours d’urgence et de préservation.

La recherche a identifié 27 sites encore existants et en danger, en mauvais ou très mauvais état. Parmi ceux-ci, JCHI a sélectionné quatre sites importants comme candidats prioritaires pour les secours d’urgence, car il a été déterminé qu’une intervention urgente pourrait améliorer considérablement leur état. En raison de l’impossibilité de réaliser des projets de stabilisation pendant la guerre civile syrienne en cours, tous les quatre se trouvent en Irak.

Ces sites sont:

• la synagogue Meir Tweig à Bagdad – la dernière synagogue «fonctionnelle» encore en activité en Irak;

• le cimetière juif d’Al-Habibiyah à Bagdad – créé au début du XXe siècle et
le lieu principal de l’enterrement juif dans la ville, avec de nombreux notables juifs locaux enterrés en ces lieux;

• la synagogue Sasson à Mossoul – la principale synagogue de la ville au 20e siècle en raison de son emplacement central dans le quartier juif, il représente le patrimoine juif le mieux préservé à Mossoul;

LIRE  Une journaliste russe arrêtée en Iran pour espionnage au profit d’Israël

• le sanctuaire du prophète Nahum à al-Qosh – le sanctuaire remonte au moins au 12
siècle avant notre ère et était un important lieu de pèlerinage pour la communauté juive. Il se compose d’une synagogue centrale avec la tombe du prophète ainsi qu’une série de bâtiments annexes situés autour d’une cour.

Le JCHI est un projet conjoint de la Fondation londonienne pour le patrimoine juif et des écoles américaines de recherche orientale (ASOR). JCHI explore actuellement des moyens de protéger ces sites, soit par de nouvelles initiatives, soit en collaboration avec des projets en cours actifs sur certains sites. JCHI espère revoir les sites en Syrie lorsque les conditions seront plus stables. La Fondation pour le patrimoine juif et ASOR soulignent l’importance de documenter et de préserver les traces physiques du patrimoine juif aux côtés de ceux des nombreux autres groupes ethniques et religieux qui vivent côte à côte au Moyen-Orient depuis des millénaires.

Michael Mail, directeur général de la Fondation, a déclaré: « A une époque où l’on accorde tant d’attention à la sauvegarde du patrimoine en danger au Moyen-Orient, cette recherche unique a mis en lumière un aspect oublié – le remarquable héritage juif ancien de la région. La communauté juive a apporté une contribution profonde et nous devons veiller à ce que son héritage et cette histoire ne soient pas effacés. »

JCHI évalue actuellement les moyens de rendre ses données sur les sites du patrimoine juif en Irak et en Syrie accessibles au public. On espère que la recherche attirera l’attention sur cette dimension négligée du patrimoine irakien et syrien et assurera sa protection. L’intervention sauvera ces sites pour l’appréciation des générations futures d’Irakiens, de Syriens et de visiteurs internationaux, et préservera un héritage profond d’un millénaire de vie juive.

LIRE  Emmanuel Macron annonce qu’il se rendra en Israël

A la suite de ces nouvelles, une enquête spécifique a été lancée pour savoir en quel état est la tombe du prophète Ye’hezkel, à Kifil, au sud de Bagdad. Des photos ont été publiées ce vendredi 26 juin dans le Yated Nééman, prouvant que les divers éléments de cette tombe sont encore sur pied, bien que supportant plutôt mal le poids des ans.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire