Gaz: Israël, nouvelle alternative pour l’Europe?

Gaz: Israël, nouvelle alternative pour l’Europe?

0
57

« L’État gagnera environ 50 milliards de dollars d’impôts en exportant du gaz vers l’Europe »

Le PDG de NewMed Energy, qui contrôle 45% de Leviathan, a déclaré que le gaz naturel « est un point d’ancrage économique extrêmement important pour Israël », qui est en passe de devenir « un fournisseur majeur de gaz naturel pour l’Europe ».

L’augmentation des prix du gaz naturel dans le monde a stimulé les activités du partenariat NewMed Energy, anciennement Delek Drilling, sous la propriété d’Yitzhak Tshuva. NewMed Energy détient environ 45 % du champ Leviathan.

Il répond sans détours aux questions des journalistes de Israël Hayom.

« Dans quelle mesure ? Je pense que nous aurons entre 10 et 20 BCM par an, ce qui n’est pas une petite quantité du panier de carburant de l’Europe. Dans les prochaines années, je pense que nous serons un fournisseur très important pour l’Europe.

Q : Comment pouvons-nous couvrir les besoins?

« Aujourd’hui, le champ Leviathan produit 12 BCM et l’objectif est de doubler la production. Nous y travaillons – notre objectif principal dans la gestion de l’entreprise est d’élargir Leviathan. Nous avons également un champ à Chypre – Aphrodite. Là, nous pouvons produire environ 6-8 BCM. En élargissant Léviathan, avec le développement d’Aphrodite, nous pouvons atteindre environ 20 BCM d’approvisionnement supplémentaire, et ceci afin d’atteindre une situation où d’ici 3-5 ans nous serons en mesure d’apporter ces quantités de gaz naturel israélien vers l’Europe.

« Le marché de consommation du GNL est principalement le marché européen et asiatique. Ces marchés sont assoiffés de GNL et nous sommes une alternative très attractive pour eux, en raison des réserves extrêmement importantes du Léviathan, qui nous permettent d’être un fournisseur central pour l’Europe. »

Q : Dans quelle mesure est-il réaliste d’amener un navire-citerne de gaz liquéfié en Israël ?

« Nous avons franchi une étape décisive dans la planification d’un navire-citerne à liquides, dans le cadre de laquelle nous avons été en contact avec une société néerlandaise appelée Exmar, qui sont des experts dans le domaine, et nous travaillons à la planification d’un navire-citerne à liquides. Le navire est devrait prendre le gaz du Léviathan et le transformer en liquide, stocker le liquide dans le ventre du navire et l’amener à un navire qui l’amènera en Europe. Notre objectif est d’essayer de prendre la décision d’investissement déjà à la fin de 2023, c’est-à-dire de commander le navire. »

Q : Combien coûtera un navire comme celui-là ?

« Un navire comme celui-là peut atteindre un investissement de 3 milliards de dollars. Vous devez comprendre que, si vous prenez en compte les redevances et les taxes, y compris l’impôt sur les bénéfices pétroliers et gaziers, l’État d’Israël a reçu de Tamar et du Léviathan plus de 16 milliards de shekels de revenu, et c’est avec la production actuelle. Si nous doublons la production, alors l’État d’Israël recevra des milliards.

Q : Combien de temps Israël pourrait exporter du gaz vers l’Europe ?

« Si nous parlons de fournir 10 à 20 milliards de mètres cubes de gaz par an à l’Europe pendant 20 ans, nous parlons d’un accord de 100 milliards de dollars. L’État d’Israël représente 50 % de cela, sans rien investir. Je parle ici de revenus spectaculaires pour l’État d’Israël. Le gaz naturel est un point d’ancrage économique extrêmement important.

Q : Après que l’État a déjà signé un accord pour l’exportation de gaz vers l’Europe, avez-vous entamé des négociations avec des sociétés gazières européennes ?

« L’accord-cadre est conçu pour fournir des conditions réglementaires qui permettront l’exportation, mais les négociations ont commencé il y a longtemps. Nous exportons déjà vers l’Europe via l’Égypte depuis deux ans, depuis longtemps avec de nombreuses entreprises en Europe, et elles progressent bien. Il y a un forte volonté de la part de nombreux pays en Europe – la Hollande, l’Allemagne, la Roumanie, l’Italie et d’autres – de se mettre en contact avec Israël pour un accord à long terme afin qu’Israël soit un fournisseur fiable et stable pour l’Europe. »

Q : La croissance importante des exportations dont nous avons parlé ne va-t-elle pas entraîner une pénurie de gaz en Israël ?

« Nous devons parler ici de faits. L’État d’Israël consomme environ 13 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. Si l’on considère la croissance potentielle de la consommation de gaz, alors dans dix ans, nous parlons d’un maximum de 20 milliards de mètres cubes, car l’État d’Israël fait des efforts pour introduire davantage d’énergies renouvelables. Ainsi, au cours des 30 prochaines années, l’État d’Israël aura besoin d’environ 400 BCM, et jusqu’à présent, dans la pratique, 1 100 BCM de gaz naturel ont été découverts.

Q : Il est vrai que le gaz naturel est considéré comme une bonne alternative aux polluants du charbon et du diesel, mais il est considéré comme une source d’énergie polluante.

« Nous devons nous en tenir aux faits. Si nous prenons le niveau de pollution de l’air en 2012, juste avant que nous commencions à produire du gaz de Tamar, et le comparons à ce que nous sommes aujourd’hui après la production de Tamar et de Léviathan – il y a une baisse de 70 % de la pollution de l’air, malgré l’augmentation de la gamme de production d’électricité. Ce sont des statistiques du ministère de la protection de l’environnement. Si je regarde les émissions de gaz à effet de serre, il y a une baisse de 30 %. C’est-à-dire que le gaz naturel a a conduit à une augmentation spectaculaire de la qualité régionale en Israël, et pas seulement en Israël, mais aussi en Égypte et en Jordanie. »

Par  Sonia Gorodeisky www.israelhayom.com
LIRE  Images étonnantes, vidéos du vaisseau spatial israélien Beréchith

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop