La démocratie iranienne : entre presse et réalité…

0
845
La démocatie en Iran

On le sait, des élections viennent de se dérouler en Iran. Toute la presse occidentale regorge de commentaires débiles et contrefacteurs qui participent, une fois de plus, à l’imposture, et qui doivent donc être dénoncés.

La débilité tient au vocabulaire utilisé, mais doit-on parler de débilité ou de malveillance délibérée ? De tous côtés, on évoque de prétendus « modérés » ou « réformistes », contre lesquels se dressent, dit-on aussi très souvent, les « conservateurs ». La notion de « modéré », comme celle de « réformiste », n’a aucun sens dans le contexte d’un régime tel que la théocratie iranienne. Plus exactement, elle a autant de sens que les termes « terroriste modéré »   et « assassin modéré ». D’ailleurs, elle ne va pas sans rappeler l’expression « islamiste modéré », très souvent employée il y a quelques années. Il n’existe pas de « modérés » dans la junte iranienne, dans ce régime de type totalitaire, pour la simple raison qu’il n’existe pas de totalitarisme modéré.

Il n’y a pas de réforme possible dans un tel régime, basé sur les règles définies par l’ayatollah Khomeiny, par le velayat e faqih, le gouvernement du docte, le « guide suprême », seul dépositaire du pouvoir. Ceux qui ne sont pas ce « guide suprême » ne peuvent rien changer et, par conséquent, rien réformer.

L’idée de « conservateurs » n’a elle-même aucun sens : le « guide suprême » perpétue les notions strictes qui composent le dogme inhérent au velayat e faqih, et son peuple doit impérativement les respecter et les conserver.

LIRE  Alors, combien de voix vaut Shikli ?

La falsification se déroule. Il y a certes, en Iran, des candidats et des élus, mais tous, strictement tous – outre leur absence totale de pouvoir (tout comme le Président potiche Rohani, d’ailleurs) –, ont été préalablement sélectionnés par la junte, de façon à s’assurer qu’aucun d’entre eux ne s’éloignerait du velayat e faqih. Dès lors, il y a autant de différence entre les candidats qu’il peut y en avoir en France entre Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon.

L’« assemblée des experts » a un seul rôle : désigner le « guide suprême ». Tous les candidats à ce comité ont été choisis à l’avance par le « conseil des gardiens », composé de douze membres nommés par le « guide suprême » (six membres adoubés directement par lui, et six d’abord désignés par le ministre de la justice).

Autrement dit, des gens nommés par le guide suprême sélectionnent des candidats, conformément à ses volontés, et ces candidats sont eux-mêmes choisis par cette éminente autorité. L’incertitude électorale aen rive ainsi à son comble : les rerpésentants des différents partis seront-ils seulement très proches des positions du « guide suprême », ou bien extrêmement similaires ? Un écart respectable sur l’hémisphère politique local…

Pourquoi des journalistes falsifient-ils les faits ? La question mériterait de leur être posée. Sans doute faut-il le leur dire : chers agents médiatiques, vous êtes des propagandistes, non des journalistes !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire