Inquiétude en Israël face au rapprochement entre les Emirats et l’Iran

1
35

L’inquiétude est de plus de plus palpable parmi les hauts responsables israéliens face à ce qui apparaît comme un rapprochement entre les Emirats arabes, l’Arabie saoudite et l’Iran. On constate une multiplication des conversations et des rencontres entre diplomates ou responsables politiques de ces pays, et dimanche, une délégation émiratie de haut niveau, dirigée par le conseiller à la Sécurité nationale, doit se rendre à Téhéran pour renforcer les liens avec le régime qui il y a quelques mois encore était vu comme l’ennemi et la menace n°1. Objectif affiché des autorités émiraties : ouvrir une nouvelle page entre les deux pays. Même intention à Riyad.

Selon un responsable politique israélien, il s’agit d’un développement très inquiétant qui s’apparente à l’attitude du Qatar qui maintient plusieurs deux fers au feu et tente d’avoir des relations tant avec l’Occident qu’avec l’Iran, les Frères Musulmans et d’autres groupes musulmans fanatiques.

Comment un tel développement a-t-il pu être possible à peine un peu plus d’une année après la signature des accords d’Abraham ? La plupart des analystes sont formels, y compris dans les pays concernés : les pays du Golfe sentent la faiblesse des Etats-Unis depuis le retour au pouvoir de Joe Biden et des Démocrates ainsi qu’une tiédeur à leur égard. Les Accords d’Avraham ont pu être possible parce que les Américains (et les Israéliens…) diffusaient de la force et de la détermination, et montraient qu’on pouvait leur faire confiance, notamment concernant l’Iran, ce qui est beaucoup moins le cas aujourd’hui. Et dans ce cas, chaque pays concerné fait ses calculs et agit selon ses intérêts quitte à modifier ou à remettre en question ses alliances stratégiques. A noter sur ce point la visite récente à Damas du ministre des Affaires étrangères des Emirats pour une rencontre médiatisée avec le dictateur Bachar El-Assad malgré les protestations américaines et les menaces de sanctions : les Etats-Unis sont de moins en moins respectés sur la scène internationale et en particulier au Moyen-Orient.

LIRE  Il vous reste 12 jours, M. Lapid...

La semaine dernière, l’ancien Premier ministre Binyamin Netanyahou avait déjà averti que les pays du Golfe reconsidèrent leur attitude vis- à-vis de l’Iran parce qu’ils sentent de la faiblesse à Washington et à Jérusalem. Il est allé jusqu’à estimer que l’alliance tripartite USA-Israël-Pays du Golfe face à l’Iran est en train de se fendiller et que les Accords d’Abraham risquent d’être en danger à terme.

Ce changement n’est pas encore radical, en témoigne la conversation chaleureuse qu’a eue le président de l’Etat Itshak Herzog avec le prince-héritier des Emirats Mohammed ben Zayed. Mais en voyant comment se déroulent les pourparlers à Vienne et comment l’Iran arrive à tenir tête aux puissances occidentales, les responsables des pays du Golfe se posent certainement la question s’il ne vaut pas mieux rétablir et renforcer leurs liens avec leur voisin oriental plutôt que de faire confiance à Joe Biden, héritier de la doctrine Obama.

La politique étrangère irresponsable des Démocrates américains risque de jeter les pays du Golfe dans les bras de l’Iran !

Photo Avi Ohayon / GPO

1 Commentaire

Laisser un commentaire