Galant s’engage à protéger le site archéologique du mont Eyval

Galant s’engage à protéger le site archéologique du mont Eyval

0
29
default

Galant s’engage à protéger le site archéologique du mont Eyval contre les dommages palestiniens

Le site de Samarie, près de Naplouse, est identifié avec celui de l’autel de Josué (Photo : Wikipédia).

(24 janvier 2023 / JNS) Israël ne permettra pas aux Palestiniens d’endommager un site archéologique majeur situé au cœur du cœur biblique de la Samarie, un site vénéré par des millions de Juifs et de chrétiens comme l’endroit où Josué a construit un autel, a déclaré le ministre de la Défense Yoav Galant.

Le ministre a pris la parole suite aux reportages des médias palestiniens concernant un projet de construction palestinien prévu dans la région du mont Eyval, un ancien site de culte israélite près de l’ancienne ville de Chekhem. La ville, appelée aujourd’hui Naplouse, apparaît dans la Bible comme la première capitale du Royaume d’Israël.

Le site, situé dans la zone B de Judée-Samarie, communément appelée Cisjordanie, est sous contrôle conjoint avec les Palestiniens, comme le stipulent les accords d’Oslo, depuis un quart de siècle.

La question du mont Eyval met également en évidence la nécessité de préserver, d’entretenir et de sauvegarder les sites archéologiques israéliens dans les zones contrôlées par les Palestiniens après des décennies de négligence, de dommages et de délabrement.

« A la suite des informations publiées ces derniers jours dans les médias palestiniens sur la construction prévue dans la zone de l’autel du mont Eyval, il a été précisé… à l’Autorité palestinienne que nous n’autoriserons aucun dommage à l’autel, qui a été défini en tant que site archéologique d’importance culturelle et religieuse historique », a écrit Galant dans une lettre officielle.

LIRE  Des milliers de jeunes sont venus prier en faveur du soldat en danger de mort

La missive du 18 janvier, dont une copie a été obtenue par le JNS, a été envoyée au député Limor Son Har-Melech (Otzma Yehudit).

Le ministre de la Défense a ajouté qu’il avait ordonné à Tsahal d’effectuer des patrouilles fréquentes dans la région et d’empêcher toute activité qui pourrait endommager le site.

« La question soulevée… sera examinée par les bureaux autorisés, et les autorités chargées de l’application de la loi dans la région de Judée-Samarie prendront des mesures, si nécessaire, conformément aux responsabilités qui leur incombent en vertu de la loi et des accords », a lu une réponse envoyée à JNS par COGAT, l’organisme du ministère israélien de la Défense qui s’occupe des affaires civiles palestiniennes.

Un militant israélien de l’ONG qui a mis au jour le plan de construction palestinien a salué l’engagement du ministre comme « un premier pas », mais a déclaré que les patrouilles militaires renforcées à elles seules étaient insuffisantes.

« La seule chose qui assurera la sécurité du site de l’autel et ancrera le contrôle israélien sur la crête est une colonie juive permanente sur le site, semblable à un parc national ou à une communauté archéologique », a déclaré Benayahu Mellet du Forum pour la lutte pour la paix de chaque Dunam (Un dunam, une unité de mesure ottomane encore utilisée en Israël pour la terre, est, dans sa définition moderne, égal à un dixième d’hectare, ou 0,247105 acres.)

Le complexe de l’âge du fer sur le mont Eyval, datant du 11ème siècle avant notre ère, est situé dans la zone B, et est donc sous la sécurité israélienne et le contrôle civil palestinien.

LIRE  Yaïr Lapid est désormais partisan pour de nouvelles élections

Les Juifs israéliens ne sont pas autorisés à visiter le site sans coordination militaire.

Des groupes de chrétiens évangéliques continuent de visiter régulièrement le site avec une escorte de Tsahal, a déclaré Aaron Lipkin, le propriétaire israélien d’une agence de voyage spécialisée dans les visites du cœur biblique pour les évangéliques.

Il y a deux ans, les murs extérieurs du site vieux d’environ 3 000 ans ont été endommagés lors de travaux routiers palestiniens effectués par des équipes du village voisin d’Asira ash-Shamaliya, provoquant un tollé israélien. Le maire du village a déclaré à l’époque que tout dommage n’était pas intentionnel.

Lipkin, qui dirige des groupes hebdomadaires sur le site, a déclaré que le complexe est dans un état de détérioration continue et a été vandalisé et négligé au cours des deux dernières décennies.

« Il s’agit clairement d’un site israélite qui fait partie du patrimoine biblique », a-t-il déclaré.

Dans sa lettre, Galant a écrit que le ministère de la Défense tiendra bientôt une réunion avec des parlementaires concernant la préservation des sites archéologiques en Judée-Samarie, y compris au mont Eyval.

Les dégâts les plus graves infligés à un lieu saint juif dans les territoires contrôlés par les Palestiniens ont eu lieu dans l’enceinte vénérée par les Juifs sous le nom de Tombe de Joseph et située à l’intérieur de Naplouse. Il a été à plusieurs reprises saccagé, vandalisé et incendié, en violation des accords obligeant les Palestiniens à sauvegarder les lieux saints.

En revanche, le sommet du mont Eyval est en grande partie désert, les automobilistes de passage ayant peu de chances de se rendre compte de son importance.

LIRE  Netanya, Ashdod et Raanana se vident des francophones

Dans les années 1980, l’archéologue israélien Adam Zertal, qui a effectué des fouilles sur le site, l’a identifié avec celui de l’autel de Josué, bien que ce point de vue reste contesté parmi les chercheurs quatre décennies plus tard. La zone étant ensuite passée sous contrôle civil palestinien, aucune fouille supplémentaire n’a été effectuée à la suite des accords d’Oslo.

L’année dernière, un groupe d’érudits internationaux qui avaient passé au crible un tas de déchets provenant des fouilles des années 1980 ont annoncé qu’ils avaient découvert une tablette au mont Eyval contenant la plus ancienne inscription hébraïque existante, une invoquant le Nom de D’. Sur la base de l’analyse épigraphique des scans et de l’analyse du plomb de l’artefact, ils datent la minuscule tablette de la malédiction du plomb à 1.200 avant notre ère, ce qui prouve que les Israélites étaient alphabétisés lorsqu’ils sont entrés en Terre Sainte. Leur rapport final et les examens par les pairs de leur découverte sont toujours en attente.

« Ce n’est pas un problème sur ce qu’est ce site, mais sur ce qu’il symbolise », a déclaré Lipkin. « C’est l’histoire d’un récit. »

PAR ETGAR LEFKOVITS   JNS

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop