Gadi Taub et Haim Ramon : « Il faut réformer le système judiciaire »

0
85

Gadi Taub et Haim Ramon ont grandi dans la gauche politique : Taub est parti à droite, tandis que Ramon est resté à gauche, mais ses positions sont restées à la gauche équilibrée. Dans une conversation avec Hidabrout, ils expliquent pourquoi l’État d’Israël doit adopter la réforme juridique.

Hidabrouth – David Farid

Le publiciste Dr. Gadi Taub a récemment reçu un avis du journal Haaretz concernant son limogeage, et ceci au plus fort de la lutte contre la réforme judiciaire. L’avis affirme que le changement de gouvernement en Israël « s’est accompagné d’une attaque agressive et immédiate contre La démocratie israélienne, telle que nous la percevons à Haaretz ». Et c’est pourquoi ils « changent la position du journal vis-à-vis de vos articles ».

Le limogeage de Taub, publiciste et journaliste chevronné, a bouleversé la société en Israël, mais pas lui. « Je n’ai reçu aucune compensation de leur part pour la publication des articles », dit-il dans une interview avec Hidbrot. « Après cela, j’ai écrit au grand public : ‘Haaretz a fermé ma rubrique. Les raisons officielles : 1. La démocratie est défendue et il n’y a pas de place pour les articles en faveur de la réforme. 2. Je suis un agent d’Orban. : la vérité ne doit pas être dite », et c’est, à mon avis, la triste vérité. »

Taub – historien, auteur, docteur en histoire des États-Unis, chargé de cours à l’Université hébraïque de Jérusalem avec une spécialisation en communication et politique publique – est une personne possédant de nombreuses compétences pour tout système médiatique, mais « pour autant que le journal Haaretz soit concerné, je suis une personne de droite qui n’a plus sa place dans le journal. » dit-il.

Le changement qui a eu lieu dans les positions politiques de Taub s’est produit après l’opération Pillar of Defense. « A cette époque, j’ai commencé à me connecter davantage avec la vérité que présente la droite. Depuis lors, j’ai parcouru un long chemin dans lequel j’ai pas mal irrité la gauche, et la colonne qui a conduit à la fin de mon travail à Ha ‘aretz n’est pas la seule rubrique à moi qui n’a pas vu le jour dans le journal – pour des considérations politiques. Une rubrique que j’ai envoyée dans le passé n’a pas été publiée parce qu’elle allait contre les revendications de Nahum Barnea contre la droite. Haaretz n’a pas non plus aimé que je démontre à quel point le procès de Netanyahu est un jeu. Même les histoires sur le fils du président américain Biden, qui ont embarrassé l’administration américaine, ils ont à peine permis ».

En raison de la transition de Taub de gauche à droite, il est très intéressant d’entendre sa position sur ce qui se passe ici depuis la mise en place du gouvernement actuel. « De nombreux médias en Israël sont devenus partie intégrante de la page de message de l’opposition, et ils participent pleinement à la campagne que l’on voit ici dans tous les coins – dans le but d’empêcher la réforme juridique qui rendra le pouvoir au peuple de tout son peuple », précise-t-il.

Dans quelle mesure le gouvernement de droite mis en place ici constitue-t-il une menace pour la gauche ?

« Depuis la mise en place du dernier gouvernement, la gauche a le sentiment d’être dans une sorte de guerre pour défendre son bastion. C’est la bataille décisive pour la fin du pouvoir de la gauche en Israël, qui est resté en place tout au long des trois dernières décennies malgré le changement de gouvernement. Le comportement du pays envers moi en est un signe le confirmant. Mon licenciement était en fait une erreur stratégique pour eux », dit-il « Le licenciement a conduit au fait que l’article qui a été censuré et a conduit à mon licenciement a été lu beaucoup plus que s’il avait été publié dans le journal. Dans ces moments-là, j’étais en fait heureux qu’ils aient admis qu’ils n’étaient pas prêts à tolérer mes opinions, cela indique qu’ils n’ont pas de réponse écrasante. »

Et qu’en est-il de la réforme juridique ?

« La réforme doit passer. Ce n’est pas une attaque contre la démocratie comme le prétendent une partie de la gauche. La gauche qui s’oppose à la réforme défend une forme de gouvernement qui n’existe qu’en Israël, dans laquelle la véritable souveraineté est détenue par 17 juges qui l’ont prise des mains du peuple en catimini. Même si nous supposons qu’Israël n’a pas de constitution, depuis quand cela signifie-t-il qu’il n’y a pas de constitution – les juges sont censés statuer ?

« Et non, et il n’y aura pas de Knesset qui décide d’expulser tous les gauchistes », précise Taub, faisant référence aux avertissements lancés par les opposants à la réforme sur ce qui se passera après son adoption. « Après tout, ils savent aussi qu’il n’y a pas de parlement au monde qui ait pris une décision aussi extrême. Fait intéressant, le parlement n’a jamais pensé à annuler les élections, mais le tribunal a plutôt évoqué l’idée qu’il pourrait annuler les élections en relation avec avec le procès Netanyahu. C’est pourquoi je dis toujours que leurs arguments rappellent davantage des pages de messages pour les enfants. »

De manière générale, Taub va encore plus loin lorsqu’il affirme que « la réforme de Yariv Levin est loin d’être parfaite, et qu’il reste encore trop de failles qui permettraient à l’élite de perturber la volonté des électeurs. Le bureau du procureur, qui fonctionne comme la garde prétorienne de la Badatsocratie, et a subi une profonde politisation, a réussi à démanteler le corps de la justice. La seule personne qui était censée la surveiller, et comme prévu, elle a complètement échoué à clarifier la corruption en elle (affaires Ruth David, les frères Perinian, Abu Al-Qian, dissimulant les écoutes téléphoniques dans le procès Ramon, l’affaire MAZ, etc.) ; un autre semestre de décisions radicales s’écoulera avant que le changement dans la composition du comité de sélection ne sera mise en place. Les juges introduisent une certaine diversité dans le personnel militant et « créatif » de la Cour suprême. La théorie post-moderne de l’interprétation portée par Aharon Barak ne permettra pas de sitôt de ramener la sécurité juridique dans les couloirs de la justice. »

Gauche sobre

Aux côtés de Taub se trouvent un certain nombre d’éléments éminents de la gauche, présents et passés, qui comprennent que la campagne d’intimidation qui se déroule ici ces derniers temps a franchi toutes les lignes et ne permet pas à beaucoup de gauche de voir la réalité. L’un des plus éminents d’entre eux est Haim Ramon, un ancien politicien qui était considéré comme l’une des forces dominantes de la gauche à son époque. Précisément du fait de sa position de membre de l’ancien parti « travailliste », il estime que la campagne que la gauche continue de mener contre la réforme est basée sur des distorsions et une volonté de gouverner malgré le fait que la majorité soit de l’autre côté. « C’est une campagne pour tout par des gens qui se battent pour préserver leur pouvoir », a-t-il déclaré à Hidabrout. « Selon moi, ceux qui combattent la réforme sont surtout des gens qui n’ont aucune compréhension de la question juridique. »

Ramon lui-même connaît très bien le système judiciaire. Avec la mise en place du 31e gouvernement israélien dirigé par Ehud Olmert, il a été nommé au poste de ministre de la Justice. Dès son entrée en fonction, il a commencé à mener à bien une réforme globale du ministère de la Justice et de la législation – telle que la loi fondamentale sur la législation, la loi d’éthique du système judiciaire et l’amendement de la loi sur la citoyenneté. Il a également oeuvré pour accélérer la séparation complète de la Sûreté Publique de la police, afin d’empêcher tout lien entre les services d’enquête de la police et le service qui enquête sur les policiers eux-mêmes.

Ramon a ensuite mené des mouvements similaires à ceux de Levin. Il est aujourd’hui l’une des rares voix de gauche à accepter de réfuter les revendications des opposants à la réforme. Dans une conversation avec nous, il explique que « les économistes écoutent les juristes, et notamment l’ancien président de la Cour suprême, Aharon Barak ; ils disent qu’il y aura une dictature ici, et les économistes en réponse disent que si cela est le cas – alors l’économie israélienne sera endommagée. Le problème est qu’il n’y aura pas de dictature ici. C’est exactement ce dont nous allons parler dans le débat, et les économistes ne le comprennent pas. »

Ramon en donne un exemple de l’autre côté de la carte politique. « Lorsque le professeur Uman a déclaré qu’il soutenait la majorité de la plate-forme de réforme, l’ancien ministre de la Justice Gideon Sa’ar a répondu en disant qu’Uman avait reçu un prix Nobel d’économie et non de droit, la situation est la même dans ce cas : ces économistes comprennent bien l’économie, pas le droit. » Et il s’avère que Ramon sait de quoi il parle : « Je rencontre ces gens », partage-t-il, « et puis il devient clair pour moi qu’ils n’ont aucune information sur la réforme ».

En ce qui concerne les affirmations mêmes qui mettent en garde contre les méfaits de la réforme dans l’économie, Ramon estime qu’il n’y a aucune vérité en elles. « L’économie israélienne est dans les meilleures conditions », raisonne-t-il. « Venir dire que nous sommes au bord de l’effondrement – c’est loin d’être vrai. Je connais des économistes israéliens qui sont allés en Arabie saoudite et sont revenus les yeux voilés d’excitation, quand ils ont précisé qu’ils disaient qu’il fallait coopérer économiquement avec le pays arabe. L’Arabie saoudite, comme nous le savons, est l’une des démocraties les plus libérales du monde », dit-il sarcastiquement. « Il en va de même pour les Emirats. Le lien entre le système juridique et l’économie, il s’avère, n’est pas clair. »

Qu’est-ce qui, à votre avis, nécessite un changement dans le système ?

« Beaucoup de choses », répond-il. « Barak est venu il y a environ trois décennies, après qu’il y avait déjà ici de très grands juristes qui n’ont rien fait contre le système élu et pourtant il n’y avait pas de chaos et d’obscurité au-dessus d’un abîme, mais des relations très respectables entre les autorités. Il a décidé de faire une révolution, sans permission et sans autorité. Pourquoi ? Parce qu’il voulait être le souverain suprême. Comment le juge en chef Landoi lui a-t-il dit ? Ils ne nous ont pas élus comme gouverneurs mais comme juges. Barak n’a pas écouté.

« Aujourd’hui, il a atteint un tel point que les lois fondamentales sont également abrogées. Même la loi sur la nationalité est en discussion, même si c’est une loi fondamentale, et personne ne peut dire le contraire. En général, la situation aujourd’hui est intolérable », a-t-il déclaré. poursuit, « la Cour suprême peut décider qu’elle a le pouvoir d’annuler une décision de ses membres à la Knesset même si les 120 membres de la Knesset soutiennent la décision. Malheureusement, il y a ceux qui préfèrent vivre dans une dictature légale, après avoir renoncé à gagner les élections. »

À ce stade, Ramon nous signale un fait étonnant qui, pour une raison quelconque, a disparu des yeux du public : « Il est important de comprendre que lorsque les gens parlent aujourd’hui de ne pas modifier la composition du tribunal, peu de gens savent que pendant l’affaire Bennett- Gouvernement Lapid, sous la direction du ministre des Affaires religieuses Kahane, ils ont augmenté le pouvoir du gouvernement dans le comité de nomination des juges, par l’intermédiaire d’un ministre et de quelqu’un d’autre que le gouvernement a choisi, et c’est ainsi qu’ils ont créé une majorité dans la nomination au gouvernement. Ils ont été autorisés, et personne n’a parlé de la « fin de la démocratie ». Maintenant, le gouvernement a changé, et il a le droit de promouvoir des initiatives comme celle-ci ».

Aucun commentaire

Laisser un commentaire